Le chiffre du jour : 175 MD$

C’est le montant des dégâts liés à des catastrophes naturelles ou d’origines humaines selon le dernier rapport du cabinet international de réassurance Swiss Re.

C’est le montant des dégâts liés à des catastrophes naturelles ou d’origines humaines selon le dernier rapport du cabinet international de réassurance Swiss Re.

C’est deux fois plus qu’en 2015, où la facture s’élevait à 94 milliards de dollars. Sur les 175 milliards de dollars constatés, les assurances devront prendre en charge 54 milliards de dollars, soit 42 % de plus qu’en 2015. La France n’est pas épargnée par ce phénomène. La Fédération française de l’assurance (FFA) qui intervient dans le cadre des sinistres touchant l’Hexagone, devra ainsi verser 2,3 milliards d’euros.

 

Les catastrophes naturelles toujours plus dévastatrices

 

Au total, 327 événements catastrophiques ont été dénombrés en 2016, dont 191 de manière naturelle et 136 pour des raisons techniques. Seule note « positive », ces désastres ont été moins meurtriers que l’année précédente : 11 000 victimes contre 26 000 en 2015.

 

Le coût exorbitant des dégâts est d’autant plus impressionnant qu’il s’explique par une recrudescence des événements naturels : leur montant est ainsi passé de 90 milliards à 166 milliards de dollars. À eux seuls, ils expliquent 94 % de la hausse. Parmi ces phénomènes se sont surtout les inondations (65) et les tempêtes (82) qui ont eu le plus d’impact. En cause, le réchauffement climatique. On peut penser notamment aux pluies diluviennes au Pérou et à l’ouragan Matthew qui, avec près de 700 victimes en Haïti, a été le plus destructeur de l’année en termes de perte de vies humaines.

 

G P-C

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Exclusif : Stehlin & Associés s’offre les services de Jean-François Copé

Exclusif : Stehlin & Associés s’offre les services de Jean-François Copé

L’ancien président de l’UMP redevient avocat aux côtés de Marc Pierre Stehlin. Une arrivée remarquée sur le marché des avocats d’affaires.

F. Stolar (Sagard) : « Alvest, c'est d'abord un pari d'investisseur »

F. Stolar (Sagard) : « Alvest, c'est d'abord un pari d'investisseur »

Patron de l'une des sociétés de gestion les plus confidentielles du marché français du private equity, Frédéric Stolar nous livre ses impressions sur...

Publicité digitale : le pré carré des Gafa sous pression

Publicité digitale : le pré carré des Gafa sous pression

Google, Facebook et bientôt Amazon : les géants du Net captent la majorité des investissements publicitaires digitaux en France. Pourtant, les scandal...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message