A. Dyèvre (Gatti) : "Il faut que la force et le calme d’en haut se diffusent en bas"

Le secteur de l’hôtellerie, des cafés et de la restauration est particulièrement touché par la crise du Covid-19. Les entreprises et emplois qui lui sont liés en font les frais. C’est le cas de Gatti, le fabricant des meubles en rotin qui ornent les terrasses parisiennes. Son patron et propriétaire, Alexis Dyèvre, partage avec son nouveau quotidien.
Alexis Dyèvre, président de la maison Gatti.

Le secteur de l’hôtellerie, des cafés et de la restauration est particulièrement touché par la crise du Covid-19. Les entreprises et emplois qui lui sont liés en font les frais. C’est le cas de Gatti, le fabricant des meubles en rotin qui ornent les terrasses parisiennes. Son patron et propriétaire, Alexis Dyèvre, partage avec son nouveau quotidien.

Décideurs. Dans quelle mesure votre activité est-elle touchée par la pandémie ?

Alexis Dyèvre. Nous sommes dans l’épicentre de la crise économique car nous évoluons dans le secteur de la CHR (café, hôtel, restaurant), qui est l’un des plus secoués actuellement. Le choc a été extrêmement brutal dans la mesure où, du jour au lendemain, tous nos clients ont été fermés. En France, pays qui représente 55 % de notre chiffre d’affaires, l’activité bat son plein entre février et octobre. Les clients qui devaient s’équiper pour la saison ont remis leur projet à plus tard.

Quels sont vos atouts pour faire face à la tempête ?

Nous sommes rentrés dans l’œil du cyclone avec trois avantages. Les commandes sont livrées sous huit à dix semaines. Nous pouvons donc maintenir notre production, même si l’activité commerciale est quasi nulle depuis la mi-mars. Ensuite, notre société, centenaire, connaît depuis plusieurs années une forte croissance qui lui permet d’afficher une solidité financière rassurante et une réelle agilité opérationnelle. Enfin, 45 % de notre chiffre d’affaires est réalisé à l’étranger. Or les mesures de confinement et donc leurs impacts économiques n’ont pas été les mêmes dans tous les pays. Nos clients de Suède, de Norvège, du Danemark, d’Allemagne, de Suisse ou encore des Pays-Bas préparent actuellement la reprise de leur activité. Ce qui permettra de lisser le choc.

Quelles mesures avez-vous mises en place pour y faire face ?

D’une part, je me suis concentré sur la trésorerie en utilisant tout l’arsenal proposé par l’État afin de la préserver. Une partie de mes effectifs est notamment en chômage partiel pour lisser la production et j’organise des roulements, en accord avec les salariés, pour maintenir l’équité entre les personnes. D’autre part, je veille particulièrement à épauler mes salariés, en m’assurant régulièrement que chaque famille supporte au mieux ces semaines difficiles et en donnant à chacun de la visibilité à court terme. Il faut que la force et le calme d’en haut se diffusent en bas pour dépasser cette épreuve.

J’échange beaucoup avec d’autres dirigeants

Quel est le rôle du chef d’entreprise dans cette crise ?

Je m’attache à assurer la résilience de la société en organisant au mieux la gestion opérationnelle mais aussi en me projetant et en anticipant. L’exercice est difficile parce que personne ne peut prédire l’avenir, en particulier en ce qui concerne la réouverture des cafés, hôtels et restaurants ou encore le comportement des consommateurs. Je reste confiant à moyen terme parce que nos produits sont un investissement essentiel à l’activité de nos clients. Il est, en revanche, impossible d’anticiper l’échéance à laquelle ils seront reportés : trois mois, un an… ? Le pilotage se fait donc essentiellement à vue !

Vos produits seraient-ils adaptés à un monde demain porté davantage sur l’hygiène ?

Les tables que nous produisons sont fabriquées avec de l’inox, du laiton, de l’acier poli,  ou de la fonte, donc des matières que le virus n’aime pas. Mais il est difficile aujourd’hui de prendre des décisions – qui sont pourtant le propre d’un dirigeant – sans avoir de visibilité.

Comment garder le moral ?

Je me concentre d’abord sur la gestion quotidienne, pour qu’elle soit la plus fine possible et la plus adaptée aux données du moment, qui évoluent rapidement. Ensuite, j’échange beaucoup avec d’autres dirigeants. Avant d’acheter Gatti, j’ai fondé et dirigé Audacia, une société de gestion ayant investi au capital de plus de 350 PME. J’ai donc la chance de disposer d’un réseau dense qui me permet de nourrir ma réflexion. Enfin, je prends du recul : la moitié de l’humanité est assignée à résidence, l’incertitude est maximale, il est important de relativiser sa propre situation, d’accepter ce qui vient et de savoir que la vie reprend toujours ses droits. L’hôtellerie-restauration représente un million d’emplois et participe à l’âme de la France, à son patrimoine, à son art de vivre. Elle a énormément souffert depuis cinq ans, avec les attentats, les gilets jaunes et les grèves. Elle s’est toujours relevée.

Propos recueillis par Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Chefs d'entreprises face à la crise : résilience psychologique et stratégie opérationnelle

La crise économique liée au Coronavirus met les patrons à rude épreuve, tant sur le plan psychologique qu'opérationnel. Quelles sont leurs solutions ? Revoient-ils déjà leur business model ? Éléments de réponses.
Sommaire G. Sanson (Bonduelle) : "Il est essentiel de maîtriser le crédit inter-entreprises" O. Saguez (Saguez & Partners) : "Cette période est l’occasion d’inventer un nouveau monde" B. Guimbal (Hélicoptères Guimbal) : "Je me prépare à une diète salutaire" J. Ginart (Relais vert) : "La solution se trouve dans le collectif" L. Pottier Caudron (Temporis) : "L’économie n’est qu’une succession de crises et de relances" P. Loustric (Scentys) : "La communication a été essentielle" F. Bieber (Kwanko) : "Cette période de crise exacerbe les émotions" E. Cazeneuve (Hesus) : "Pousser l'internationalisation et augmenter les investissements" Roinat (Recommerce) : "Le rebond est envisagé grâce à de l'innovation"

retrouvez l'intégralité du dossier Leadership de crise : autant de réponses que de dirigeants

La crise économique liée au Coronavirus met à rude épreuve les chefs d'entreprise, tant sur le plan psychologique qu'opérationnel. Quelles sont leurs solutions ? Revoient-ils déjà leur business model ? Éléments de réponses.
Sommaire Leadership de crise : autant de réponses que de dirigeants Fabrice Le Saché (Medef) : "La reprise sera difficile" F. Gervais (Accor) : "Nous renforçons nos mesures sanitaires pour préparer la sortie du confinement" V. Carreau (Comet Meetings) : "Si les équipes sortent démotivées, la machine ne repartira pas" C. Deldycke (Turenne Groupe) : "Le marché du capital-investissement va forcément accélérer" B. Costes (Agrihub) : "Il faut que nos fournisseurs sortent des mains des Chinois"
Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Des services publics déficients et une classe moyenne supérieure nombreuse. Le Brésil présente la configuration idéale pour se lancer dans la santé pr...

D. Fleury (MACIF) : "La crise a accéléré notre transformation digitale"

D. Fleury (MACIF) : "La crise a accéléré notre transformation digitale"

Didier Fleury accompagne depuis deux ans la transformation numérique de la Macif, société d’assurance mutuelle française.  Un défi de taille pour cett...

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Directeur général de Soitec depuis 2015, il a remis le fabricant de semi-conducteurs sur les rails et compte tripler le chiffre d’affaires du groupe d...

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

La présentation de la nouvelle DS4 début septembre s’est accompagnée de l’annonce d’un passage au 100 % électrique à partir de 2024 de la marque DS. J...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Depuis 1997, les frères Martin développent un groupe de laboratoires d’analyse et de biologie médicale née d’une technologie découverte par leurs pare...

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

L’économie circulaire est au cœur de l’activité d’Econocom, groupe spécialisé depuis 1973 dans les services liés à la transformation digitale. Son fon...

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte