Le chiffre du jour : 8 M

C’est le nombre quotidien de barils de pétrole que les pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) sont susceptibles de vendre en moins en 2040, du à l’expansion du marché des véhicules électriques.

C’est le nombre quotidien de barils de pétrole que les pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) sont susceptibles de vendre en moins en 2040, du à l’expansion du marché des véhicules électriques.

Les experts prévoient une demande de véhicules électriques cinq fois plus grande que celle qu’ils avaient annoncée l’an dernier, passant leurs projections de 46 millions de véhicules électriques en 2040 à 266 millions. D’après un rapport de Bloomberg New Energy Finance (BNEF), un organisme de recherche sur l’énergie cette volte-face provient de la baisse relativement rapide des batteries lithium-ion (-73 % depuis 2010) mais aussi de l’enthousiasme des consommateurs pour ce secteur d’avenir. Si la tendance actuelle se poursuit, le rapport projette un point d’inflexion entre 2025 et 2030, au moment où le total en circulation dépassera cent millions, soit 10 % du marché actuel. Le rythme s’accélèrera après en monopolisant 54 % des ventes pour atteindre 530 millions de véhicules en circulation en 2040, soit un tiers du total prévu à cette date.

25 % de demande en moins

Le groupe viennois a dans un même temps abaissé de moitié ses prévisions de véhicules diesel. « Les voitures électriques sont intrinsèquement moins chères car elles sont plus simples à confectionner et à entretenir » a déclaré Francesco Starace, P-DG d’Enel, la société nationale italienne d’électricité. Et les décideurs de l’autre côté de la bataille ne le contredisent pas. Wael Mahdi, un spécialiste de l’OPEP, a exhorté les représentants à « s’unir sur tous les fronts » pour « se préparer pour le futur ». L’étude de BNEF prévoit que le développement du marché réduira la demande de pétrole de huit millions de barils par jour. Ce chiffre correspond à la production actuelle de l’Arabie Saoudite, à celle de l’Iran et de l’Irak réuni, soit 25 % du total réalisé par l’OPEP. Des projets d’adaptation à ces mutations sectorielles sont donc à prévoir, à l’image de la « Gigafactory » construite par Elon Musk (Tesla Motors) l’an dernier.

A.R.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La plate-forme, l'outil indispensable pour devenir une licorne

La plate-forme, l'outil indispensable pour devenir une licorne

Dans un environnement ultra-compétitif où les barrières à l’entrée sont plus faibles que jamais, les start-up doivent, même en grandissant, rester sou...

Isabelle de Silva fait autorité

Isabelle de Silva fait autorité

Très discrète durant les douze premiers mois de son mandat à la tête de l’Autorité de la concurrence, Isabelle de Silva s’appuie sur sa grande technic...

Archers vise l'international

Archers vise l'international

Attentifs à leur croissance et à la stratégie de leur positionnement, les associés d’Archers affichent une certaine sérénité face à la réussite de leu...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message