L'Oréal ne veut plus de The Body Shop

Le leader mondial de la beauté espère tirer un milliard d'euros de la vente de sa filiale britannique. Plusieurs fonds d'investissement seraient intéressés.

Le leader mondial de la beauté espère tirer un milliard d'euros de la vente de sa filiale britannique. Plusieurs fonds d'investissement seraient intéressés.

Dix ans après leur union, c'est la fin de l'histoire d'amour entre L'Oréal et The Body Shop (racheté pour 940 millions d'euros en 2006) : le leader mondial de la beauté a mandaté la banque Lazard afin d'organiser la vente de sa filiale britannique pour une valorisation qui devrait approcher le milliard d'euros. La raison de cette rupture tient essentiellement à l'effritement de la croissance de la cible alors même que son potentiel fait partie des plus importants du marché des cosmétiques. Les revenus de l'enseigne aux 3 000 boutiques ont timidement augmenté de 835 millions d'euros à 967 millions d'euros entre 2013 et 2015 tandis que son résultat d'exploitation est passé de 72 millions d'euros à 55 millions d'euros. The Body Shop reste un mastodonte – c'est la deuxième marque du groupe tricolore derrière Maybelline/Garnier – et l'acquéreur devra avoir les reins solides pour en prendre la propriété. Pour le moment, plusieurs bruits de marché font état d'intérêts prononcés en provenance des fonds d'investissement, ces derniers étant coutumiers des opérations de rationalisation d'agence et de transformation digitale de sociétés. Advent, PAI Partners, Bain & Company, Carlyle, Apax Partners ou encore Clayton Dubilier & Rice se seraient renseignés. Du côté des industriels, le concurrent direct Lush et l'américain Bed Bath & Beyond semblent aussi en ordre de marche...

 

FS

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Mobilité : les expatriés ont le blues

Mobilité : les expatriés ont le blues

Phénomène de société ou conséquence de la globalisation du marché du travail, l’expatriation séduit de plus en plus de Français. Mais nombre d’entre e...

Christiane Féral-Schuhl : « Il y a un moment où l’on se sent poussé à agir »

Christiane Féral-Schuhl : « Il y a un moment où l’on se sent poussé à agir »

Bâtonnier des avocats de Paris de 2012 à 2013, Christiane Féral-Schuhl se présente maintenant à la présidence du Conseil national des barreaux (CNB),...

L’agence Sensio, devenue Sensio Grey, change d’identité et s’internationalise

L’agence Sensio, devenue Sensio Grey, change d’identité et s’internationalise

L’agence digitale Sensio a connu un été riche. Depuis le rapprochement avec le géant de la publicité WPP en juillet, les grandes manœuvres sont lancée...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message