A. Boring (économiste) : "Croire au jour où le sexe ne sera plus un signal de compétence"

Titulaire de la chaire pour l’entrepreneuriat des femmes de Sciences Po, l’économiste Anne Boring encourage les entreprises à lutter contre les stéréotypes de compétence. Un long chemin vers plus de mixité qui suppose, par-delà les quotas, de "dégenrer" valeurs, métiers et marché du travail.

Titulaire de la chaire pour l’entrepreneuriat des femmes de Sciences Po, l’économiste Anne Boring encourage les entreprises à lutter contre les stéréotypes de compétence. Un long chemin vers plus de mixité qui suppose, par-delà les quotas, de "dégenrer" valeurs, métiers et marché du travail.

Décideurs. En termes d’égalité professionnelle et de diversité, sommes-nous sur la bonne voie ?

Anne Boring. Même si la résorption des inégalités tend à ralentir depuis le début des années 2000, deux éléments ont permis de ne pas trop entraver la marche vers l’égalité en entreprise. D’une part, les politiques de quotas, initiées dans le sillage de la loi Copé-Zimmermann, ont apporté la preuve de leur efficacité. Aujourd’hui, ce ne sont pas 40, mais 44 % de femmes que comptent les conseils d’administration. Cependant, l’égalité professionnelle à d’autres échelons de leadership, notamment les comités exécutifs, reste encore loin d’être atteinte. D’autre part, la crise économique de 2008 a rendu possible la construction d’un business case à la diversité, notamment en matière d’égalité entre les femmes et les hommes.

Justement, en quoi la diversité de genre constitue-t-elle un facteur de performance ?

Plusieurs facteurs permettent de l’expliquer : la "surcompétence" des femmes issues de processus de "sursélection", l’augmentation de la créativité du fait du recrutement de profils différents, la fin de l’entre-soi, l’ouverture et l’agilité permise par la mixité, l’impératif désormais incontournable pour les entreprises de ressembler à la société et aux consommateurs. Une politique de diversité participe à rendre les entreprises plus comptables de leur façon de travailler. Elle mêle les expériences, connaissances, croyances et perspectives. Or, une telle pluralité contribue à la qualité des processus de décision et à l’innovation. Pris ensemble, ces éléments démontrent que l’accession des femmes aux responsabilités est globalement profitable pour le business.

Quels leviers les entreprises peuvent-elles actionner pour aller vers davantage de diversité ?

Elles peuvent agir sur la culture d’entreprise en bousculant les pratiques managériales, les normes et les comportements qui la tissent. Par exemple, il ne suffit pas de développer des initiatives en matière d’égalité femmes-hommes dans une logique d’empowerment des femmes. Il conviendrait aussi de parvenir à une banalisation de la parentalité au travail qui donnerait aux femmes comme aux hommes de vraies autorisations pour s’approprier les dispositifs de conciliation des temps de vie. Dégenrer les problématiques subies par les femmes comme la maternité ou le harcèlement oui, mais tout en poursuivant le partage du pouvoir. Il s’agira, dès lors, de finaliser la mise en œuvre de la loi Copé-Zimmermann, de l’étendre aux comités exécutifs des sociétés du SBF 120 et de s’assurer que les femmes se sentent bien dans ces instances de pouvoir créées par les hommes et pour les hommes.

"L’introduction de quotas en politique a permis d’accroître la compétence de la classe politique en réduisant la proportion d’hommes médiocres…"

Les quotas ne représentent pourtant pas l’Alpha et l’Omega des politiques d’égalité…

Le principal écueil des quotas affecte directement les femmes qui redoutent que ce type de politiques empêche leurs compétences d’être reconnues à leur juste valeur. En prenant un peu de recul, on remarquera toutefois une évolution. En effet, le discours de la "promotion canapé" des années 1980 ou 1990 a cédé la place à celui du "grand remplacement". On entend moins dire qu’une femme est montée dans la hiérarchie "parce qu’elle a couché", mais plus qu’elle aurait pris la place d’un homme compétent "parce qu’elle est une femme". Je veux croire au jour où le sexe ne sera plus un signal de compétence ou d’incompétence. Cet espoir est d’autant plus fondé qu’une étude menée par des chercheurs de la London School of Economics and Political Science et des universités d’Uppsala et de Stockholm a montré que l’introduction de quotas en politique n’induit pas le remplacement d’hommes compétents par des femmes incompétentes. Elle permet plutôt d’accroître la compétence de la classe politique en réduisant la proportion d’hommes médiocres… Les politiques d’égalité professionnelle sont donc tout à fait compatibles avec un système méritocratique.

De nombreux articles émettent l’idée selon laquelle l’évolution du marché du travail favoriserait les femmes puisque les valeurs dites "masculines" disparaissent au profit de valeurs "féminines". Qu’en pensez-vous ?

Genrer les valeurs de cette manière me semble dangereux. Certes, il existe de fait des domaines plus masculins que féminins et inversement. Mais, si des rôles peuvent être endossés et des valeurs développées, celles-ci changent au cours du temps… À moins d’entretenir les stéréotypes sur des soft skills proprement masculins ou féminins ! Les femmes ne sont pas forcément de meilleures communicantes que les hommes. Quant au goût du risque, on le retrouve aussi bien chez les premières que chez les seconds. Les similitudes entre hommes et femmes sont plus nombreuses qu’on ne le pense. Il y a beaucoup plus de diversité parmi les membres de chaque sexe qu’entre eux.

Propos recueillis par Marianne Fougère

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Union européenne : vers un salaire minimum ?

Union européenne : vers un salaire minimum ?

Juin 2022, les États membres de l’Union européenne viennent de trouver un accord concernant l’uniformisation d’un salaire minimum. Toutefois, cette no...

Dossier spécial : ces directeurs formation qui innovent

Dossier spécial : ces directeurs formation qui innovent

Bras droits des directions des ressources humaines, au premier plan pour accompagner l’évolution des métiers, les directeurs de la formation se sont i...

Patrick Benammar (groupe Renault), fédérateur de communautés

Patrick Benammar (groupe Renault), fédérateur de communautés

Arrivé chez Renault en 2018, Patrick Benammar y dirige les activités de formation et de développement des compétences et anime une large communauté d’...

Vincent Gailhaguet (Engie), générateur d’esprits agiles

Vincent Gailhaguet (Engie), générateur d’esprits agiles

Vincent Gailhaguet a accompagné la transformation de différentes sociétés telles Scor, Vivendi, EDF, Le Monde dans des postes RH avant de rejoindre GD...

Franck Gaillard (Alstom), du classroom training au digital

Franck Gaillard (Alstom), du classroom training au digital

Global learning director chez Alstom depuis cinq ans et chez Alstom depuis treize, les projets en digital learning de Franck Gaillard ont retenu l’att...

Ilhem Alleaume (L'Oréal), apprenante continue

Ilhem Alleaume (L'Oréal), apprenante continue

Arrivée chez L’Oréal en avril 2020, Ilhem Alleaume est convaincue que la flamme de l’apprentissage doit être entretenue. Forte de 23 années d’expérien...

Bérengère Vuaillat (Canal +), de l’IT au L&D

Bérengère Vuaillat (Canal +), de l’IT au L&D

Learning & development manager au sein de Canal+, Bérengère Vuaillat a été sélectionnée par la rédaction de Décideurs RH pour figurer parmi les st...

Jean-Roch Houllier (Safran), créateur de passerelles

Jean-Roch Houllier (Safran), créateur de passerelles

Après une quinzaine d’années passées dans la conduite de projets, Jean-Roch Houllier a rejoint le département formation de Thales. En 2020, il intègre...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message