Jean-Marie Marx (APEC) : « Les entreprises rencontrent de réelles difficultés de recrutement »

Le recrutement des cadres affiche des taux record, avec environ 6 % de croissance par rapport à l’année 2016. L’Association pour l’emploi des cadres (Apec) entend bien profiter de la tendance pour affiner son positionnement et se rendre incontournable. Rencontre avec son dirigeant.

Le recrutement des cadres affiche des taux record, avec environ 6 % de croissance par rapport à l’année 2016. L’Association pour l’emploi des cadres (Apec) entend bien profiter de la tendance pour affiner son positionnement et se rendre incontournable. Rencontre avec son dirigeant.

Décideurs. Le recrutement des cadres est actuellement au beau fixe. Cette tendance va-t-elle se poursuivre dans les mois à venir ?

Jean-Marie Marx. Nos dernières prévisions sont effectivement bonnes, voire excellentes. Nous anticipons 215 000 recrutements cette année, et 237 000 à l’horizon 2019. Ce sont des niveaux très importants. À titre de comparaison, dans les années 1990, le niveau était plutôt de 100 000, et de 150 000 dans les années 2000.

Les entreprises ont-elles du mal à recruter ?

On sait qu’il existe des bassins d’emploi plus ou moins attractifs et des métiers dits pénuriques, par exemple dans l’informatique et le digital. Mais d’une manière générale, les entreprises ont du mal à satisfaire leurs besoins : 66 % d’entre elles déclarent rencontrer des difficultés de recrutement. Aujourd’hui, une annonce publiée sur l’Apec reçoit une trentaine de candidatures alors qu’il y a deux ans, la moyenne tournait plutôt autour de cinquante réponses.

Comment décrire l’évolution des attentes des entreprises ?

La transformation digitale des entreprises, qui affecte l’ensemble des secteurs d’activité et quasiment tous les métiers cadres, génère des besoins de compétences nouvelles. Ces mutations ont par ailleurs pour effet de modifier les lignes managériales qui sont plus courtes et l’organisation du travail. Cela conduit les entreprises à rechercher, en plus des compétences techniques, la capacité à fonctionner de manière transverse, à gérer à la fois les délais et les coûts, en mode projet. Le profil idéal combine donc l’expertise, des compétences transversales et des compétences comportementales, dits « soft skills ».

Comment l’Apec peut-elle s’adapter à cette tendance ?

Nous poursuivons le déploiement de notre offre numérique, en prenant le parti de limiter le nombre de services pour nous concentrer sur des produits de qualité. Surtout, nous souhaitons développer une vision à 360 degrés de la relation entre le client et l’Apec, en améliorant l’articulation entre le digital et notre réseau physique. Ce réseau constitue notre force et nous distingue des autres acteurs. Nous visons une prestation de conseil dynamique, un véritable accompagnement des entreprises dans leurs enjeux de formation et de recrutement, surtout à destination des TPE et PME qui ont de très forts besoins en la matière.

 

Propos recueillis par Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Le private equity fait son chemin dans l’assurance-vie

Le private equity fait son chemin dans l’assurance-vie

Risqué mais rentable, le non coté séduit les investisseurs français. Également férus d’assurance-vie, ces derniers restent toutefois frileux devant la...

Le Perp : verser plus pour payer moins d’impôt

Le Perp : verser plus pour payer moins d’impôt

Le record en matière de déficit des différents régimes de retraite obligatoires et l’incertitude du niveau des pensions de retraites sensibilisent les...

Successions et transmissions familiales : les grandes oubliées de la réforme fiscale

Successions et transmissions familiales : les grandes oubliées de la réforme fiscale

Le gouvernement ne s’est pas encore saisi des questions relatives à la transmission. Un enjeu qui est pourtant crucial pour maintenir l’attractivité d...

Les pièges de la transmission d’entreprise : histoire de réflexes inversés et de négligences fatales

Les pièges de la transmission d’entreprise : histoire de réflexes inversés et de négligences fatales

Une entreprise ne se transmet pas comme un autre actif. Sa singularité économique, juridique et fiscale rejaillit directement sur son mode de transmis...

Marie-Aimée Peyron, nouvelle bâtonnière du barreau de Paris

Marie-Aimée Peyron, nouvelle bâtonnière du barreau de Paris

Ce mardi, Frédéric Sicard a passé le bâton à son successeur Marie-Aimée Peyron, qui devient le 220è bâtonnier de Paris.

Carmat recharge la pompe avec 50 M€

Carmat recharge la pompe avec 50 M€

Le fabricant français du cœur artificiel révolutionnaire repasse par la case financement afin de mener à terme son étude pivot.

Claude Baland (Renault) : « La bonne réputation de l’entreprise, un critère de choix pour les jeunes »

Claude Baland (Renault) : « La bonne réputation de l’entreprise, un critère de choix pour les jeunes...

Fondé en 1898, le groupe Renault est l’un des fleurons de l’industrie automobile française. Après une longue carrière dans l’administration publique,...

Private Equity : et les multiples franchirent 10 fois l'EBE !

Private Equity : et les multiples franchirent 10 fois l'EBE !

Selon les données recueillies par S&P, les prix des entreprises européennes ciblées par les fonds ont atteint plus de dix fois leur excédent brut...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message