A. Dubois (Arnaud Dubois Associates) : "Le marché de l’art a besoin de s’industrialiser davantage"

Arnaud Dubois, fondateur de la société de conseil en art Arnaud Dubois Associates, brosse le portrait du marché de l’art actuel, entre valeur artistique et valeur financière.
Arnaud Dubois

Arnaud Dubois, fondateur de la société de conseil en art Arnaud Dubois Associates, brosse le portrait du marché de l’art actuel, entre valeur artistique et valeur financière.

DÉCIDEURS. Pouvez-vous nous parler de votre activité ?

ARNAUD DUBOIS. Arnaud Dubois Associates est une société de conseil spécialisée dans la gestion de patrimoine artistique et le placement en œuvres d’art. Nous conseillons des collectionneurs ainsi que des investisseurs privés et institutionnels qui bénéficient de notre expertise du marché de l’art contemporain et de ses réseaux. Nos services se concentrent autour de la gestion de collection : expertise financière, authentification, stockage, encadrement, assurance, valorisation... Les conseils que nous délivrons s’effectuent au regard des objectifs des clients, qui seront artistiques, sociaux ou financiers. Il est d’ailleurs tout à fait possible de conjuguer placement et passion.

Comment se valorise une œuvre d’art ?

La valeur d’une œuvre d’art se crée et évolue au carrefour des institutions culturelles et des institutions financières. Le marché s’appuie sur la prescription des musées pour établir et légitimer le prix. Un artiste sans relais institutionnel ou marchand demeure un artiste sans statut. La starification des artistes et l’explosion mondiale du PIB depuis le milieu des années 1980 conduisent à une demande exponentielle en œuvres d’art. La culture est une religion moderne. Les musées privés se multiplient, les murs crient famine et les artistes confirmés font face à une demande constante alors que l’offre se raréfie. Nous assistons à un effet ciseaux tirant les prix vers le haut.

"La culture est une religion moderne"

Quelle place tient le digital au sein de ce marché ?

Replongez-vous à l’aube de la création d’Internet. Acheter en ligne semblait alors invraisemblable. Aujourd’hui, le marché de l’art est en phase rapide de digitalisation, ce qui favorise davantage son internationalisation. Bien que l’on assiste à sa rapide digitalisation, le marché fonctionne toujours de manière relativement traditionnelle et aurait besoin de s’industrialiser davantage. Toutefois, il y a peu de chance que ce marché se résume simplement à des transactions sur Internet. Les collectionneurs auront toujours besoin d’appréhender physiquement les œuvres d’art avant de les acquérir.

Que pensez-vous de la vente "One" de Christie’s et des stratégies des grandes maisons de ventes ?

À l’avenir, nous assisterons davantage à des ventes aux enchères de ce type, qui accumulent les trophées à destina- tion des méga-collectionneurs. Ainsi un client pourra enchérir dans la même vente sur une Ferrari 250 GTO, un tableau de Picasso ou une sculpture en bronze datant de l’antiquité grecque. Christie’s a d’ailleurs récemment vendu à New York un squelette de tyrannosaure pour 27 millions d’euros pré- senté parmi des chefs-d’œuvre de l’art contemporain.

Quelle incidence a eu la crise sur ce marché ?

L’impact de la crise demeure limité sur le marché de l’art. La crise impacte peu le marché de l’art haut de gamme, qui conserve son attrait auprès des méga-collectionneurs. Le marché de l’art moyen de gamme observe une remarquable stabilité de ses prix, avec toutefois moins d’irrationalité. Le marché de l’art émergent rencontre quant à lui un destin plus mitigé.

Durant le confinement, nous avons été particulièrement sollicités par des clients désireux de consolider leurs actifs artistiques à des fins patrimoniales. Biens tangibles, les créations résistent à l’inflation et observent peu de volatilités de marché. La facilité des échanges transactionnels sur le marché de l’art conjuguée à une fiscalité attractive favorise sa dynamique positive.

Propos recueillis par Emilie Zana

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

2MX Organic : la nouvelle aventure de Niel et Pigasse

2MX Organic : la nouvelle aventure de Niel et Pigasse

Les deux hommes d’affaires s’allient à l’entrepreneur Moez-Alexandre Zouari pour créer un spécialiste de la consommation responsable en France et en E...

S&P Global réalise l’une des plus importantes fusions de l’année avec l’acquisition de IHS Markit

S&P Global réalise l’une des plus importantes fusions de l’année avec l’acquisition de IHS Markit

Le groupe américain S&P Global, fournisseur de données financières, annonce ce lundi 30 novembre l’acquisition de son concurrent britannique, IHS...

Benoît Pédoussaut : "Un bon Codir de transformation doit respecter la règle des trois tiers"

Benoît Pédoussaut : "Un bon Codir de transformation doit respecter la règle des trois tiers"

Directeur du développement stratégique du groupe Sonepar, Benoît Pédoussaut n’en est pas à sa première transformation d’entreprise. Il revient sur son...

C. Pruvot (Apicil) : "J’aspire à voir se créer un label ISR commun, européen"

C. Pruvot (Apicil) : "J’aspire à voir se créer un label ISR commun, européen"

Chloé Pruvot, directrice des investissements du groupe Apicil, regrette l’absence d’un référentiel commun à l’investissement socialement responsable e...

G. Pepy : "Nous sommes sur le pont pour soutenir les entreprises victimes de la crise"

G. Pepy : "Nous sommes sur le pont pour soutenir les entreprises victimes de la crise"

Depuis le début de la crise sanitaire, le réseau Initiative France accompagne les entreprises pour traverser cette période inédite. Son président, Gu...

L.Roudil (Econocom) : "La crise a plus que jamais souligné le caractère indispensable des investissements IT"

L.Roudil (Econocom) : "La crise a plus que jamais souligné le caractère indispensable des investisse...

Nommé début 2020 directeur général du groupe Econocom en charge de l’ensemble des activités en France, Laurent Roudil revient sur l’impact de la crise...

Laurent Musy (Terreal) : "L’industrie et les sociétés comme les nôtres font partie de la solution"

Laurent Musy (Terreal) : "L’industrie et les sociétés comme les nôtres font partie de la solution"

Président directeur général de Terreal, acteur de référence des matériaux de construction en terre cuite, Laurent Musy a porté de grandes transformati...

M. Agache Durand (Groupama AM) : "Investir sur les marchés financiers est créateur d’emplois"

M. Agache Durand (Groupama AM) : "Investir sur les marchés financiers est créateur d’emplois"

Dans un environnement économique et financier marqué par la crise de la Covid-19, les sociétés de gestion ont montré une certaine résilience. Si Mirel...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte