Stéphane Roussel (Gameloft) : « D’anciens salariés sont revenus »

Nommé président-directeur général de Gameloft en juin 2016, Stéphane Roussel est aussi membre du directoire de Vivendi depuis 2014. La première action de l’homme d’affaires fut d’installer un climat de confiance avec ses employés face à la tension générée par le départ de l’ex P-DG, Michel Guillemot, et l’arrivée de Vivendi comme principal actionnaire. Son objectif est clair : mobiliser l’expertise et les moyens financiers de Vivendi pour développer et déployer efficacement les franchises de Gameloft.
Stéphane Roussel

Nommé président-directeur général de Gameloft en juin 2016, Stéphane Roussel est aussi membre du directoire de Vivendi depuis 2014. La première action de l’homme d’affaires fut d’installer un climat de confiance avec ses employés face à la tension générée par le départ de l’ex P-DG, Michel Guillemot, et l’arrivée de Vivendi comme principal actionnaire. Son objectif est clair : mobiliser l’expertise et les moyens financiers de Vivendi pour développer et déployer efficacement les franchises de Gameloft.

Décideurs. Le rachat de Gameloft par Vivendi modifie-t-il vos grandes orientations stratégiques ? Quels sont les moyens mis à disposition par votre nouvel actionnaire pour atteindre vos objectifs ?

Stéphane Roussel. Nous avons déployé un nouveau plan de développement à long terme pour mettre la créativité et l’autonomie au cœur du modèle de Gameloft et lui offrir de nouveaux leviers de croissance sachant que, premier éditeur et développeur mondial de jeux mobiles (un milliard de ses jeux téléchargés en 2016 et 17 millions d’utilisateurs journaliers), nous surfons sur le segment le plus dynamique du secteur. La pratique du « soft launch », qui permet de tester un jeu en conditions réelles afin qu’il soit mieux adapté au marché au moment de son lancement officiel, a été réinstaurée. C’est une des tactiques gagnantes des entreprises les plus compétitives du secteur.

La deuxième mesure a consisté à réorganiser Gameloft pour accélérer la croissance de ses revenus publicitaires, qui devraient doubler en 2017. Nous avons ouvert notre espace publicitaire à l’ensemble des annonceurs, dont les créateurs d’applications mobiles. Nous avons également mis en place un programme d’acquisition clients, en étroite collaboration avec les principaux acteurs du marché (les Gafa aussi bien que les BAT). En adoptant une approche collaborative avec ces plates-formes, nous avons amélioré de manière très significative l’efficacité de nos investissements marketing. Nous avons par ailleurs profondément transformé nos méthodes de travail pour les services de jeux existants, qui représentent plus de 80 % de nos revenus. Ces changements ont permis d’augmenter les revenus des jeux vidéo même plusieurs années après leur lancement.  C’est une évolution majeure pour le cycle de vie de nos jeux.

Enfin, nous nous sommes lancé un défi : donner à nos studios les moyens d’innover pour créer LE jeu qui fera la différence. Nous l’avons fait dans le cadre d’un appel à projet ouvert à tous les employés. Cette nouvelle approche laisse la place à la participation de tous les collaborateurs dans le monde et permet de mobiliser pleinement le potentiel créatif de Gameloft. Tout cela est déployé grâce une organisation souple et collégiale. Nos trois premières mesures de changement ont été particulièrement appréciées par nos clients et nos collaborateurs, et se traduisent déjà dans les résultats financiers.

L’intégration dans Vivendi a permis à Gameloft de rencontrer des talents aux compétences différentes

Décideurs. Le groupe Vivendi a l’ambition de créer des synergies entre les différentes marques du groupe (Universal Music Group, Groupe Canal+, Havas, Dailymotion...). Comment ses liens se matérialisent-ils avec Gameloft ?

L’intégration dans Vivendi a permis à Gameloft de rencontrer des talents aux horizons et compétences différents et complémentaires. Nos nombreux échanges ont contribué à l’enrichissement de nos contenus et de notre offre. Pour ne vous donner que deux exemples : Gameloft, qui travaille depuis plus de 15 ans avec environ 200 opérateurs télécoms dans le monde, a fait bénéficier Universal Music Group de son réseau unique pour le développement de son service de playlists Digster dans les pays émergents. En retour, Gameloft a pu ajouter un service de musique à ses jeux et diversifier son segment commercial. Gameloft Advertising Solutions a créé un jeu promotionnel pour accompagner la candidature de Paris aux jeux Olympiques de 2024, dont le groupe Vivendi est partenaire officiel.

Gameloft a apporté à Vivendi une nouvelle corde créative à son arc, Vivendi apportant à Gameloft un puissant soutien industriel et financier et, plus largement, l’ouverture à une extraordinaire communauté de talents. D’autres projets bénéfiques pour tous vont progressivement être développés.

 

Décideurs. L’indépendance et la créativité ont été les principaux moteurs du succès de Gameloft. Quelles garanties ont été données aux équipes à ce sujet ?

Vivendi est un groupe de contenus et de médias pour lequel la découverte, l’accompagnement et le développement des talents constituent depuis longtemps un des cœurs de son activité. La reconnaissance de la singularité des talents, de la créativité et de l’encouragement à la créativité, du partage et de l’émulation sont le quotidien, et cela depuis plusieurs décennies, de nos équipes, que l’on songe au travail réalisé à Universal Music Group, à Groupe Canal+ et à sa filiale Studiocanal, pour ne citer qu’elles. L’intégration de Gameloft s’est remarquablement bien passée. Nous avons réinstauré une dynamique positive notamment grâce aux trois mesures dont nous venons de vous parler. Non seulement les équipes sont restées, mais d’anciens salariés de Gameloft sont revenus. La rétention des employés atteint actuellement un niveau historique.

 

Décideurs. Pour la première fois en 2016, les jeux vidéo sur mobile ont rapporté davantage que les supports classiques. Quelles sont les incidences pour l’industrie du jeu vidéo ?

Le marché du jeu vidéo sur smartphones et tablettes continue de croître année par année et à s'imposer auprès des joueurs. En 2016, il pesait 37 milliards de dollars. Au sein du marché des applications, le jeu vidéo est ainsi en tête. Selon App Annie, le chiffre d'affaires des App Store devrait dépasser les 139 milliards de dollars en 2021, dont 105 milliards de dollars pour les seules dépenses en jeux. C’est un marché extrêmement porteur. Dans un tel marché, nous fourmillons d’idées et nos 21 studios et 6 000 collaborateurs sont aux avant-postes des nouvelles tendances.

 

A.F.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Exclusif : Stehlin & Associés s’offre les services de Jean-François Copé

Exclusif : Stehlin & Associés s’offre les services de Jean-François Copé

L’ancien président de l’UMP redevient avocat aux côtés de Marc Pierre Stehlin. Une arrivée remarquée sur le marché des avocats d’affaires.

F. Stolar (Sagard) : « Alvest, c'est d'abord un pari d'investisseur »

F. Stolar (Sagard) : « Alvest, c'est d'abord un pari d'investisseur »

Patron de l'une des sociétés de gestion les plus confidentielles du marché français du private equity, Frédéric Stolar nous livre ses impressions sur...

Publicité digitale : le pré carré des Gafa sous pression

Publicité digitale : le pré carré des Gafa sous pression

Google, Facebook et bientôt Amazon : les géants du Net captent la majorité des investissements publicitaires digitaux en France. Pourtant, les scandal...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message