Philippe Arraou (BDO France) : « L’expert-comptable sera de plus en plus expert et de moins en moins comptable »

Depuis sa création il y a dix ans, BDO France a connu une croissance rapide et compte bien continuer sur sa lancée. Ancien président de l’ordre des experts-comptables, Philippe Arraou apporte au groupe sa connaissance du marché et de ses acteurs. Il succède à Michel Léger, qui reste actif au sein de la société et devient président du conseil de surveillance.

Depuis sa création il y a dix ans, BDO France a connu une croissance rapide et compte bien continuer sur sa lancée. Ancien président de l’ordre des experts-comptables, Philippe Arraou apporte au groupe sa connaissance du marché et de ses acteurs. Il succède à Michel Léger, qui reste actif au sein de la société et devient président du conseil de surveillance.

Décideurs. Dans quel état d’esprit êtes-vous au moment de prendre la relève de Michel Léger ?

Philippe Arraou. Je suis très enthousiaste et très optimiste pour l’avenir de BDO à court terme. Il y a pour moi une suite logique à mon action des dernières années pour la profession. En étant à la tête de l’Ordre, j’ai pris la mesure des challenges en cours. Entre l’arrivée du numérique, le développement croissant du besoin de conseil et l’internationalisation galopante des affaires, nous vivons une véritable révolution. Ce phénomène touche toutes les entreprises, quelle que soit leur taille, et tous les cabinets. Je pense qu’il sera de plus en plus difficile pour un petit cabinet de rester isolé, des connexions ou rapprochements s’imposent aujourd’hui. BDO France a déjà bien avancé sur le chemin de la transition vers une nouvelle offre de services, et je vois comme un avantage de pouvoir bénéficier de l’expérience technologique des grands comptes pour adapter l’offre de services aux PME.

Quels sont vos objectifs en termes de croissance ?

Nous souhaitons continuer sur la lancée insufflée par Michel Léger. D’ici cinq ans, notre objectif est de doubler notre chiffre d’affaires. Nous souhaitons que BDO France ait la même position que le réseau mondial, à savoir la cinquième place derrière les « Big 4 ».

« Nous vivons une véritable révolution »

Quel sera votre stratégie pour maintenir un développement soutenu ?

Nous avons déterminé trois axes. Le premier se concentre sur la croissance externe. Si l’on regarde la carte de France, nous ne sommes pas encore présents dans toutes les régions, alors que l’offre BDO est parfaitement adaptée aux marchés régionaux et locaux, comme le montrent nos nombreux cabinets qui sont essentiellement de petites entités. Je suis convaincu que le modèle BDO convient aux besoins des petits cabinets du fait de nos règles de gouvernance qui accordent une grande autonomie à chacun. Le réseau BDO est à la fois international et local. Et ce n’est pas qu’un slogan, c’est une réalité.

Notre deuxième axe est de développer de nouvelles missions. Grâce au numérique, l’expert-comptable sera de plus en plus expert et de moins en moins comptable. À ce titre, le système d’information de l’entreprise devient le centre d’intérêt de notre fonction. Cela exige de disposer de ressources humaines adaptées. BDO a construit sa stratégie sur un écosystème de compétences pluridisciplinaires : audit et finance, comptabilité et gestion, analyse de données, fiscalité mais aussi gestion de patrimoine, expertise sociale et conseil en ressources humaines… Nos nouveaux locaux, avenue de la Grande-Armée à Paris, facilitent la fluidité et l’intégration de la diversité des compétences. Nous souhaitons encourager les échanges entre les différents métiers qui sont enfin réunis dans un même lieu.

Le troisième axe est l’international avec l’appui et le soutien d’un réseau mondial très puissant. C’est une source de développement pour notre activité, à condition de bien nous adapter à une demande qui n’est pas tout à fait la même que celle du marché national.

Envisagez-vous de réaliser des acquisitions dans le secteur du conseil ?

Nous ne nous interdisons rien. En revanche, mon expérience m’a appris que l’on a parfois plus intérêt à faire des partenariats que d’intégrer des ressources. Le maître mot aujourd’hui est l’agilité. Il faut aller vite et conserver de la souplesse dans ce monde digital. Une chose est sûre, nous aurons une activité très chargée en 2018.

Propos recueillis par Vincent Paes

 

Le réseau BDO en chiffres

2007 : date de création de BDO France.

1 200 : le nombre de collaborateurs en France.

68 000 salariés au niveau mondial répartis dans 157 pays et 1 328 bureaux.

7,6 MD$ : le chiffre d’affaires généré par le réseau mondial

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Françoise Sivignon (Médecins du monde) : la combattante

Françoise Sivignon (Médecins du monde) : la combattante

À la fois médecin urgentiste et militante politique, actrice de terrain et lanceuse d’alerte, Françoise Sivignon préside depuis plus de deux ans aux d...

Michel Barnier : Consensus à la savoyarde

Michel Barnier : Consensus à la savoyarde

PORTRAIT. Mandaté à l’été 2016 par la Commission européenne pour piloter les négociations avec le Royaume-Uni, le très réservé Michel Barnier a aujour...

Christophe Douat (MedinCell) : « L’autodétention du capital répond à notre vision humaniste de la pharmacie »

Christophe Douat (MedinCell) : « L’autodétention du capital répond à notre vision humaniste de la ph...

Lorsqu’elles ne sont pas simplement oubliées, les pilules diffusent une quantité immédiate de substances actives dépassant les normes thérapeutiques e...

Amundi PEF et BNPP Paribas au capital de Fondasol

Amundi PEF et BNPP Paribas au capital de Fondasol

L'opération permet au bureau d'études spécialisé dans l'analyse des sols de réorganiser son capital autour des cadres dirigeants et des salariés, majo...

Fed : la hausse des taux se poursuivra en 2018

Fed : la hausse des taux se poursuivra en 2018

Ce mercredi 13 décembre la banque centrale des États-Unis devrait annoncer sans grande surprise le relèvement de son taux directeur. Cette réunion mon...

Atos souhaite racheter Gemalto pour 4.3 milliards d’euros

Atos souhaite racheter Gemalto pour 4.3 milliards d’euros

Ce lundi 11 décembre, Thierry Breton, PDG d’Atos, a lancé une offre publique d’achat (OPA) de 4.3 milliards d’euros auprès du spécialiste français des...

Amazon étend sa présence en Chine

Amazon étend sa présence en Chine

Malgré une législation contraignante qui le contraint à s'allier localement, le géant américain Amazon étend considérablement son marché du cloud comp...

Fertilisants : K+S cède 2 filiales au management

Fertilisants : K+S cède 2 filiales au management

Le groupe coté allemand se sépare de deux unités françaises au profit de leur management.

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message