A. Arjakovsky (Collège des Bernardins) : "C’est une évidence que nous devons être solidaires d’un pays meurtri"

A. Arjakovsky (Collège des Bernardins) : "C’est une évidence que nous devons être solidaires d’un pays meurtri"

À l’occasion de la soirée caritative Urgence Ukraine et Démocratie au bénéfice de l’ONU-Haut-Commissariat aux Réfugiés, de Reporters sans frontières et du Groupe SOS, organisée par Leaders League le 28 mars, Antoine Arjakovsky, historien et co-directeur du département de recherches Politiques et Religions du Collège des Bernardins, s’exprime sur l’importance du rôle de l’Europe et des États au sein du conflit qui oppose la Russie à l’Ukraine.

Décideurs. Vous avez rédigé un rapport qui recense les dix propositions pour la paix entre l’Ukraine et la Russie, pouvez-vous nous en parler ?

Antoine Arjakovsky. Lorsque l’annexion de la Crimée s’est produite en mars 2014, j’ai eu envie d’écrire sur le conflit entre l’Ukraine et la Russie. J’ai longtemps expliqué que ces pays faisaient face à une guerre ayant des causes profondes, seulement personne n’a réagi, au point même que le Président Emmanuel Macron a sorti un projet de reset avec la Russie en 2018. C’est à ce moment-là que j’ai compris qu’il fallait que j’aille un peu plus loin en créant une commission de dialogue « Vérité, justice et réconciliation » entre la Russie et l’Ukraine car je comprenais que les diplomaties de la France et de l’Europe n’étaient pas en mesure de traiter le grand problème des accords de Minsk. En partenariat avec des ONG et des forums, nous avons réussi à réunir plus de 200 intellectuels, journalistes, diplomates et religieux afin d’établir quatre causes principales de cette guerre, que sont les causes géopolitiques, historiographiques, de philosophies politiques et les causes religieuses.

"Alors que nous avions fait les bonnes analyses et apporté les bonnes solutions, le conflit s’est aggravé"

Chacun de ces principaux problèmes opposant les deux nations ont été abordés lors de sessions organisées afin d’aboutir à des textes de convergences amenant des propositions concrètes, réunies dans un rapport publié en novembre 2019. Ce rapport compile nos dix grandes propositions, cependant, il n’a pas été entendu à sa juste valeur au niveau de l’État. Aujourd’hui, je suis assez triste de voir qu’alors que nous avions fait les bonnes analyses et apporté les bonnes solutions, le conflit s’est aggravé. À l’heure où nous parlons, ce sujet reste entier et il faut résoudre ces quatre causes identifiées. Malheureusement, les événements récents n’ont fait que confirmer notre diagnostic.

Dans quelles mesures le conflit en Ukraine est-il aussi un conflit à l’échelle de l’Europe ?

Nous avons d’un côté une vision néo-impériale du monde selon Vladimir Poutine, en opposition au projet démocratique de l’Union européenne reposant sur une libre fédération d’États-nations indépendants. Les Ukrainiens sont favorables au principe de la démocratie. Volodymyr Zelensky s’est récemment adressé aux parlementaires français en affirmant : "Notre combat est le même, celui de défendre la liberté, l’égalité et la fraternité". L’Ukraine souhaite entrer dans l’Union européenne et attend l’aide de la France, qui n’a jusque-là pas tenu sa parole. Ce conflit n’est pas simplement entre la Russie et l’Ukraine, mais bien entre la Russie et le monde occidental. Ce contexte pourrait entraîner tout l’Occident vers un conflit mondial. Notre rapport proposait notamment d’intégrer l’Ukraine non seulement dans l’Otan, mais aussi au sein de l’Union européenne.

Quel message souhaiteriez-vous faire passer ?

Le message que je souhaiterais transmettre est que ces dernières années, l’Élysée et le Quai d’Orsay ont voulu se passer des experts. Or, ces experts travaillent sur le sujet depuis des années et ont des propositions concrètes pour sortir de la situation actuelle et reconstruire les relations internationales. C’est de l’intérêt des dirigeants politiques d’avoir l’humilité de le reconnaitre et de s’appuyer sur ces solutions car à eux-mêmes, ils ne peuvent pas réussir à vaincre le problème imposé par l’État russe, au même titre que les intellectuels reconnaissent que, seuls, ils ne pourront pas y arriver non plus. C’est une relation gagnant-gagnant qui permettra de lever le nez du guidon et prendre à bras-le-corps la gravité de ce conflit afin de le soigner en profondeur et reconstruire l’avenir.

Que représente pour vous votre participation à cet événement ?

C’est une évidence que nous devons être solidaires d’un pays meurtri par l’une des plus graves crises que l’Europe ait connues depuis 1939. C’est un devoir de citoyen. Il se trouve en plus qu’à titre personnel j’ai vécu très longtemps en Ukraine et j’aimerais que nous puissions enfin découvrir qui sont les Ukrainiens, prendre conscience que l’Ukraine se bat aujourd’hui non seulement pour son indépendance mais aussi pour les valeurs de l’Europe entière. C’est important de les soutenir.

Propos recueillis par Marine Fleury

 

URGENCE UKRAINE & DEMOCRATIE

Soirée de soutien et d’appel aux dons La démocratie est en danger, en Ukraine comme en Europe.

Voulons-nous être passifs, consommer l’information en spectateurs inertes ? Ou agir concrètement, en nous rassemblant pour soutenir l’Ukraine & la Démocratie, par nos dons ?

Leaders League vous invite à une soirée de soutien et d’appel aux dons "URGENCE UKRAINE & DEMOCRATIE" au bénéfice de : l’ONU-Haut-Commissariat aux Réfugiés, Reporters sans Frontières et du Groupe SOS.

Inscrivez-vous sans attendre sur https://www.urgence-ukraine-democratie.org !

Cette soirée se déroulera le lundi 28 mars, au Pavillon d’Armenonville à Paris de 18H30 à 22h30.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Urgence Ukraine et démocratie : soirée de soutien et d'appel aux dons

La démocratie est en danger, en Ukraine comme en Europe. Voulons-nous être passifs, consommer l’information en spectateurs inertes ? Ou agir concrètement, en nous rassemblant pour soutenir l’Ukraine & la Démocratie, par nos dons ? Leaders League vous invite le 28 mars à une soirée de soutien et d’appel aux dons
Sommaire P. Martin (Medef) : "Pour aider l'Ukraine, nous avons noué un partenariat avec la Croix-Rouge française" Axelle Davezac (Fondation de France) : "Les entreprises doivent prendre part à l'intérêt général" CroissancePlus : "L’entreprise a un rôle à jouer en temps de paix mais aussi lorsqu’il y a un conflit" J-M Borello (Groupe SOS) : "Les ressources privées sont nécessaires pour accompagner les réfugiés ukrainiens" P. Artini (UNHCR) : “L’engagement du secteur privé pour l’Ukraine est prometteur et indispensable” F. Zimeray : “ Il faut manifester sa solidarité avec l’Ukraine de façon concrète, par des dons, par l’accueil des réfugiés” Bernard Cazeneuve : “L’enjeu n’est pas simplement économique, c'est aussi un enjeu de solidarité" C. Chabrier (France Invest) : "Notre profession croit en la démocratie, en l’Europe"
Députés des Français de l’étranger, les méconnus de l’hémicycle

Députés des Français de l’étranger, les méconnus de l’hémicycle

Cela fait dix ans que des députés représentent les Français vivant à l’étranger. Voyages incessants, relations avec les électeurs, travail dans l’hémi...

Sardine Ruisseau a disparu de Twitter, la fin des comptes parodiques ?

Sardine Ruisseau a disparu de Twitter, la fin des comptes parodiques ?

L’un des comptes parodiques les plus célèbres de l’Hexagone a disparu de Twitter. Si certains fêtent une victoire contre la fachosphère, d’autres dépl...

États généraux de la justice : pour les entreprises, un rapport prometteur

États généraux de la justice : pour les entreprises, un rapport prometteur

Critique, la situation de la justice ? Oui, reconnaît le rapport sur les États généraux de la justice paru le 8 juillet. Mais pour les entreprises, l’...

"Emmanuel Macron a voulu nous tuer" : à l’Assemblée nationale, la rancune des députés LR est vive

"Emmanuel Macron a voulu nous tuer" : à l’Assemblée nationale, la rancune des députés LR est vive

Un détail psychologique, peu mis en avant dans la presse, pourrait empêcher un rapprochement entre LR et Renaissance à l’Assemblée nationale. Il prouv...

Laurent Wauquier, l’heure du come-back ?

Laurent Wauquier, l’heure du come-back ?

Qui succèdera à Christian Jacob à la tête de LR ? Certaines voix s’élèvent pour réclamer le retour du président de la région Auvergne Rhône-Alpes qui,...

L’État compte reprendre le contrôle d’EDF à 100%

L’État compte reprendre le contrôle d’EDF à 100%

Durant son discours de politique générale, la première ministre a déclaré que l’État reprendrait le contrôle de la totalité du capital d’EDF.

Remaniement, la macronie serre les rangs

Remaniement, la macronie serre les rangs

Des responsables LR et PS qui ne se bousculent plus au portillon, des alliés à "fidéliser", des marcheurs de combat qui montent en grade ou effectuent...

Christophe Béchu, la transition écologique comme Horizons

Christophe Béchu, la transition écologique comme Horizons

Le maire d’Angers, proche d’Édouard Philippe et numéro deux d’Horizons, remplace Amélie de Montchalin, battue aux élections législatives, au ministère...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message