1- Jacques Aschenbroich - Valeo

Une année 2017 marquée par des résultats records, une politique R&D inchangée depuis près de dix ans et une joint-venture avec Siemens « qui dégagera 2 milliards de chiffre d’affaires d’ici à 2022 », Jacques Aschenbroich, P-DG de Valeo, revient sur les leviers qui permettent à son groupe de maintenir ses prévisions de croissance.

Une année 2017 marquée par des résultats records, une politique R&D inchangée depuis près de dix ans et une joint-venture avec Siemens « qui dégagera 2 milliards de chiffre d’affaires d’ici à 2022 », Jacques Aschenbroich, P-DG de Valeo, revient sur les leviers qui permettent à son groupe de maintenir ses prévisions de croissance.

« Nous maintenons nos prévisions de 27 milliards d’euros pour 2021 »

Âge : 64 ans

Ancienneté : 9 ans

Secteur : Automobile

Chiffre d’affaires : 18,5 MD€

Taux de croissance : 52,9 % depuis 2013

 

Décideurs. Quels ont été les événements marquants de 2017 ?

Jacques Aschenbroich. Sans hésiter, je répondrais la croissance et la rentabilité. La croissance de Valeo a atteint en 2017 des niveaux records : non seulement le chiffre d’affaires a progressé de 12 % à 18,6 milliards mais nos prises de commandes ont atteint 27,6 milliards, soit 17 % de plus qu’en 2016. À cela s’ajoutent celles enregistrées par la joint-venture Siemens-Valeo qui ont ­représenté 6,1 milliards d’euros l’an dernier et 10 milliards à fin février. Cela fait de 2017 une année tout à fait exceptionnelle.

Comment expliquer que certains ­analystes se soient dits déçus à ­l’annonce de vos résultats ?

Du fait que je me sois montré prudent pour 2018, qui est une année de transition durant laquelle notre niveau de croissance organique ne devrait pas dépasser 5 % alors qu’il devrait se situer aux alentours de 10 % l’an prochain. Tout cela est conforme à notre plan à 2021. Sur le premier trimestre de cette année, grâce aux acquisitions que nous avons faites l’an dernier, notre croissance est de 8,5 %. La croissance organique, elle, n’est que de 1 %, mais à comparer à un premier trimestre 2017 qui était en croissance de 13 %.

Vous avez été élu quatrième patron le plus performant au monde par la Harvard Business Review… Comment ­interprétez-vous ce titre ?

J’y vois d’abord une belle reconnaissance pour l’ensemble de nos équipes qui ont ­réalisé un travail formidable. Cela salue ­également notre positionnement pertinent sur les trois révolutions du marché automobile – le véhicule électrique, le véhicule autonome et la mobilité digitale – et les bons choix stratégiques en matière de R&D et d’investissement sur ces domaines. À cela s’ajoute le fait que, entre 2009 – date à laquelle nous avons opéré ces choix – et l’an dernier, nous avons multiplié par 2,5 notre chiffre d’affaires et par près de 20 notre ­capitalisation boursière.

« Entre 2009 et 2017, nous avons multiplié notre capitalisation boursière par vingt »

Depuis des années Valeo voit ses résultats progresser malgré des dépenses R&D en hausse. Cela sera-t-il encore le cas cette année ?

Concernant notre politique R&D, pas de changement. Une stratégie de cette nature se déploie sur le long terme et on en voit le résultat : notre chiffre d’affaires était de 16,5 milliards en 2016, de 18,6 milliards en 2017 et nous maintenons nos prévisions de 27 milliards pour 2021. Nos dépenses totales en R&D resteront de l’ordre de 10 % de notre chiffre d’affaires. En revanche, notre joint-venture Valeo-Siemens aura un impact négatif sur les comptes en 2018 et 2019. C’est le prix à payer pour structurer cette grosse start-up qui dégagera 2 milliards de chiffre d’affaires d’ici à 2022. C’est pourquoi nous tablons, cette année, sur une stabilité de notre rentabilité avant la prise en compte de l’impact de Valeo-Siemens.

La Chine reste-t-elle l’un de vos axes de croissance privilégiés ?

Absolument : pour ce qui est de l’industrie automobile, la Chine est le premier pays au monde et notre premier marché. ­Continuer à nous y développer est une nécessité ­absolue, d’autant que les acteurs présents sur ce territoire, qu’ils soient chinois ou étrangers, investissent ­massivement dans le véhicule électrique et commencent à s’intéresser à la ­voiture ­autonome, deux domaines où nous sommes très présents et où la Chine est appelée à peser. Un exemple : sur les dix milliards de prises de commandes ­réalisées par Valeo-Siemens à fin février, cinq viennent de Chine.

Qu’en est-il de l’Inde ?

Je pense que l’Inde sera la prochaine Chine. Le chiffre d’affaires que nous y réalisons aujourd’hui est semblable à celui que nous connaissions en Chine en 2007. La croissance dans ce pays sera sans doute moins linéaire, mais nous y avons une base commerciale et industrielle exceptionnelle. C’est pourquoi j’y vois l’un de nos futurs relais de croissance.

Propos recueillis par Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Les 100 meilleurs dirigeants - édition 2018

Sans stratégie de long terme, les entreprises manquent d’ambition et cela finit souvent par leur coûter cher. Pour cette première édition, nous avons donc décidé de mettre en avant les P-DG, qui, sans ignorer le présent, savent imaginer le futur. Deux temporalités difficiles à concilier dans un monde digitalisé en perpétuelle accélération. Décideurs est allé à la rencontre de ces dirigeants qui écrivent l'avenir, et dont la vision, la détermination et le leadership sont les principaux atouts.
Sommaire Écrire le futur
Sommaire
Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Atteint du "virus de l’entrepreneuriat", le Néerlandais est devenu milliardaire en moins de quinze ans grâce à sa dernière création : Adyen.

Phebe Novakovic, la patriote

Phebe Novakovic, la patriote

Alors que NavalGroup est en difficulté après l'annulation du "contrat du siècle" australien, l'américain General Dynamics se porte bien. A sa tête dep...

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

Le fournisseur mondial de produits et services logiciels d’entreprises confie la direction de la région EMEA à Emmanuelle Hose, jusque-là directrice r...

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

Souverain sur un marché de niche à l’importance vitale, ASML est la plus belle réussite de la tech européenne. Des entreprises telles qu’Apple, Samsun...

L. Comte-Arassus (GE Healthcare) : "Il n’y a pas de citadelle imprenable"

L. Comte-Arassus (GE Healthcare) : "Il n’y a pas de citadelle imprenable"

Le 15 février 2021, Laurence Comte-Arassus a été nommée General Manager de GE Healthcare pour la zone France, Belgique, Luxembourg et Afrique francoph...

C&S Partners : Le leadership, tangible et concret

C&S Partners : Le leadership, tangible et concret

C&S Partners fête ses trois ans, l’occasion de revenir sur un modèle unique, à contre-courant de ce que propose la concurrence.

Obsession Client : une expérience client d’exception passe avant tout par une bonne expérience collaborateur

Obsession Client : une expérience client d’exception passe avant tout par une bonne expérience colla...

En adoptant l’Obsession Client, une entreprise qui investit dans l’expérience client ne doit pas négliger l’expérience collaborateur, au risque de pas...

Adena Friedman, la femme la plus puissante du monde ?

Adena Friedman, la femme la plus puissante du monde ?

Depuis qu’elle a pris la tête du Nasdaq en 2017, Adena Friedman en diversifie les activités. Elle mise sur les données et les nouvelles technologies e...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte