A. Emery : "La RICS va poursuivre ce qui a été initié depuis un an en France"

A. Emery : "La RICS va poursuivre ce qui a été initié depuis un an en France"
Alexandra Emery

Mesures mises en place pour continuer à assurer les missions, identité des nouveaux membres français et marocains, feuille de route du nouveau conseil… La country manager de la RICS en France, Alexandra Emery, décrypte pour Décideurs les nombreuses actualités de l’organisation dans l’Hexagone.

Décideurs. Quelles mesures ont été prises par la RICS en France pour continuer à assurer ses missions dans ce contexte de confinement ?

Alexandra Emery. Nous avons commencé par suivre les directives nationales : nous nous sommes tous mis en télé-travail et restons confinés. En parallèle, nous avons développé en quelques jours une offre pour maintenir l’activité et les échanges entre les membres de la RICS en Europe au travers de webinars.  La première, programmée le 7 avril à 14h, portera sur l’impact du coronavirus sur l’industrie immobilière européenne. Toutes les classes d’actifs seront passées au crible : l’immobilier d’entreprise, le résidentiel, le commerce et l’hôtellerie. L’objectif sera d’identifier les meilleures pratiques suivant l’avancée de la situation dans chaque pays. Simon Rubinsohn, chief economist de la RICS, participera à ce webinar. La moitié des revenus générés par le sponsoring à l’occasion de cet événement seront reversés à l’OMS - Organisation mondiale de la santé - pour soutenir la recherche médicale. D’autres webinars sont en préparation pour le marché français, notamment sur le commerce qui est un secteur fortement impacté par la situation actuelle.

Concernant les sessions de jury pour l’admission des nouveaux membres, la prochaine édition aura lieu en juin. Si le confinement venait à se prolonger, nous pourrions nous inspirer de l’initiative de nos collègues espagnols qui ont organisé des jurys par visio-conférence. Nous surveillerons donc l’évolution de la situation dans les prochaines semaines avant de prendre une décision quant aux modalités d’organisation. Enfin, nous continuons à animer les ateliers de préparation à l’examen d’admission sous différentes formes virtuelles. Le digital nous permet donc de poursuivre nos activités. Nous avons mis à disposition des membres une série de guides sur l’impact de la crise dans des secteurs à risque, comme l’évaluation, ainsi que des formations en ligne gratuites.

Que représente la RICS aujourd’hui en France ?

La RICS compte 130 000 membres dans le monde, près de 10 000 en Europe et 1 400 en France. La dernière session d’examen qui s’est tenue en février a permis d’accueillir 21 nouveaux membres français et marocains : Nassreddine Lahbabta (MRICS) ; Seifeddine Boudaya (MRICS, Groupe Mfadel) ; Matthieu Folléas (MRICS, Amexium) ; Henry-Aurélien Natter (MRICS, Primonial REIM) ; Mohamed Ali Bouhjra (MRICS, CBRE Global Investors); Jean-Philippe Monnet (MRICS, Robine et Associés) ; Louisa Baileche (MRICS, SOCOTEC) ; Daniel While (MRICS, Primonial REIM); Florent Chevalere (MRICS, AEW Ciloger) ; Nathalie Vanneuville (MRICS, Arthur Loyd) ; Joel Mazure (MRICS) ; Arthur Cazalet (MRICS, Screeb Notaires) ; Loic Cuvelier (MRICS, BNP Paribas Real Estate Transaction) ; Vincent Lorach (MRICS, Savills Valuation SAS); El Ouarzazi (Mouad MRICS, Immo Consult Expertise) ; Johan Claude (MRICS, Etyo) ; Mody Camara (MRICS) ; Clemence Berthet (MRICS, Cushman & Wakefield Expertise); Thibault Adam (MRICS, Primonial REIM); Géraldine Lancel (MRICS, Société Générale) ; Arnaud Valverde (MRICS)

La mixité et la diversité des métiers immobiliers sont  bien représentées au sein de nos membres. Outre les secteurs de l’immobilier pur et de l’évaluation, aujourd’hui, nous travaillons également au développement du facility management, de la construction, des infrastructures et de l’urbanisme pour couvrir l’ensemble de la chaîne de valeur. En parallèle, nous nous nous développons sur quatre axes stratégiques : l’accentuation de notre positionnement comme leader d’opinion en France, l’accroissement de la confiance dans l’industrie immobilière, le lancement de nouvelles offres de formations sur-mesure dans les entreprises et auprès des professionnels, et la pérennité de l’organisation.

"Le digital nous permet de poursuivre nos activités"

Quelle est la feuille de route du nouveau conseil et de son président Frank Hovorka ?

Elle est en cours de finalisation. Ce nouveau conseil vient d’être élu pour trois ans. Il est composé de Frank Hovorka (MRICS, directeur technique et innovation de la FPI - Fédération des promoteurs immobiliers) ; Olivier Boussard (MRICS) ; Hélène Cloëz (MRICS, avocate associée chez LPA-CGR Avocats) ; Corinne Colson-Lafon (MRICS, directrice générale fondatrice de Steam’O) ; Hervé Di Rosa (head of business development chez Vinci Construction France) ; Patrick Dugué (FRICS, dirigeant de Dugué) ; Hélène-Claire Duplat (MRICS, associée de Catella Valuation) ; Bertrand Prodel (MRICS, directeur de BPCE Lease) ; et moi-même (MRICS).

