Le chiffre du jour : 217 MD€

C’est ce que coûterait la sortie du nucléaire en France d’ici à 2035, selon une étude réalisée par l’institut Montaigne.

C’est ce que coûterait la sortie du nucléaire en France d’ici à 2035, selon une étude réalisée par l’institut Montaigne.

En France, le nucléaire demeure, année après année, un véritable enjeu de société. Et pour cause, malgré de nombreux efforts déjà consentis, 75 % de l’électricité française est encore produite par les centrales atomiques. Face à ce constat, deux conceptions s’opposent. D’un côté, ceux favorables à un maintien d’une partie du parc nucléaire car permettant d’assurer à la France une indépendance énergétique. De l’autre, ceux prônant une rupture totale avec le nucléaire et souhaitant se tourner immédiatement vers les énergies renouvelables. Cependant, une chose est sûre, cela ne sera pas gratuit. D’une part, parce que le renouvelable peine à prendre le relais faute d’avancées techniques et d’autres part, une fermeture de centrale, en l’absence de mesure de sûreté, suppose de facto une indemnisation à l’instar de Fessenheim, évaluée à 500 millions par réacteur.

 

Une sortie pas sans conséquence

 

Proposition phare des candidats Hamon et Mélenchon en matière environnementale, l’abandon du nucléaire pourrait ainsi représenter un coût de 10,1 milliards d’euros par an d’ici 2025 et 13,6 milliards d’euros entre 2026 et 2035. En cause, la prise en compte des coûts directs émanant de la fermeture des réacteurs, l’élaboration de son mix énergétique de substitution et les coûts indirects tels que la perte de compétitivité des entreprises françaises liée à la hausse du prix de l’électricité.

 

G.P-C

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Exclusif : Stehlin & Associés s’offre les services de Jean-François Copé

Exclusif : Stehlin & Associés s’offre les services de Jean-François Copé

L’ancien président de l’UMP redevient avocat aux côtés de Marc Pierre Stehlin. Une arrivée remarquée sur le marché des avocats d’affaires.

F. Stolar (Sagard) : « Alvest, c'est d'abord un pari d'investisseur »

F. Stolar (Sagard) : « Alvest, c'est d'abord un pari d'investisseur »

Patron de l'une des sociétés de gestion les plus confidentielles du marché français du private equity, Frédéric Stolar nous livre ses impressions sur...

Publicité digitale : le pré carré des Gafa sous pression

Publicité digitale : le pré carré des Gafa sous pression

Google, Facebook et bientôt Amazon : les géants du Net captent la majorité des investissements publicitaires digitaux en France. Pourtant, les scandal...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message