Le chiffre du jour : 5 €

C’est le montant du rabot budgétaire dans l’aide personnalisée au logement (APL) annoncé par le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard. Cette mesure s’inscrit dans un plan de restructuration plus large du budget destiné au logement.
Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, veut une réforme globale des aides au logement.

C’est le montant du rabot budgétaire dans l’aide personnalisée au logement (APL) annoncé par le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard. Cette mesure s’inscrit dans un plan de restructuration plus large du budget destiné au logement.

Conçue en 1997 pour favoriser l’accès au logement des individus les plus modestes, l’APL bénéficie aujourd’hui à 6,3 millions de ménages et représente un coût de 18 milliards d’euros pour les caisses de l’État. La baisse forfaitaire mensuelle de cinq euros de l’aide, qui ne peut pas excéder les trois cents euros, apportera pour la Caisse d’allocation familiale (CAF) une économie chiffrée à près de 400 millions d’euros, selon la Cour des comptes. L’organisme de contrôle des finances publiques s’est positionné en faveur de cette révision, estimant que les politiques d’aides au logement sont le plus souvent inefficaces, et résultent principalement en une hausse inflationniste des loyers. Il avait calculé en 2015 qu’un euro supplémentaire dans l’aide au logement générait une hausse réelle des loyers de l’ordre de 80 centimes, et avait urgé le gouvernement d’agir. La mesure avait d’ailleurs été actée par François Hollande, mais elle ne s’était jamais concrétisée.

Une « restructuration globale du système »

C’est chose faite aujourd’hui. Le gouvernement risque néanmoins de se mettre les étudiants à dos. En effet, ils sont 800 000 à toucher l’APL, soit 12,7 % des bénéficiaires. Une réforme qui s’ajoute à celle validant les coupes budgétaires dans l’Enseignement supérieur. Nombreuses sont les Universités qui ayant déjà amorcé une hausse des frais d’inscription. Le premier syndicat étudiant, la FAGE, a rappelé que 25 % des étudiants vivent sous le seuil de pauvreté et que le logement représente au moins la moitié de leurs dépenses mensuelles. Pour Eric Vagnier, économiste pour RTL, la réforme des aides au logement « ne peut pas se ramener à une soustraction qui va toucher les plus fragiles. Pour être acceptée, il faut qu’elle passe par une restructuration globale du système ». Jacques Mézard semble l’avoir entendu : le ministre a annoncé mardi dernier qu’une réforme structurelle serait introduite à l’automne 2017. Elle ne manquera pas d’être scrutée.

A.R.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Exclusif : Stehlin & Associés s’offre les services de Jean-François Copé

Exclusif : Stehlin & Associés s’offre les services de Jean-François Copé

L’ancien président de l’UMP redevient avocat aux côtés de Marc Pierre Stehlin. Une arrivée remarquée sur le marché des avocats d’affaires.

F. Stolar (Sagard) : « Alvest, c'est d'abord un pari d'investisseur »

F. Stolar (Sagard) : « Alvest, c'est d'abord un pari d'investisseur »

Patron de l'une des sociétés de gestion les plus confidentielles du marché français du private equity, Frédéric Stolar nous livre ses impressions sur...

Publicité digitale : le pré carré des Gafa sous pression

Publicité digitale : le pré carré des Gafa sous pression

Google, Facebook et bientôt Amazon : les géants du Net captent la majorité des investissements publicitaires digitaux en France. Pourtant, les scandal...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message