Cette composition traduit la volonté d’inclusion et de parité de la RICS. Tous les métiers de l’immobilier sont représentés au sein de ce conseil constitué de cinq hommes et de quatre femmes. Par ailleurs, dans le cadre de la modernisation de notre action, nous avons décidé d’ouvrir le conseil à des non-membres.  L’entrée de Hervé Di Rosa, qui n’est pas membre de notre organisation, illustre cette volonté d’ouverture. L’action du nouveau conseil portera notamment sur trois sujets stratégiques pour notre industrie :  les données et de la technologie, les talents et les compétences, ainsi que le développement durable, en veillant à ce que nos normes soient en cohérence avec les progrès acquis et les évolutions à venir.

Quelles sont les ambitions de la RICS en France à moyen terme ?

Nous allons poursuivre ce qui a été initié depuis un an. Le rapprochement avec les organisations et fédérations professionnelles qui sont complémentaires à la RICS constitue le premier axe. Pour diffuser nos messages le plus efficacement possible, nous nous devons de créer ces partenariats. Nous allons également poursuivre notre accompagnement des professionnels dans l’appréhension des problématiques futures. Un programme a été lancé en 2015 dans ce sens pour adresser les sujets de la recherche des talents, des nouvelles technologiques, de l’éthique et des actions à mener pour conforter notre rôle de leader d’opinion. A ce titre, nous avons été auditionnés et avons formulé des préconisations dans le cadre de l’élaboration de la proposition de loi du député Jean-Luc Lagleize. Nous sommes également en contact avec le préfet Rollon Mouchel-Blaisot qui pilote le programme « Action Cœur de Ville ».

Nous continuons aussi à travailler étroitement à l’international avec la Commission européenne sur les normes de l’industrie immobilière, en particulier celles relatives au mesurage (IPMS et ICMS). La France est en avance sur ces questions et nous avons pu partager nos retours d’expérience. Dernier point, la RICS entend conserver son indépendance et ne compte pas devenir un lobby. Notre modèle économique restera appuyé uniquement sur les cotisations de nos membres.

Propos recueillis par François Perrigault (@fperrigault)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Immobilier 2020

Retrouvez notre dossier issu du guide-annuaire immobilier 2020
Sommaire

retrouvez l'intégralité du dossier L'impact du Covid-19 sur la fabrique de la ville

Des aménageurs aux utilisateurs en passant par les investisseurs, les financeurs, les conseils immobiliers et juridiques, les associations ou encore les start-up, toutes les strates de la chaîne de valeur de la fabrique de la ville sont impactées par la crise sanitaire et ses incidences économiques. Décideurs donne la parole aux acteurs de cette industrie pour recueillir leurs analyses et leurs propositions.
Sommaire C. Murciani (Acofi Gestion) : "Notre solidarité s’exprime notamment envers nos emprunteurs" L. Camilli (Clearwater International) : "Les fonds de garantie thématiques constituent une solution intéressante" C. Lamaud : "Les investisseurs comme Anaxago doivent être présents dans les bons et les mauvais moments" C. Journo-Baur (Wishibam) : "Notre solution est d’utilité publique dans cette situation de crise sanitaire" B. Heurteux (HBS-Research) : "Des associations entre start-up devront être réalisées" C. Rayssac : "Bazimo a lancé des nouveaux projets de développement pendant le confinement" B. Fremaux (Idex) : "La crise nous a touché de manière assez disparate" C. van Appelghem (Atlante Gestion) : "Le capital investissement devra porter un regard différent sur des actions de société" B. Marzloff (Chronos) : "La pandémie a été un laboratoire formidable pour la réforme de la ville"
Emmanuelle Wargon à la CRE, une nomination controversée

Emmanuelle Wargon à la CRE, une nomination controversée

Mercredi, les parlementaires se sont exprimés majoritairement contre l’arrivée d'Emmanuelle Wargon à la tête de la Commission de régulation de l'énerg...

Climatisation, jusqu'où baisser le thermostat ?

Climatisation, jusqu'où baisser le thermostat ?

La conséquence des fortes chaleurs sur les centres-villes des mégapoles aux quatre coins du globe est systématiquement la même : rappeler à chacun que...

Sobriété énergétique : Pedro Sánchez, Premier ministre espagnol, propose de quitter la cravate

Sobriété énergétique : Pedro Sánchez, Premier ministre espagnol, propose de quitter la cravate

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a exhorté pouvoirs publics et secteur privé à se libérer de leur cravate pour contribuer aux économies d’én...

Préservation du patrimoine : une tâche monumentale aux allures de chantier pharaonique

Préservation du patrimoine : une tâche monumentale aux allures de chantier pharaonique

Avec plus de 80 millions de touristes par an, la France est la première destination touristique mondiale. Au-delà d’une riche diversité de territoires...

Transition écologique : soutien public, abysse politique

Transition écologique : soutien public, abysse politique

Un sondage "OpinionWay – Square pour Les Echos et Radio Classique", explore le soutien des Français aux quelques mesures ou incantations environnement...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Urban Canopee : végétaliser la jungle urbaine

Urban Canopee : végétaliser la jungle urbaine

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la tech française. Aujourd’hui : Urban Can...

Bertrand Hoornaert devient directeur de l’Asset Management de Foncière Magellan

Bertrand Hoornaert devient directeur de l’Asset Management de Foncière Magellan

Désireuse de poursuivre la structuration de ses activités, Foncière Magellan annonce la nomination, effective le 30 juin, de Bertrand Hoornaert, 38 an...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message