Le chiffre du jour : 18,3 MD€

C’est le montant record atteint par l’excédent budgétaire allemand sur les six premiers mois de l’année.
La chancelière allemande Angela Merkel, en 2015.

C’est le montant record atteint par l’excédent budgétaire allemand sur les six premiers mois de l’année.

L’année dernière, l’Allemagne dégageait un excédent budgétaire qui était déjà un record, avec 1 410 milliards d’euros de recettes pour 1 388 milliards d’euros de dépenses, à vingt-quatre milliards d’euros sur douze mois, le plus élevé depuis la réunification en 1990. Cette année, si les résultats semestriels sont presque équivalents (18,5 milliards d’euros), la performance paraît encore plus grande. En effet, l’État allemand a été contraint de payer 7,1 milliards d’euros de redevances aux acteurs du nucléaire en début d’été pour une taxe de 145 € par gramme de combustible déployé dans les réacteurs instaurée en 2010 mais jugée inconstitutionnelle par la Cour suprême de justice allemande. Pour cette raison, le gouvernement central enregistre ce semestre un déficit de 2,5 milliards d’euros.

Le poids des régions

Mais l’Allemagne reste un pays décentralisé et l’Institut national de statistiques Destatis estime que les administrations régionales (Länders) et locales ainsi que les fonds de sécurité sociale affichent pour l’instant des excédents respectifs de 8,1, 6,1 et 6,6 milliards d’euros. Pour un PIB estimé à 1 600 milliards d’euros sur la période, l’excédent s’établirait donc à un ratio de 1,1 %, quand une majorité des États-membres de l’Union européenne peinent à passer sous la barre des 3 % de déficit. Si les recettes de l’État ont augmenté de 4,3 % sur la même période pour s’établir à 724 milliards d’euros, l’Allemagne a connu une chute critique de ses intérêts et dividendes reçus, de l’ordre de 20 %, en raison de la baisse des profits enregistrés dans les comptes nationaux par la Bundesbank.

Excédent : à quoi bon ?

Un tel excédent n’est pas forcément signe d’une bonne santé économico-sociale. Le quotidien Bild considère d’ailleurs que la chancelière devrait en avoir honte et estime qu’en présence d’une situation aussi favorable, des baisses d’impôts ou des investissements publics peuvent être réalisés. Les dépenses d’investissement ont été en-dessous de la moyenne ces six premiers mois : 2,7 % contre 3,8 % en moyenne depuis 2005 d’après le ministère des Finances. Ce dernier prévoit néanmoins une hausse moyenne de l’ordre de 5 % les concernant dans les années à venir portés par la forte demande de projets de génie civil prévue.

A.R.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Paris accueillera l’Autorité bancaire européenne

Paris accueillera l’Autorité bancaire européenne

Parmi les huit villes candidates pour accueillir l’EBA, Paris sort vainqueur : le régulateur déménagera dans la capitale française d’ici mars 2019. L’...

Prélèvement à la source : quelles conséquences pour les entreprises

Prélèvement à la source : quelles conséquences pour les entreprises

Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a annoncé la mise en place effective du prélèvement à la source, initialement prévu en 2018, pour le...

Eden Park, iconique et décalée

Eden Park, iconique et décalée

Il y a trente ans naissait Eden Park. Une marque bâtie autour d’un logo iconique et d’un état d’esprit de légende : celui de joueurs du Racing devenus...

Jonathan Sebbane : « Chapelle International est une révolution dans le monde de la logistique urbaine »

Jonathan Sebbane : « Chapelle International est une révolution dans le monde de la logistique urbain...

Projet emblématique, Chapelle International a pour objectif de ramener la logistique dans Paris, en l'accompagnant de lieux de vie. Jonathan Sebbane,...

Investissement : la vedette, c'est toujours le bureau

Investissement : la vedette, c'est toujours le bureau

L'investissement en immobilier d'entreprise se porte toujours bien, plus que jamais porté par le bureau. Autopsie d'une année faite de méga-deals, de...

Assurer contre vents et marées ?

Assurer contre vents et marées ?

Après la succession d’évènements naturels catastrophiques et meurtriers survenus en 2017, les réactions du secteur de l’assurance ne se font pas atten...

Frédéric Chhum et Houria Si Ali candidats au conseil de l'ordre

Frédéric Chhum et Houria Si Ali candidats au conseil de l'ordre

Les élections du conseil de l’ordre des avocats de Paris approchant, Frédéric Chhum et Houria Si Ali du MAC annoncent officiellement leur candidature.

Les nouvelles technologies sont-elles destructrices d’emplois ?

Les nouvelles technologies sont-elles destructrices d’emplois ?

La première édition des Rendez-vous de Bercy — un événement avec lequel Bruno Lemaire souhaite « révéler les réflexion qui ont cours au ministère de l...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message