Sébastien Graff (Invivo) : « Insérer nos collaborateurs dans l'écosystème des start-up »

Sébastien Graff pilote les ressources humaines d'InVivo, premier groupe coopératif agricole français. En première ligne sur l'accélération digitale du groupe, il insiste sur sa transformation culturelle et la diffusion  d'un esprit start-up.

Sébastien Graff pilote les ressources humaines d'InVivo, premier groupe coopératif agricole français. En première ligne sur l'accélération digitale du groupe, il insiste sur sa transformation culturelle et la diffusion d'un esprit start-up.

 

Décideurs. En quoi consiste le plan « InVivo 2025 » ?

Sébastien Graff. Ce plan est organisé en plusieurs chapitres : la réorganisation du groupe, la modification des instances de gouvernance...  et l'accélération du développement stratégique par la digitalisation. Nous l'avons appelé InVivo Tech. Finalement, notre groupe était loin d'être le premier à se lancer dans un tel programme, il y est même arrivé un peu tard. Cela nous a toutefois permis de bénéficier des expériences antérieures et d'aller assez vite. En 2014, le digital était totalement étranger au groupe. Aujourd'hui, 50 000 agriculteurs utilisent des outils digitaux de conduite de leur exploitation mis en place par InVivo.

Comment avez-vous abordé le projet de transformation digitale ?

Comme une conduite de projet classique. Nous avons identifié huit leviers, qui sont en quelque sorte les huit touches avec lesquelles on essaie de jouer la musique de la transformation digitale. L'un des éléments essentiels est l'insertion des collaborateurs dans l'écosystème des start-up. Nous hébergeons des start-up au sein de notre pépinière, nous les finançons parfois, et surtout, nous leur offrons la possibilité de s'adosser à la puissance de feu du groupe. Une jeune société appelée « Il était un fruit» a ainsi a pu bénéficier de l'ensemble de notre réseau de distribution pour le développement de son activité. Nous diffusons un changement d'état d'esprit en construisant des ponts entre ces différents univers.

De quelle manière construisez-vous ces ponts ?

Les dirigeants de ces jeunes structures deviennent en quelque sorte une nouvelle catégorie de collaborateurs d'InVivo et interagissent avec les salariés. Cela génère des connexions en termes de compétences techniques et diffuse un état d'esprit start-up au sein du groupe. Afin d'aller au bout de la démarche, nous proposons également aux salariés d'entrer dans une logique d'intrapreneuriat. Ils peuvent s'impliquer dans un projet et détiennent alors une participation au sein du capital de la start-up. Aujourd'hui, le groupe compte 10 000 collaborateurs. Le but du jeu n'est pas de faire 10 000 chefs d'entreprise bien sûr, mais 10 000 qui sont dans cette culture d'entreprenariat.

« Le nombre d'ambassadeurs sur les réseaux sociaux est un bon indicateur du climat social»

Vous avez nécessairement rencontré quelques résistances au changement. De quelle nature étaient-elles ?

Pour l'instant, j'ai une déception : je n'ai pas encore réussi à convaincre les partenaires sociaux. Nous avions commencé à négocier un accord sur la transformation digitale du groupe que nous avons dû mettre de côté. Mais depuis, deux ans se sont écoulés et nous avons beaucoup avancé. À titre d'exemple, les partenaires sociaux étaient à l’origine réticents à l'idée d'organiser des réunions de négociation en visioconférence. Aujourd'hui, le système est intégré. Nous allons donc reprendre les négociations de notre accord en 2018.

En interne, comment avez-vous digitalisé les relations entre les collaborateurs ?

Je crois plus à l'exploitation des réseaux sociaux existants : Linkedin, Twitter... qu'au réseau social interne. Sur les réseaux externes, plus que de délivrer un message professionnel, on partage une conviction. Ce n'est pas anodin de « poster » des informations sur son groupe et ses projets, cela témoigne d'un engagement. Cela constitue un bon indicateur du climat social. D'ailleurs, nous avons mis en place un nouveau baromètre social basé sur le nombre d'ambassadeurs du groupe sur ces réseaux.

 

Propos recueillis par Marie-Hélène Brissot

 

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Paris accueillera l’Autorité bancaire européenne

Paris accueillera l’Autorité bancaire européenne

Parmi les huit villes candidates pour accueillir l’EBA, Paris sort vainqueur : le régulateur déménagera dans la capitale française d’ici mars 2019. L’...

Prélèvement à la source : quelles conséquences pour les entreprises

Prélèvement à la source : quelles conséquences pour les entreprises

Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a annoncé la mise en place effective du prélèvement à la source, initialement prévu en 2018, pour le...

Eden Park, iconique et décalée

Eden Park, iconique et décalée

Il y a trente ans naissait Eden Park. Une marque bâtie autour d’un logo iconique et d’un état d’esprit de légende : celui de joueurs du Racing devenus...

Jonathan Sebbane : « Chapelle International est une révolution dans le monde de la logistique urbaine »

Jonathan Sebbane : « Chapelle International est une révolution dans le monde de la logistique urbain...

Projet emblématique, Chapelle International a pour objectif de ramener la logistique dans Paris, en l'accompagnant de lieux de vie. Jonathan Sebbane,...

Investissement : la vedette, c'est toujours le bureau

Investissement : la vedette, c'est toujours le bureau

L'investissement en immobilier d'entreprise se porte toujours bien, plus que jamais porté par le bureau. Autopsie d'une année faite de méga-deals, de...

Assurer contre vents et marées ?

Assurer contre vents et marées ?

Après la succession d’évènements naturels catastrophiques et meurtriers survenus en 2017, les réactions du secteur de l’assurance ne se font pas atten...

Frédéric Chhum et Houria Si Ali candidats au conseil de l'ordre

Frédéric Chhum et Houria Si Ali candidats au conseil de l'ordre

Les élections du conseil de l’ordre des avocats de Paris approchant, Frédéric Chhum et Houria Si Ali du MAC annoncent officiellement leur candidature.

Les nouvelles technologies sont-elles destructrices d’emplois ?

Les nouvelles technologies sont-elles destructrices d’emplois ?

La première édition des Rendez-vous de Bercy — un événement avec lequel Bruno Lemaire souhaite « révéler les réflexion qui ont cours au ministère de l...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message