A. Digard (Afrexim) : "La crise va peut-être précipiter la remise en cause du bail commercial"

La façon dont les experts se sont adaptés au confinement, le rôle éventuel de l’industrie immobilière dans la relance économique, l’impact à moyen terme de la crise sanitaire sur le secteur… Anne Digard, présidente de l’Afrexim, livre son analyse à Décideurs.
Anne Digard (©D.R.)

La façon dont les experts se sont adaptés au confinement, le rôle éventuel de l’industrie immobilière dans la relance économique, l’impact à moyen terme de la crise sanitaire sur le secteur… Anne Digard, présidente de l’Afrexim, livre son analyse à Décideurs.

Décideurs. Quels premiers enseignements tirez-vous de la crise sanitaire et du confinement ?

Anne Digard. Le Covid-19 a épargné tous les experts qui sont membres des sociétés de l’Afrexim, ce dont nous nous réjouissons. En dehors des aspects sanitaires et macro-économiques, plusieurs enseignements peuvent être tirés de cette crise sans précédent. Les experts ont montré leur engagement car toutes les tâches ont pu être réalisées à domicile en période de confinement, à la seule exception des visites. Nous en avions informé l’Autorité des marchés financiers (AMF), l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) et les associations des investisseurs ASPIM, AFG, FFSA, FSIF. Les visites ont repris depuis le 11 mai, en respectant le protocole édicté par le gouvernement afin de préserver la santé de nos collaborateurs et de nos clients. Ainsi, la mise en place quasi-instantanée du télétravail, ou du travail à domicile pour ceux qui gardaient leurs enfants tout en effectuant leurs tâches professionnelles, a été efficace et efficiente en full digital. A tel point que les experts en évaluation immobilière ont fait part dans une récente enquête de leur souhait de télétravailler dans la limite de deux jours par semaine. Cette appétence est notamment motivée par le souci de réduire la fatigue générée par les déplacements entre le domicile et le lieu de travail mais aussi la prise en considération du geste environnemental de réduction de la pollution. Le retour au bureau reste néanmoins essentiel à leurs yeux pour préserver le lien social. Le Covid-19 a également permis de lever les dernières réticences de certains managers vis-à-vis du recours au télétravail. La confiance et l’autonomie sont les grandes gagnantes de cette période.

Quel regard portez-vous sur l’action du gouvernement ?

Les experts observent mais ne jugent pas. La tâche du gouvernement est complexe. L’arrêt soudain mais inéluctable de l’économie a rendu difficile la conciliation des intérêts des investisseurs, pour qui les loyers constituent la principale source de revenus, et des locataires dont certains ne peuvent pas délivrer de chiffre d’affaires en raison de l’impossibilité d’accéder aux locaux pour n’aborder que les actifs commerciaux, qui sont les plus durement affectés. Notons toutefois que nombre d’investisseurs ont fait preuve de solidarité et ont répondu aux attentes du gouvernement. La problématique reste la position du curseur. Une grande partie de ces acteurs ont changé d’approche depuis plusieurs années en considérant leurs locataires comme leurs partenaires.

Quel pourrait être le rôle de l’industrie immobilière dans la relance économique ? 

Tous les métiers de l’immobilier ne sont pas impactés de la même manière par la crise sanitaire. Cette dernière risque d’amplifier les difficultés rencontrées depuis quelques années par certains secteurs. Néanmoins, notre industrie avait un poids important dans l’économie avant le début de la crise sanitaire et cela sera encore le cas demain. Elle contribuera activement à la relance économique, notamment à travers les projets de construction et la réalisation du Grand Paris Express. La poursuite des efforts pour verdir les parcs immobiliers tertiaire et résidentiel constitue également un axe de relance pour atteindre la neutralité carbone.

Dans quelle mesure cette crise sanitaire pourrait-elle faire évoluer à moyen terme les grands principes de fonctionnement de l’industrie immobilière selon vous ?

Les sujets de la métropolisation et des enjeux écologiques vont évoluer. La montée en puissance de la RSE était bien amorcée et elle va s’accélérer à la suite de cette crise sanitaire, notamment sur les questions de parité et de ce qui en découle. Les femmes sont en première ligne dans cette crise, que ce soit dans les établissements de soins, dans les surfaces de vente… Pour les sujets purement immobiliers, la crise va peut-être précipiter la remise en cause du bail commercial, quelque peu rigide. Le coworking, en répondant aux attentes d’agilité et de souplesse des entreprises dans la recherche de locaux, avait déjà amorcé le mouvement. Quid d’une nouvelle approche conciliant la sécurité du bail commercial et le besoin de flexibilité ? Les experts de l’Afrexim réfléchissent à ces différentes problématiques et travaillent actuellement sur des analyses de la valeur verte des actifs immobiliers et nous sommes d’ailleurs sollicités de manière plus systématique sur ces sujets. Enfin, concernant les visites, celles-ci pourraient peut-être être organisées avec des vidéos, à charge pour les standards de s’adapter.

Propos recueillis par François Perrigault (@fperrigault)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier L'impact du Covid-19 sur la fabrique de la ville

Des aménageurs aux utilisateurs en passant par les investisseurs, les financeurs, les conseils immobiliers et juridiques, les associations ou encore les start-up, toutes les strates de la chaîne de valeur de la fabrique de la ville sont impactées par la crise sanitaire et ses incidences économiques. Décideurs donne la parole aux acteurs de cette industrie pour recueillir leurs analyses et leurs propositions.
Sommaire C. Murciani (Acofi Gestion) : "Notre solidarité s’exprime notamment envers nos emprunteurs" L. Camilli (Clearwater International) : "Les fonds de garantie thématiques constituent une solution intéressante" C. Lamaud : "Les investisseurs comme Anaxago doivent être présents dans les bons et les mauvais moments" C. Journo-Baur (Wishibam) : "Notre solution est d’utilité publique dans cette situation de crise sanitaire" B. Heurteux (HBS-Research) : "Des associations entre start-up devront être réalisées" C. Rayssac : "Bazimo a lancé des nouveaux projets de développement pendant le confinement" A. Emery : "La RICS va poursuivre ce qui a été initié depuis un an en France" B. Fremaux (Idex) : "La crise nous a touché de manière assez disparate" C. van Appelghem (Atlante Gestion) : "Le capital investissement devra porter un regard différent sur des actions de société" B. Marzloff (Chronos) : "La pandémie a été un laboratoire formidable pour la réforme de la ville"
La veille urbaine du 25 novembre 2020

La veille urbaine du 25 novembre 2020

Ardian qui loue à Sanofi l’ensemble du 46-48 avenue de la Grande Armée à Paris 17e, Sébastien Nida qui rejoint Savills France, la SGP qui investira pl...

La France a trois mois pour attester de l’efficacité de sa stratégie climatique

La France a trois mois pour attester de l’efficacité de sa stratégie climatique

En acceptant de se saisir du cas de la commune de Grande-Synthe, le Conseil d’Etat est pour la première fois contraint de trancher dans une affaire po...

M. Magnifico : "L’incubateur Prop3rty constitue l’occasion d’attirer de nouveaux profils pour EuraTechnologies"

M. Magnifico : "L’incubateur Prop3rty constitue l’occasion d’attirer de nouveaux profils pour EuraTe...

EuraTechnologies vient de lancer un nouveau programme d’incubation de startups destiné à accompagner les porteurs de projets novateurs dans l’industri...

La veille urbaine du 24 novembre 2020

La veille urbaine du 24 novembre 2020

La liste des EPCI candidats à l'encadrement des loyers, le groupe Laurent Taïeb qui va créer un hôtel au sein de la tour Duo 2, Sogaris et la RATP qui...

P. Rosio (Foncière Inea) : "Les marchés régionaux montrent encore une fois leur résilience"

P. Rosio (Foncière Inea) : "Les marchés régionaux montrent encore une fois leur résilience"

Alors que Foncière Inea poursuit sa stratégie d’investissement dans des immeubles de bureaux neufs en régions comme le montre la récente acquisition d...

La veille urbaine du 23 novembre 2020

La veille urbaine du 23 novembre 2020

La Ville de Paris qui soutient finalement la modernisation de la gare du Nord après l'adaptation du projet, Ivanhoé Cambridge qui renforce son exposit...

Ville de Paris : que contient le manifeste pour une nouvelle esthétique parisienne ?

Ville de Paris : que contient le manifeste pour une nouvelle esthétique parisienne ?

La question de la place de la nature en ville se pose par exemple. Tiraillée entre un héritage séculaire et des problématiques contemporaines, Paris s...

La Ville de Paris soutient finalement la modernisation de la gare du Nord après l'adaptation du projet

La Ville de Paris soutient finalement la modernisation de la gare du Nord après l'adaptation du proj...

Après un an d’appels répétés de la Ville de Paris à la révision du programme de réaménagement de la gare du Nord, la municipalité vient de ratifier un...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte