A.F Laime (John Cockerill) : "Le soutien de l’État est nécessaire pour développer l’hydrogène"

Le fournisseur de services et d’équipements aux entreprises et collectivités John Cockerill ouvrira en 2022 une usine d’électrolyseurs en Alsace. Un atout pour la France qui développe son énergie verte. Anne-Françoise Laime, déléguée générale France, nous parle de ce projet.

Le fournisseur de services et d’équipements aux entreprises et collectivités John Cockerill ouvrira en 2022 une usine d’électrolyseurs en Alsace. Un atout pour la France qui développe son énergie verte. Anne-Françoise Laime, déléguée générale France, nous parle de ce projet.

Décideurs. John Cockerill est depuis quelques années déjà présent sur le marché de l’hydrogène en Asie. Comment développez-vous celui-ci en Europe ?

Anne-Françoise Laime. En Asie, ce marché s’est beaucoup développé depuis trois-quatre ans. Grâce à notre joint-venture en Chine, Cockerill Jingli Hydrogen, nous disposons d’une véritable expérience et avons pu mettre au point des électrolyseurs capables de générer 5, et maintenant 6 mégawatts. Le sujet de l’hydrogène, et plus généralement de la transition énergétique, est devenu stratégique pour l’Union européenne qui souhaite regagner en souveraineté. L’UE ne veut plus reproduire ses erreurs en ne soutenant pas les équipements permettant de produire de l’énergie, comme cela a pu être le cas par le passé avec le solaire. C’est pourquoi nous investissons en Europe.

Ce qui passe par un nouveau projet d’usine en Alsace ?

Tout à fait. Il s’agit d’une usine - une gigafactory - qui sera à 100 % européenne et à 80 % française. Opérationnelle dès 2022, elle montera peu à peu en puissance avant de produire chaque année, en vitesse de croisière, environ 200 électrolyseurs de 5 à 6 mégawatts. Nous développons des électrolyseurs de grande capacité et espérons monter en gamme avec des appareils de 7,5 voire 10 mégawatts pour répondre aux besoins des grands industriels ou des services publics.

"L’Union européenne ne veut plus reproduire les erreurs passées en matière d’énergie"

Plus globalement, vous souhaitez développer l’écosystème hydrogène. Comment vous y prenez-vous ?

Nous disposons d’un centre de R&D en collaboration avec l’IRT (Institut de recherche technologique) de Metz où nous mettrons à disposition de tout l’écosystème de l’hydrogène un démonstrateur avec lequel les acteurs pourront tester leurs composants critiques. Ce qui nous permettra de rester au courant de ce qui se fait de mieux sur le marché. En 2020, nous avons également créé un fonds industriel, Industrya, pour soutenir les start-up françaises, allemandes et luxembourgeoises tournées vers la transition énergétique, et développons un fonds de private equity, Cockerill Capital, pour financer des projets notamment dans les domaines de l’hydrogène et de la valorisation des déchets. Enfin, nous faisons partie des organismes de réflexion en France sur le déploiement de l’hydrogène.

John Cockerill est présent sur différents secteurs d’activité, comme l’environnement ou la défense. Quelle part l’hydrogène pourrait-il prendre dans votre business ?

L’hydrogène s’inscrit dans un axe de diversification de nos activités qui ont, elles aussi, vocation à vivre leur vie. L’hydrogène ne va pas les remplacer mais deviendra un élément fort et de plus en plus important de notre stratégie.

L’Europe, et la France notamment, souhaitent investir dans l’hydrogène à travers les plans de relance. Vous avez postulé pour des financements. Pourquoi ?

Nous avons besoin du soutien financier de l’État car l’hydrogène vert coûte plus cher que l’hydrogène gris (issu des énergies fossiles). Les premières installations sont toujours plus onéreuses que celles qui suivent. Pour le moment l’hydrogène dépend à 70 % du prix de l’électricité. On cherche des moyens différents pour le rendre plus compétitif. Notre projet va créer de l’emploi. Nous serons à 50 kilomètres de Fessenheim, ce qui permettra de reclasser des salariés. En outre, nous ouvrons les financements aux investisseurs institutionnels qui souhaitent prendre leur part dans la transition énergétique.

Propos recueillis par Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Qu'elles prennent la forme de rachats, de fusions, d'IPO ou de levées de fonds, les opérations sélectionnées dans ce dossier racontent une période de...

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Juin 2021, coup de tonnerre, le géant Altarea annonce l’entrée en négociations exclusives avec les actionnaires de l’ogre Primonial. L’ambition est cl...

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cet été, le fonds new-yorkais KKR prenait une participation dans l’éditeur de logiciels lyonnais, sur la base d’une valorisation de 5,5 milliards d’eu...

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

Directeur général de SAP France depuis le début de l’année 2020, Frédéric Chauviré revient sur sa feuille de route et les grands chantiers de SAP en F...

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Le marché des fusions-acquisitions n’a jamais été aussi florissant que depuis le deuxième semestre 2020. Même si ce dynamisme peut paraître incongru d...

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Des économies de plus d'un milliard d'euros par an, des procédures techniques réduites de 90%, des délais de dépistage divisés par deux ou encore une...

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

À la tête de la filiale française du géant allemand SAP, le spécialiste de l’ERP, Gérald Karsenti revient sur le plan d’investissement et de dépenses...

Y.Le Gélard (Engie) : "Ce qui tire le digital dans l’énergie aujourd’hui, c’est le temps réel donc l’IoT"

Y.Le Gélard (Engie) : "Ce qui tire le digital dans l’énergie aujourd’hui, c’est le temps réel donc l...

En charge du digital et des systèmes d’information du groupe Engie, Yves Le Gélard revient sur les effets de la crise sanitaire, la stratégie multi-cl...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte