Construction : après le retournement, 2017 a été l'année de la confirmation

Amorcée en 2016, la reprise dans le bâtiment s'accélère en 2017. Avec la construction de logements neufs, l’activité progresse de 4,7 % en volume, et l'emploi s'est redynamisé. Le non-résidentiel neuf repart enfin à la hausse.

Amorcée en 2016, la reprise dans le bâtiment s'accélère en 2017. Avec la construction de logements neufs, l’activité progresse de 4,7 % en volume, et l'emploi s'est redynamisé. Le non-résidentiel neuf repart enfin à la hausse.

Après huit années de crise et un retournement très attendu en 2016, la filière du bâtiment peut enfin recommencer à envisager l'avenir avec sérénité : 2017 s'affirme comme une excellente année, avec, selon les chiffres de la Fédération française du bâtiment (FFB), une progression de l'activité globale de 4,7 % inédits depuis 2006. Cette hausse est d'autant plus remarquable qu'elle profite à une large partie du territoire français.

Comme les années précédentes, le principal moteur de cette croissance est toujours le logement, qui affiche une progression de 12,8 % sur l'année avec près de 410 000 unités mises en chantier, soit un niveau supérieur de 15 % à la moyenne 1980-2016. Cependant, les deux vraies bonnes nouvelles proviennent de deux autres indicateurs qui repassent enfin dans le vert : le non-résidentiel neuf affiche un score de + 3,7 %, et l'amélioration-entretien renoue enfin avec la croissance en progressant de 1,4 % sur l'année. Ces bons chiffres ont une répercussion directe sur l'emploi, par une création nette de 20 000 postes sur l'année (en détail, 9 000 salariés et 11 000 intérimaires), soit une croissance de 1,7 %, au point que les entreprises rencontrent à nouveau des difficultés de recrutement. Cette progression doit cependant être considérée au regard des 170 000 emplois perdus entre 2008 et 2016.

 

Une reprise toujours fragile

La FFB met toutefois en garde contre la fragilité de cette reprise. Premier élément, cette croissance a peu d'effet sur les prix : alors que les prix de vente de l'immobilier progressent depuis deux ans (4 % dans l'ancien et 3 % dans le neuf), le prix de vente des bâtiments ne progresse, quant à lui, que de 2 %, à un rythme à peu près aligné sur celui de l'inflation. L'appareil de production ne bénéficie donc pas entièrement de cette reprise, les marges restant faibles, elles empêchent les entreprises de reconstituer leurs fonds propres, malgré ces signes positifs fin 2017. La FFB qualifie même ce délai de « très long au regard des précédentes sorties de crise  .

De plus, la fédération souligne des menaces liées à la loi de finances pour 2018. Si le gouvernement a fait machine arrière sur le Pinel et le PTZ, moteurs de la reprise dans le logement neuf depuis maintenant plusieurs années, la transformation de l'ISF en impôt sur la fortune immobilière (IFI) continue cependant d'inquiéter.

 

Un contexte qui incite à l'optimisme

Pour 2018, la FFB anticipe un frein de la croissance sur le logement, avec une baisse des mises en chantier de 2,6 %, et ce, malgré une augmentation 13,3 % pour les logements autorisés en 2017. Tous secteurs confondus, le nombre de logements commencés devrait ainsi redescendre « un peu sous les 400 000 unités ». La production de logements neufs devrait ainsi continuer à progresser, mais « à un rythme trois fois moindre qu'en 2017, à 3,4 % », précise la FFB. Quant au non-résidentiel neuf, la croissance devrait s'amplifier avec une production en progression de 8,9 %. L'amélioration-entretien, en revanche, resterait stable (+ 0,4 % anticipé).

À plus long terme, la FFB note que cette reprise s'inscrit dans « les cycles habituels de la construction, avec leur phase de croissance de quatre à cinq ans », mais elle appelle à rester vigilant sur trois sujets : la révision des zonages HLM et Pinel, attendue courant 2018, les évolutions structurelles du secteur à travers la future loi « Évolution du logement et aménagement numérique » (Elan), et le Plan de rénovation énergétique.

 

Boris Beltran

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

L.Roudil (Econocom) : "La crise a plus que jamais souligné le caractère indispensable des investissements IT"

L.Roudil (Econocom) : "La crise a plus que jamais souligné le caractère indispensable des investisse...

Nommé début 2020 directeur général du groupe Econocom en charge de l’ensemble des activités en France, Laurent Roudil revient sur l’impact de la crise...

Laurent Musy (Terreal) : "L’industrie et les sociétés comme les nôtres font partie de la solution"

Laurent Musy (Terreal) : "L’industrie et les sociétés comme les nôtres font partie de la solution"

Président directeur général de Terreal, acteur de référence des matériaux de construction en terre cuite, Laurent Musy a porté de grandes transformati...

M. Agache Durand (Groupama AM) : "Investir sur les marchés financiers est créateur d’emplois"

M. Agache Durand (Groupama AM) : "Investir sur les marchés financiers est créateur d’emplois"

Dans un environnement économique et financier marqué par la crise de la Covid-19, les sociétés de gestion ont montré une certaine résilience. Si Mirel...

Stéphane Boujnah (Euronext) : "Quand on a un projet ambitieux avec un plan cohérent et clair, on gagne"

Stéphane Boujnah (Euronext) : "Quand on a un projet ambitieux avec un plan cohérent et clair, on gag...

Après l’annonce de la signature d’un accord pour l’acquisition du groupe Borsa Italiana, Euronext s’impose encore dans le paysage boursier européen. S...

J.-D. Bachot (Fidelity International) : "L’ESG s’invite dans tous les conseils d’administration"

J.-D. Bachot (Fidelity International) : "L’ESG s’invite dans tous les conseils d’administration"

2020 a confirmé la montée en puissance de la prise en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance dans les décisions d’investissem...

D'épicier à milliardaire, l'incroyable destin d'Ilson Mateus

D'épicier à milliardaire, l'incroyable destin d'Ilson Mateus

La plus importante introduction en Bourse brésilienne de 2020 est signée Ilson Mateus. Ce self-made-man, parti d’une simple épicerie en 1984, est aujo...

Louis Margueritte (Ciri) : "Le prochain enjeu sera celui de la taille des bilans"

Louis Margueritte (Ciri) : "Le prochain enjeu sera celui de la taille des bilans"

Bras armé de l’État dans l’aide aux entreprises de plus de 400 salariés, le Comité interministériel de restructuration industrielle (Ciri) voit sa mis...

La crise sanitaire, catalyseur de la digitalisation des acteurs du wealth management ?

La crise sanitaire, catalyseur de la digitalisation des acteurs du wealth management ?

Attendue depuis plusieurs années mais souvent réalisée a minima, la digitalisation du Wealth Management redevient une priorité absolue dans le context...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte