Le rachat de Yahoo! par Verizon sonne le départ de sa P-DG Marissa Mayer

La société américaine Yahoo!, créée en 1994, compte plus de 204 millions de visiteurs uniques chaque mois à travers le monde. Le pionner de l’Internet est en crise depuis quelques années et Marissa Mayer, la PDG de l’entreprise, n’aura finalement pas été la personne providentielle capable de redresser la barre.

La société américaine Yahoo!, créée en 1994, compte plus de 204 millions de visiteurs uniques chaque mois à travers le monde. Le pionner de l’Internet est en crise depuis quelques années et Marissa Mayer, la PDG de l’entreprise, n’aura finalement pas été la personne providentielle capable de redresser la barre.

Les nombreux scandales de piratage informatique de Yahoo! auront-ils raison du rachat des activités internet du groupe par Verizon ?  Rien n’est moins sûr. L’opérateur télécom avait prévu de racheter le cœur d’activité de l’entreprise pour 4,8 milliards de dollars, mais il semblerait qu’il n’en soit plus aussi convaincu. Ce rapprochement entre les deux grands groupes est également marqué par le départ de Marissa Mayer de son poste à la tête de géant du web.

 

 

Le départ de Marissa Mayer

Le groupe Yahoo! a confirmé le lundi 9 janvier 2017 le départ de sa PDG Marissa Mayer du conseil d’administration à la suite du rachat de son activité première, les activités internet du groupe, par l’opérateur télécom Verizon. Cette femme d’influence avait débuté sa carrière en 1999 à la sortie de l’université de Stanford en rejoignant Google qui n’en était encore qu’à ses balbutiements. Elle en devient vice-présidente en charge de l’expérience utilisateur puis vice-présidente responsable des services de cartographie et de géolocalisation. En 2012, l’arrivée de l’étoile montante de la Silicon Valley au sein de Yahoo! en 2012 en tant que PDG était donc très attendue, le chiffre d’affaires étant en stagnation et les bénéfices en baisse.

Marissa Mayer n’aura cependant pas réussi à redresser l’entreprise et quittera bien ses fonctions « immédiatement après le bouclage » de la vente de l’activité principale de l’entreprise à Verizon, tout comme David Filo, le cofondateur de Yahoo!. Elle avait pourtant déclaré dans un message envoyé à ses salariés dès l’annonce de la transaction avec l’opérateur de télécom : « Pour moi personnellement, j’ai l’intention de rester. J’aime Yahoo!, et je crois en vous tous. C’est important pour moi de voir Yahoo! entrer dans son prochain chapitre ».

 

 

Le rachat par Verizon compromis ?

Le rachat des activités de publicité en ligne et les divers sites internet de Yahoo! (Yahoo Mail, Yahoo News) par Verizon annoncé pour 4,8 milliards de dollars à l’été 2016 est encore au stade des négociations. Interrogée sur le sujet, Marni Walden, vice-présidente exécutive et responsable des nouvelles activités chez Verizon, l’a confirmé à la conférence « Citi 2017 Internet, Media & Telecommunications » de Las Vegas : « Je ne peux pas donner de réponse avec certitude car nous ne savons toujours pas ».

Si la vente a bien lieu, la partie restante de la société non rachetée par l’opérateur télécom (les actifs financiers du groupe dont ses parts dans le groupe chinois Alibaba) changera de nom et s’appellera désormais Altbaba. La société prévoit de se tourner particulièrement vers l’Asie. Le portail internet bien connu des internautes devrait cependant continuer à se faire appeler Yahoo!.

Le conseil d’administration de la nouvelle société Altbaba sera également réduit à cinq membres, au lieu de six comme c’est actuellement le cas. Il faut noter que les six démissions du conseil d’administration qui auront lieu directement après la vente « ne sont dues à aucun désaccord avec l’entreprise sur un quelconque sujet lié aux activités, aux politiques et aux pratiques de l’entreprise », comme le clarifie le document transmis par Yahoo! à la Securities and Exchange Commission (SEC), organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers.

 

 

Des scandales en série

Yahoo! avait annoncé en septembre dernier le piratage informatique de plus de 500 millions de ses comptes d’utilisateurs en 2014.  Malgré ses incertitudes, Verizon se disait néanmoins toujours prêt à mener à bien sa transaction mais ce non « aveuglément », notamment en demandant un rabais d’un milliard de dollars sur le prix de rachat. En décembre, le géant de l’Internet annonce de nouveau qu’une cyber attaque avait eu lieu en 2013 cette fois-ci touchant plus d’un milliard de comptes. Verizon avait assuré qu’il attendait d’évaluer la situation tandis que Yahoo! continuait ses investigations.

Mais ce n’est pas tout. En octobre 2016, l’agence de presse Reuters révélait que l’entreprise américaine avait laissé les services de renseignements américains analyser le contenu des mails de ses utilisateurs et d’en rapporter les contenus suspects via un programme de scan dès 2015. Il s’agit là en quelque sort d’espionnage des temps modernes et c’est sans dire que l’entreprise n’a pas démenti cette information.

Ces dérapages notoires ont de quoi faire douter Verizon quant à son rachat des activités principales de Yahoo!. L’épilogue de l’affaire devrait survenir dans les mois à venir avant la fin du premier trimestre 2017.

 

 

Margaux Savarit-Cornali

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Truffle Capital : premier fonds tricolore sur l’ICO

Truffle Capital : premier fonds tricolore sur l’ICO

La société de gestion de Patrick Kron fait figure de pionnière en lançant l’Initial Coin Offering de sa participation Telcoin. La start-up compte deve...

La SNCF vend une partie de son patrimoine immobilier

La SNCF vend une partie de son patrimoine immobilier

Alors que la grève se poursuit contre la réforme ferroviaire engagée par le gouvernement, la direction de la SNCF va céder la majorité des parts de sa...

Arkéa : nouvel horizon pour le groupe

Arkéa : nouvel horizon pour le groupe

Après une phase d’information alimentée par un dossier complet et détaillé et de nombreux débats, tenus du 23 mars au 14 avril, le résultat du vote es...

3i annonce le closing de son fonds EOPF

3i annonce le closing de son fonds EOPF

Avec un total de 456 millions d’euros levés, le fonds EOPF de 3i a dépassé les objectifs de l’entreprise qui espérait récolter 400 millions d'euros.

Scala Sport : la gestion d’un patrimoine si particulier

Scala Sport : la gestion d’un patrimoine si particulier

Des carrières courtes, des revenus élevés, une fiscalité à optimiser. Ce sont en somme trois des principaux domaines que doit appréhender le sportif d...

Assurance-vie : l’atout luxembourgeois

Assurance-vie : l’atout luxembourgeois

Sécurité, flexibilité, confidentialité : le Luxembourg a toutes les cartes en mains pour attirer les épargnants français. Moins touchés par l’entrée e...

HSBC se renforce sur la clientèle Retail et banque privée

HSBC se renforce sur la clientèle Retail et banque privée

Marlène Dolveck intègre le département Retail et Wealth management de la banque britannique.

Colloque Fidroit 2018 : les inscriptions sont ouvertes

Colloque Fidroit 2018 : les inscriptions sont ouvertes

Le 21e colloque Fidroit se tiendra le vendredi 8 juin prochain à la Seine Musicale à Paris. Il sera placé sous le signe du conseil en organisation pat...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message