A. Bonzon : "Erdogan joue la carte nationaliste pour faire oublier les difficultés économiques"

Un dirigeant turc en perte de popularité qui joue la carte du nationalisme et de l’identité islamique, des Américains occupés par la présidentielle, des Européens divisés, des pays sunnites inquiets… Plusieurs facteurs expliquent la situation explosive en mer Égée estime la journaliste Ariane Bonzon, auteure de "Turquie, l’heure de vérité".

Un dirigeant turc en perte de popularité qui joue la carte du nationalisme et de l’identité islamique, des Américains occupés par la présidentielle, des Européens divisés, des pays sunnites inquiets… Plusieurs facteurs expliquent la situation explosive en mer Égée estime la journaliste Ariane Bonzon, auteure de "Turquie, l’heure de vérité".

Décideurs Magazine. Erdogan utilise-t-il le bras de fer avec la Grèce avant tout à des fins de politique intérieure ?

Ariane Bonzon. D’une certaine manière oui. La situation économique est telle qu’il n’est plus en mesure d’assurer une forte croissance et une hausse du niveau de vie, au fondement du contrat social qu’il avait conclu avec son électorat et qui a fait son succès. Sa cote de popularité se porte mal et il est contraint de s’allier avec un parti ultra-nationaliste, le MHP. Ce qui explique qu’il ne joue pas seulement la carte islamique mais aussi nationaliste.

Les tensions avec la Grèce s’inscrivent dans la cette volonté de projeter la puissance turque, y compris militaire, sur la scène extérieure : comme on le voit en Afrique, en Libye et maintenant dans la Méditerranée, pour certaines anciennes terres et mers ottomanes. Sur la scène intérieure, la re-transformation de la basilique byzantine Saint Sophie en mosquée, permet de réaffirmer la souveraineté turque et de flatter le camp islamiste qui a pu se détourner de Recep Tayip Erdogan.  Cette stratégie vise à préparer au mieux les élections de 2023, centenaire de la république fondée par le général Mustafa Kemal.

Existe-t-il une union sacrée en Turquie ?

Pour les Turcs de tout bord politique, les questions de souveraineté nationale sont importantes, et celle de la souveraineté maritime en mer Égée tout particulièrement (pour avoir accès à des ressources énergétiques, pour redéfinir les frontières maritimes...) . Avec plusieurs milliers d’îles et ilots grecs, si l’on respectait le droit international à la lettre la mer serait un "lac grec" comme disent les Turcs. D’ailleurs, le parti kémaliste (CHP) ne s’oppose pas à un redécoupage des frontières maritime dans l’intérêt de la Turquie. Ce qui explique le relatif silence de l’opposition et le soutien aux incursions de la marine turque.

L’UE semble divisée : la France est offensive, l’Allemagne joue la carte de l’apaisement…

La diplomatie française n’est pas prête d’oublier l’opération de l’armée turque en Syrie en octobre 2019 visant les Kurdes autonomistes syriens, alliés de la coalition anti-Daech. C’était le retrait américain et une certaine passivité de l’Otan et de l’UE qui avait laissé le champ libre aux Turcs. Paris veut donc éviter que la Turquie profite de l’atonie américaine et européenne, d’où l’envoi de forces françaises dans la zone. Cet activisme permet à la France de peser comme puissance européenne, c’est aussi un signal très fort envoyé à d’autres pays de la région (Égypte, Arabie-saoudite, Émirats Arabes Unis) qui, bien que sunnites, commencent à craindre l’expansionnisme turc.

