A. Dubois (Arnaud Dubois Associates) : "Le marché de l’art a besoin de s’industrialiser davantage"

Arnaud Dubois, fondateur de la société de conseil en art Arnaud Dubois Associates, brosse le portrait du marché de l’art actuel, entre valeur artistique et valeur financière.
Arnaud Dubois

Arnaud Dubois, fondateur de la société de conseil en art Arnaud Dubois Associates, brosse le portrait du marché de l’art actuel, entre valeur artistique et valeur financière.

DÉCIDEURS. Pouvez-vous nous parler de votre activité ?

ARNAUD DUBOIS. Arnaud Dubois Associates est une société de conseil spécialisée dans la gestion de patrimoine artistique et le placement en œuvres d’art. Nous conseillons des collectionneurs ainsi que des investisseurs privés et institutionnels qui bénéficient de notre expertise du marché de l’art contemporain et de ses réseaux. Nos services se concentrent autour de la gestion de collection : expertise financière, authentification, stockage, encadrement, assurance, valorisation... Les conseils que nous délivrons s’effectuent au regard des objectifs des clients, qui seront artistiques, sociaux ou financiers. Il est d’ailleurs tout à fait possible de conjuguer placement et passion.

Comment se valorise une œuvre d’art ?

La valeur d’une œuvre d’art se crée et évolue au carrefour des institutions culturelles et des institutions financières. Le marché s’appuie sur la prescription des musées pour établir et légitimer le prix. Un artiste sans relais institutionnel ou marchand demeure un artiste sans statut. La starification des artistes et l’explosion mondiale du PIB depuis le milieu des années 1980 conduisent à une demande exponentielle en œuvres d’art. La culture est une religion moderne. Les musées privés se multiplient, les murs crient famine et les artistes confirmés font face à une demande constante alors que l’offre se raréfie. Nous assistons à un effet ciseaux tirant les prix vers le haut.

"La culture est une religion moderne"

Quelle place tient le digital au sein de ce marché ?

Replongez-vous à l’aube de la création d’Internet. Acheter en ligne semblait alors invraisemblable. Aujourd’hui, le marché de l’art est en phase rapide de digitalisation, ce qui favorise davantage son internationalisation. Bien que l’on assiste à sa rapide digitalisation, le marché fonctionne toujours de manière relativement traditionnelle et aurait besoin de s’industrialiser davantage. Toutefois, il y a peu de chance que ce marché se résume simplement à des transactions sur Internet. Les collectionneurs auront toujours besoin d’appréhender physiquement les œuvres d’art avant de les acquérir.

Que pensez-vous de la vente "One" de Christie’s et des stratégies des grandes maisons de ventes ?

À l’avenir, nous assisterons davantage à des ventes aux enchères de ce type, qui accumulent les trophées à destina- tion des méga-collectionneurs. Ainsi un client pourra enchérir dans la même vente sur une Ferrari 250 GTO, un tableau de Picasso ou une sculpture en bronze datant de l’antiquité grecque. Christie’s a d’ailleurs récemment vendu à New York un squelette de tyrannosaure pour 27 millions d’euros pré- senté parmi des chefs-d’œuvre de l’art contemporain.

Quelle incidence a eu la crise sur ce marché ?

L’impact de la crise demeure limité sur le marché de l’art. La crise impacte peu le marché de l’art haut de gamme, qui conserve son attrait auprès des méga-collectionneurs. Le marché de l’art moyen de gamme observe une remarquable stabilité de ses prix, avec toutefois moins d’irrationalité. Le marché de l’art émergent rencontre quant à lui un destin plus mitigé.

Durant le confinement, nous avons été particulièrement sollicités par des clients désireux de consolider leurs actifs artistiques à des fins patrimoniales. Biens tangibles, les créations résistent à l’inflation et observent peu de volatilités de marché. La facilité des échanges transactionnels sur le marché de l’art conjuguée à une fiscalité attractive favorise sa dynamique positive.

Propos recueillis par Emilie Zana

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Alibaba à la conquête des marques

Alibaba à la conquête des marques

Michelle Lau, co-directrice d’Alibaba Group en France, est en charge de la stratégie retail d'Alibaba et des partenariats avec les marques. Elle revie...

Christel Heydemann (Orange) : "La technologie est un formidable levier pour accélérer l’innovation dans la santé"

Christel Heydemann (Orange) : "La technologie est un formidable levier pour accélérer l’innovation d...

Présente lundi 16 mai pour l’inauguration officielle des locaux de Future4care, l’incubateur européen de start-up spécialisées en e-santé, lancé en ju...

Future4care : à la découverte des start-up Bliss et MaPatho

Future4care : à la découverte des start-up Bliss et MaPatho

Comme chaque semaine, Décideurs vous faire découvrir les start-up de la première promotion de l'incubateur Future4care spécialisé dans la e-santé. Cet...

Comment Twitch aide les marques à séduire la jeunesse

Comment Twitch aide les marques à séduire la jeunesse

Jusque-là consacré aux jeux vidéo, le service de diffusion en direct, Twitch, continue d’accroître ses contenus artistiques et culturels. Cette filial...

Inauguration officielle de l’incubateur Future4care

Inauguration officielle de l’incubateur Future4care

Né de l’alliance entre Sanofi, Capgemini, Generali et Orange, l’accélérateur de start-up européennes Future4care a tenu son inauguration officielle ce...

L’entreprise biopharmaceutique UCB intègre l’accélérateur Future4care

L’entreprise biopharmaceutique UCB intègre l’accélérateur Future4care

L’accélérateur de start-up européennes Future4care se renforce en accueillant le belge UCB en qualité de nouvel adhérent et membre du comité de sélect...

Muriel Benitah (MedInTechs) : "Le salon MedInTechs se veut le mégaphone de l’innovation en santé"

Muriel Benitah (MedInTechs) : "Le salon MedInTechs se veut le mégaphone de l’innovation en santé"

Salué par Emmanuel Macron, la première édition de MedInTechs, salon de l’innovation en santé, a rassemblé 6000 personnes. Muriel Benitah, sa président...

Covid, Ukraine : les entreprises investissent massivement dans la digitalisation

Covid, Ukraine : les entreprises investissent massivement dans la digitalisation

Pour faire face aux vents contraires, les grandes sociétés françaises devraient investir cette année 174,9 milliards d’euros dans leur transformation...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message