A.Godard (FEI) : "Le marché européen du capital risque est encore balbutiant"

Actif depuis plus de vingt ans sur le marché du capital-risque,
le Fonds européen d’investissement accélère son engagement
pour faire progresser la compétitivité européenne. Alain Godard,
CEO de l’institution européenne depuis janvier 2020, livre son
analyse sur ce marché et les solutions qu’il encourage
afin de rattraper le retard de l’Europe face aux États-Unis.

Actif depuis plus de vingt ans sur le marché du capital-risque, le Fonds européen d’investissement accélère son engagement pour faire progresser la compétitivité européenne. Alain Godard, CEO de l’institution européenne depuis janvier 2020, livre son analyse sur ce marché et les solutions qu’il encourage afin de rattraper le retard de l’Europe face aux États-Unis.

Décideurs. Pouvez-vous nous décrire l’évolution de l’action du Fonds européen d’investissement (FEI) depuis sa création ?

Alain Godard. Le FEI a été créé en 1994 afin d’encourager l’émergence du capitalrisque en Europe. Il était, à l’époque, quasi inexistant contrairement aux ÉtatsUnis. Au début des années 2000, le FEI représentait 50 % du marché du capitalrisque. De même, il a permis de développer et maintenir cet écosystème en vie lors de la crise financière de 2008 et plus récemment pendant la crise Covid. Aujourd’hui, il reste toujours très présent depuis les premiers stades de développement mais également, dans une moindre mesure, sur la partie growth afin de soutenir les entreprises en forte croissance. Nous œuvrons à la fois là où ce marché est encore sous-développé comme dans les pays du sud et de l’est de l’Europe mais également dans des régions beaucoup plus avancées comme les pays nordiques, la France ou encore l’Allemagne. L’État allemand nous confie d’ailleurs très souvent des mandats de gestion. La présence du FEI a un effet catalyseur important sur les marchés favorisant la venue d’autres investisseurs privés. Notre histoire tout comme notre engagement nous permettent de faire la différence quand nous sommes sur un tour de table et de l’élargir.

"Le chemin est encore long pour atteindre le niveau américain"

Quel bilan dressez-vous du retard européen par rapport aux États-Unis ?

Grâce à notre présence et celle d’acteurs comme la BPI en France, le marché du capital risque est devenu plus mature. Toutefois, nul ne peut nier que nous ayons un trou dans la raquette. Aujourd’hui, les sociétés européennes à forte croissance sont accompagnées à hauteur de 80 % par des fonds américains et asiatiques en lead sur les derniers tours. Nous rattrapons certes notre retard depuis ces dernières années mais il reste un décalage préoccupant. Pour une quarantaine de fonds américains d’une taille moyenne de 2 milliards de dollars, il n’existe que trois fonds en Europe de plus d’un milliard d’euros et ce, seulement depuis la dernière levée d’Eurazeo en juillet que nous avons soutenue. Le marché européen du capital-risque reste donc balbutiant, notamment dans les derniers tours de table, et le chemin est encore long pour atteindre le niveau américain. La cotation est également un problème. Non seulement le marché boursier européen n’est pas assez profond mais il conduit un certain nombre de sociétés à s’internationaliser au moment de leur cotation. Cela peut être pour de bonnes raisons dans le cas d’un développement à l’étranger mais aussi pour de mauvaises, quand les sociétés ne s’estiment pas assez accompagnées et considèrent la Bourse pas assez liquide. Un constat qui se vérifie pour les quelques dernières IPO : les cotations ne suivent pas.

Quel est votre plan d’attaque pour atteindre le niveau américain ?

Notre proposition est de booster le marché de growth en trois temps. Tout d’abord, nous devons être capables de mobiliser des fonds privés afin de booster le marché de growth en une initiative supportée par l’Europe dans laquelle le FEI et nos partenaires nationaux auraient un rôle important à jouer. L’objectif serait de soutenir l’émergence d’une quinzaine de fonds supérieurs à un milliard d’euros sur un horizon de trois à cinq ans.Dans un deuxième temps, nous souhaitons soutenir la profondeur du marché en apportant des éléments d’information à travers les performances, les valorisations et les flux d’information accumulés par les acteurs de l’écosystème. Les investisseurs privés pourront ainsi accélérer leur investissement sur le segment du growth. Enfin, il faut viser l’émergence de Bourses en Europe suffisamment initiées pour accompagner les sociétés jusqu’à leur cotation. Pour y parvenir, nous devons convaincre un certain nombre d’acteurs en Europe : États mais aussi investisseurs privés, fonds de pension, actionnaires institutionnels, etc. Mais également réfléchir avec les acteurs nationaux comme Bpifrance. Nous devons aboutir sur une approche cohérente pour mobiliser le plus de fonds possibles. L’arrivée de la France à la présidence du Conseil de l’Union européenne, en collaboration étroite avec ses partenaires, devrait accompagner ce mouvement vers l’émergence d’un marché du capital-risque plus profond et plus pérenne.

Propos recueillis par Béatrice Constans

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Guide Innovation, Technologies & Propriété intellectuelle 2022

Retrouvez l'intégralité de notre guide Innovation, Technologies et propriété intellectuelle 2022 : interviews, portraits, classements et chroniques d'experts.
Sommaire
Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Safran devance Stellantis de justesse en nombre de brevets

Safran devance Stellantis de justesse en nombre de brevets

L’INPI (Institut national de la propriété industrielle) dévoile son palmarès 2021 des déposants de brevets. Cette année encore, cette compilation soul...

Organiser un évènement professionnel mémorable : pourquoi opter pour l’outil Kactus ?

Organiser un évènement professionnel mémorable : pourquoi opter pour l’outil Kactus ?

Vous êtes chargé d’organiser un évènement professionnel ou une soirée pour vos collègues de travail. Et la date de votre soirée d’entreprise se rappro...

Boris Bakech (C4 Ventures), le technophile

Boris Bakech (C4 Ventures), le technophile

Avec un profil axé sur la tech, Boris Bakech ne se destinait pas au métier d’investisseur. C’est animé désormais par l’envie de soutenir les pépites t...

Marianne Harlé (Andera Croissance), la passionnée

Marianne Harlé (Andera Croissance), la passionnée

Après dix ans au sein de TCR Capital, Marianne Harlé a fait le choix de rejoindre Andera Expansion puis de participer au lancement d’Andera Croissance...

Vitirev Innovation, viti, vini, vici

Vitirev Innovation, viti, vini, vici

Fonds de venture capital dédié à la transition écologique du secteur vitivinicole, VitiRev Innovation a annoncé, début 2022, son premier closing à hau...

Nicolas Darnaud (Ardian), l’optimiste pugnace

Nicolas Darnaud (Ardian), l’optimiste pugnace

Ancien karatéka de haut niveau, Nicolas Darnaud est diplômé de l’ESCP, titulaire du Capa et d’un diplôme d’expert-comptable. Il a rejoint Ardian en 20...

Mélanie Le Guen (Swen Capital Partners), hors des sentiers battus

Mélanie Le Guen (Swen Capital Partners), hors des sentiers battus

Directrice de participations au sein de Blue Ocean, fonds à impact de Swen Capital, Mélanie Le Guen croit un capital-investissement plus durable. Curi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message