"Les pays sunnites de la région commencent à craindre l'expansionnisme turc"

Par rapport à la France, l’Allemagne continue à dialoguer étroitement et de manière constructive avec Ankara. Plusieurs facteurs expliquent ce bon contact : liens traditionnels entre les deux pays, méfiance extrême d’Angela Merkel pour le bruit des bottes, priorité pour la négociation au fondement d’ailleurs de l’Union européenne.  Soulignons aussi que l’Allemagne compte au minimum 3,5 millions de ressortissants turcs ou germano-turcs sur son sol. Et que l’accord sur les réfugiés de mars 2016 qu’a signé l’UE avec la Turquie l’a été à l’initiative de l’Allemagne ; la chancelière est obsédée - à juste titre - par la perspective que le Président Erdogan procède de nouveau à un chantage aux réfugiés vis-à-vis de l’Union européenne

La situation va-t-elle s’apaiser à moyen terme ?

Personne n’a intérêt à l’escalade. La Turquie passe à l’offensive maintenant car la conjoncture est favorable : les États-Unis ont les yeux rivés sur l’élection présidentielle, Angela Merkel est sur le départ, le Royaume-Uni du Brexit joue perso, les Occidentaux sont écrasés par la crise sanitaire et ses implications économiques et sociales. L’objectif turc est d’avancer ses pions au maximum. Pour négocier ensuite, mais en position de force, sans doute après les élections américaines.

Propos recueillis par Lucas Jakubowicz

Ariane Bonzon, journaliste et essayiste, spécialiste de la Turquie après avoir été en poste à Johannesbourg, Jérusalem et Istanbul. Dernier livre : Turquie, l’heure de vérité (Empreinte, temps présent, 2019)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Allemagne : les écolos aux portes du pouvoir

Allemagne : les écolos aux portes du pouvoir

Après quinze années à la tête du gouvernement, Angela Merkel cédera son siège en septembre. Une alternance semble plus que jamais possible et pourrait...

Super League : l’heure du putsch a sonné

Super League : l’heure du putsch a sonné

Coup de tonnerre sur le monde du foot, les "riches" font sécession. Plusieurs grands clubs veulent créer leur propre compétition quasi fermée. À la cl...

Présidentielle 2022. Qui vote quoi ?

Présidentielle 2022. Qui vote quoi ?

Emmanuel Macron candidat des classes moyennes, des seniors et des très jeunes. Marine Le Pen plus que jamais souveraine dans les milieux populaires où...

Ian Brossat (Ville de Paris) : "Dans la capitale, les prix à la location ont baissé cette année"

Ian Brossat (Ville de Paris) : "Dans la capitale, les prix à la location ont baissé cette année"

Mesures en faveur des classes moyennes, impact de la crise sanitaire sur les prix, choix d’un centre-ville dense… Le communiste Ian Brossat, adjoint a...

Stéphane Bancel, PDG de Moderna, fait une entrée fracassante dans le "club" des milliardaires

Stéphane Bancel, PDG de Moderna, fait une entrée fracassante dans le "club" des milliardaires

À la tête de la biotech Moderna depuis près de dix ans, Stéphane Bancel n’a pas attendu la crise sanitaire pour parier sur une technologie qui, en acc...

Entre 2017 et 2021, l’image de Marine Le Pen s’est dégradée

Entre 2017 et 2021, l’image de Marine Le Pen s’est dégradée

Pour beaucoup d’observateurs, Marine Le Pen est sur la pente ascendante, au point d’envisager une victoire en 2022. Mais si l’on fait abstraction des...

Régionales. Manuel Valls, candidat PS en Ile-de-France ?

Régionales. Manuel Valls, candidat PS en Ile-de-France ?

Le parti socialiste s’apprêterait à "débrancher" Audrey Pulvar. Un nom surprise sortirait du chapeau, celui de Manuel Valls qui retrouverait son parti...

Confinement, écoles, attestations, vaccins : ce qu’il faut retenir de l’allocution d’Emmanuel Macron

Confinement, écoles, attestations, vaccins : ce qu’il faut retenir de l’allocution d’Emmanuel Macron

Voici les points essentiels à retenir du discours du président de la République le 31 mars. Objectif : "fixer un nouveau cap", "garder la tête hors de...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte