3 questions à L. Demasles (Les Zelles), lauréat du Prix Ulysse 2022

3 questions à L. Demasles (Les Zelles), lauréat du Prix Ulysse 2022

© A.R.E

Lauréat du dernier Prix Ulysse, décerné par l’Association pour le Retournement des Entreprises (ARE), Laurent Demasles, président-directeur général de l’ETI industrielle Les Zelles, revient sur ce qui a fait le succès de ce retournement et alerte sur l’importance à accorder aux procédures amiables dans un contexte économique plein d’incertitudes pour les entreprises.

Décideurs: Lors de la remise du prix, Alexandre Saubot, président de France Industrie, a insisté sur la particularité des lauréats de cette année : tous deux issus du secteur industriel. Dans un contexte ou la production industrielle recule en France, est-ce une fierté particulière pour l’entreprise ?

Laurent Demasles: Notre principale fierté est premièrement d’avoir pu redresser l’entreprise. Certes, ce prix manifeste une belle reconnaissance pour les ETI du secteur industriel qu’on a trop longtemps délaissé en France alors qu’il est la clé du succès allemand. D’ailleurs, la crise sanitaire avec ses ruptures de chaines d’approvisionnement ainsi que la crise ukrainienne l’ont démontré: sans une industrie solide, le tissu économique est fragile, or nous sommes à cheval entre le BTP et l’industrie, deux secteurs particulièrement impactés par l’actualité des deux dernières années. Cette récompense est aussi un signal positif pour les ETI des territoires [Les Zelles est un groupe vosgien, NDLR], des éléments essentiels à la création de valeur dans les régions, qui ancrent l’emploi et constituent un socle la fois économique et sociétal. Le principal intérêt que je vois dans ce prix est la démonstration du succès des méthodes amiables.

"Les chefs d’entreprises ne sont pas des experts de la faillite, au contraire, d’où l’importance d’être bien entouré pour être guidé vers ce type de procédures amiables."

En quoi la conciliation a été un élément clé de ce retournement ?

La méthode est trop peu connue par les entreprises, cependant, si on anticipe suffisamment et qu’on arrive au moment propice avec une conciliation et les bonnes personnes autour de la table il s’agit d’une vraie opportunité. Les chefs d’entreprises ne sont pas des experts de la faillite, au contraire, d’où l’importance d’être bien entouré pour être guidé vers ce type de procédures (conseils, commissaires au compte, actionnaires,…) et pour la mettre en œuvre (avocats conseils, mandataire ad-hoc, auditeur,…). Dans notre cas au bout de quatre mois, en discutant avec les banques du haut et les banques du bas, les assureurs crédits, les fournisseurs, les salariés, nous avons restructuré la dette sénior, investi dans un plan de croissance, associé 100 % des salariés au capital et ils sont aujourd’hui actionnaires majoritaires à hauteur de 36 %. Depuis mars 2021, nous avons fait 30 % de croissance, l’EBITDA a été multiplié par cinq et nous sommes devenus une entreprise à mission.

"Il faut communiquer au plus vite [...] pour maintenir la confiance, car avec l’empilement des crises actuelles c’est un tsunami qui arrive."

Alors que les défaillances connaissent une nouvelle hausse en ce début d'année 2022, entre les tensions inflationnistes et les ruptures sur les chaines d’approvisionnement, quelle recommandation faites-vous aux entreprises pour faire face à ces difficultés ?

Il faut communiquer au plus vite, avec les salariés, les clients, les fournisseurs, les partenaires financiers et l’ensemble des parties prenantes pour maintenir la confiance, car avec l’empilement des crises actuelles c’est un tsunami qui arrive. Il faut savoir entreprendre des conciliations ou autres procédures amiables maintenant, dans quelques mois il sera trop tard pour restructurer ses dettes et financer des plans de retournement. Pour Les Zelles, en 2018 nous avons tout réglé en quatre mois, c’est l’avantage de la procédure: rapide, confidentielle et structurée par le tribunal de commerce. Enfin, promouvoir l’actionnariat salarié est aussi une solution pour impliquer dans la sauvegarde et le retournement les acteurs les plus concernés par l’entreprise tout en répondant au besoin de refinancement de capital.

Propos recueillis par Céline Toni

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main"

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travail...

En tant que directeur financier d'Alcatel-Lucent Enterprise, Bernd Stangl est responsable des finances, de la fiscalité, de la comptabilité, de l'audi...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Figure incontournable parmi les grands influenceurs économiques de la planète, Virginie Morgon se démarque autant par ses résultats probants à la tête...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

En entreprise, les impayés sont plutôt courants et il n’est pas toujours facile d’encaisser 100% de son chiffre d’affaires. Or, les retards de paiemen...

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

Avec 230 consultants, 25 associés et dix bureaux dans le monde, Advancy a réalisé, en 2021, 55% de croissance. Quelle est la recette de ce pure player...

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Pour les femmes, le secteur de la finance est plus inégalitaire que la moyenne française en termes de rémunération. Des inégalités particulièrement vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message