Gènes, éthique : la modification

La FDA approuve pour la première fois une thérapie génique aux États-Unis. Ce traitement oncologique basé sur la modification génétique des cellules immunitaires des patients est développé et distribué par le laboratoire Novartis, premier à se positionner sur ce marché prometteur.

La FDA approuve pour la première fois une thérapie génique aux États-Unis. Ce traitement oncologique basé sur la modification génétique des cellules immunitaires des patients est développé et distribué par le laboratoire Novartis, premier à se positionner sur ce marché prometteur.

Même la FDA (Food and drug administration) s’émeut. « Ces technologies ont le potentiel de changer la médecine et constituent un point de transformation de notre capacité à traiter et même guérir de nombreuses maladies incurables », explique-t-elle dans son communiqué de presse annonçant l’autorisation de mise sur le marché du Kymriah. Cet optimisme est justifié au regard de la révolution clinique que constitue le nouveau traitement de Novartis, le premier de son genre à être commercialisé aux États-Unis.

Les thérapies géniques sont une piste d’étude très prometteuse depuis de nombreuses années dans le sens d’une médecine personnalisée. Elles consistent à modifier génétiquement des cellules du patient pour pallier une déficience ou l’aider à combattre un agent pathogène. On parle de « médicaments vivants ». En l’occurrence, le traitement s’adresse aux patients victimes de leucémie lymphoblastique aigüe ne répondant plus aux traitements traditionnels. Dans le cas du Kymriah, ce sont les cellules immunitaire tueuses, les cellules T, qui sont prélevées de l’organisme du patient puis modifiées en laboratoire pour les rendre sensibles aux cellules tumorales.

Il faut avoir en tête que les cellules T, sorte d’assassins professionnels de l’organisme, n’attaquent que si elles reconnaissent un élément pathogène. Leurs « yeux » sont des récepteurs spécifiques situés sur leur membrane. Les cellules tumorales étant des cellules du corps, elles peuvent ne pas être reconnues ou insuffisamment comme des éléments dangereux. La manipulation va ici « augmenter » ces cellules T d’un nouveau récepteur. Les cellules T ainsi modifiées sont réinjectées dans l’organisme et éliminent la tumeur. Testé sur 63 jeunes patients ne répondant pas aux traitements existants, le Kymriah a fait montre d’une extraordinaire efficacité avec un taux de rémission de 83 % après une seule administration.  

Ce type d’approche présente des difficultés particulières. Elles se nichent dans l’identification d’un marqueur spécifique des cellules tumorales et le développement de récepteurs adaptés. À défaut d’identifier un élément qui leur est propre, le risque est d’envoyer des cellules T qui élimineront à la fois les cellules cancéreuses mais aussi les saines. L’US National Cancer Institute en a malheureusement fait les frais lors de l’essai clinique d’une thérapie similaire ciblant le marqueur moléculaire MAGE-A3. Deux participants sont morts après injection. Il s’est avéré que le marqueur était aussi présent sur le tissu cérébral. Une tentative aussi tragique menée par une entreprise britannique a provoqué la mort de deux autres patients par crise cardiaque. La titine, exprimée par les cellules du cœur et trop similaire à MAGE-A3, a été identifiée comme cible par les cellules T.

Depuis, de nombreuses améliorations ont été apportés au procédé et le traitement de Novartis vise une molécule plus spécifique aux tissus cancéreux, le CD19. Pour autant, tout risque n’est pas écarté et la FDA précise que le CD19 est aussi présent dans d’autres cellules immunitaires et peut conduire à une augmentation du risque d’infection. L’agence souligne, de surcroît, l’existence d’un risque neurologique, puisque la réinjection des cellules T modifiées est susceptible de provoquer une « orage cytokinique » (libération massive de protéines inflammatoires), potentiellement mortel et qui doit être traité très rapidement.

Un traitement à 475 000 dollars

Pour autant, la thérapie reste très prometteuse et pourrait ouvrir la voie à toute une gamme de solutions porteuses d’espoirs pour les patients atteints de maladies incurables. Novartis réussit donc un coup de maître. Ce résultat est le fruit d’un investissement massif dans la recherche et le développement de l’ordre de 9,3 milliards en 2014, plus que tous ses concurrents. Une stratégie de long terme bien différente du « tout marketing » et de la rentabilisation suicidaire qui avait conduit l’industrie pharmaceutique à la falaise des brevets.

Le coût du traitement est annoncé à 475 000 dollars, ce qui en fait l’un des médicaments les plus chers du monde. Cela ne va pas sans faire grincer des dents. En geste d’apaisement, Novartis s’est engagé à ne faire payer que les patients qui réagissaient au traitement.

Le contrôle des effets secondaires et une standardisation des méthodes de modifications génétiques sont les champs d’intenses efforts de recherche pour permettre à mesure que la gamme des thérapie géniques s’étend de proposer des traitements à la fois sûrs et accessibles. D’ici là, Novartis rend ses lettres de noblesse à la pharmacie, en allumant une flamme d’espoir là où il n’y en avait plus.

Maxime Benallaoua (@Maxdesinternets)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Hugo Mangin (Blablacar) : « La finance devient plus stratégique »

Hugo Mangin (Blablacar) : « La finance devient plus stratégique »

Pour faire face à une croissance exponentielle, la licorne française Blablacar, qui a levé pas moins de 300 millions de dollars, a radicalement boulev...

Politique de la ville : un discours en faveur des quartiers populaires

Politique de la ville : un discours en faveur des quartiers populaires

Mardi 14 novembre, le président Emmanuel Macron a dévoilé à Tourcoing son « plan de mobilisation nationale » en faveur des quartiers et les grands axe...

Nucléaire : Nicolas Hulot maintient la pression sur EDF

Nucléaire : Nicolas Hulot maintient la pression sur EDF

Dans une tribune publiée dans le Financial Times, le ministre de la Transition écologique émet des doutes sur la capacité d'EDF à réduire la part de n...

COP23 : onze jours pour sauver la planète

COP23 : onze jours pour sauver la planète

La 23ème conférence annuelle de l'ONU sur les changements climatiques (COP23) s'est tenue à Bonn, du 6 au 17 au novembre dernier, tandis que les appel...

David Syed quitte Orrick pour Dentons

David Syed quitte Orrick pour Dentons

L'avocat globe-trotteur et visionnaire devrait prendre en charge le dossier de la restructuration de la dette vénézuélienne pour le compte du géant du...

Les Français vont proposer leurs projets pour la planète

Les Français vont proposer leurs projets pour la planète

En déplacement à Bonn pour la COP23, Nicolas Hulot a annoncé le lancement de « Mon projet pour la planète ». Les citoyens sont invités à proposer des...

Trescal : (encore) un fonds de pension à l'offensive

Trescal : (encore) un fonds de pension à l'offensive

Il va falloir s'y habituer, les fonds de pensions étrangers sont de plus en plus gourmands sur le marché du capital-investissement français. Aujourd'h...

Coopération entre Bird & Bird et Allbright Law Offices

Coopération entre Bird & Bird et Allbright Law Offices

Bird & Bird renforce ses liens avec l’Asie en concluant un partenariat avec Allbright Law Offices qui installera son nouveau bureau à Londres.

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message