Guerre d'ego dans le Golfe

L’ÉVÉNEMENT. Décrétée par l’Arabie saoudite et l’ensemble des pays du Golfe il y a quelques semaines, la mise au ban du Qatar sous prétexte de « soutien au terrorisme » peine à convaincre. Retour sur une crise diplomatique et économique plus proche de la guerre d’influence que de la mesure sécuritaire.

L’ÉVÉNEMENT. Décrétée par l’Arabie saoudite et l’ensemble des pays du Golfe il y a quelques semaines, la mise au ban du Qatar sous prétexte de « soutien au terrorisme » peine à convaincre. Retour sur une crise diplomatique et économique plus proche de la guerre d’influence que de la mesure sécuritaire.

Il y a un mois, l’Arabie saoudite – entraînant à sa suite les Émirats arabes unis, le Bahreïn, le Yémen et l’Égypte – déclarait la mise en quarantaine du Qatar. Motif invoqué : le soutien supposé de ce dernier au terrorisme. Une décision aux effets doublement bénéfiques puisqu’elle permettait à la fois d’apporter un gage de solidarité aux gouvernements occidentaux – qui, depuis le 11-Septembre, n’envisagent plus ces régions du globe « qu’à travers le prisme du terrorisme », note Agnès Levallois –tout en recadrant le Qatar, partenaire mais également rival de longue date.

Sanction disciplinaire

Pour la vice-présidente de l’Institut de recherche et d’études Méditerranée et Moyen-Orient, ces accusations, sans être totalement infondées, demeurent une parade d’autant plus grossière qu’elles émanent d’un pays qui a, lui-même, souvent à y répondre. « On a vu l’Arabie saoudite accorder son soutien à des groupes d’islamistes radicaux considérés comme terroristes par les autorités internationales, rappelle-t-elle, convaincue que ces mesures brutales – la rupture diplomatique s’accompagnant d’un embargo économique – ne sont en réalité que des sanctions disciplinaires ayant pour objectif de « tourner définitivement la page des Printemps arabes ».

« Le Qatar n’a de cesse de vouloir faire entendre sa voix pour prouver sa capacité à exister »

Cet épisode qui, en bouleversant les équilibres régionaux, aura permis au Qatar de multiplier les prises de positions dissidentes, notamment en faveur des Frères musulmans que Doha a toujours ouvertement soutenus alors que les Émirats arabes unis et l’Égypte y voient une menace, tout comme l’Arabie saoudite en voit une dans l’Iran, avec qui le Qatar entretient des relations « normales ». De quoi emmener le pays à cristalliser les mécontentements.

Quête de visibilité

D’autant que, désireux de compenser sa petite taille par une visibilité maximale, celui-ci s’emploie depuis des années à se démarquer du discours et des positions officielles invariablement dictées par l’Arabie saoudite dans un objectif unique : occuper la scène régionale et internationale. « Le Qatar n’a de cesse de vouloir faire entendre sa voix pour prouver sa capacité à exister, explique Agnès Levallois qui souligne que, pour limiter le risque encouru, « il a multiplié les alliances auprès de puissances du monde entier pour se doter d’assurances vie ». Notamment à coups d’investissements lourds dans les économies occidentales qui, au fil des ans, ont permis de rendre le petit état gazier diplomatiquement incontournable. Pour preuve : la Coupe du monde dont il a obtenu l’organisation et qui, en 2022, le placera sous les feux médiatiques planétaires. Un coup de maître qui a sans doute incité les Saoud à siffler la fin de la récré.

Leadership national

« Pour l’Arabie saoudite, tout l’enjeu de cette crise relève d’une question de leadership régional, » résume Agnès Levallois. Et pour s’assurer que celui-ci revient bien à l’Arabie saoudite, Mohammed Ben Salman, nouveau prince héritier à la tête du pays, n’a visiblement pas l’intention de s’en tenir aux arguments du soft power. « Pour affirmer la prédominance saoudienne sur la région, poursuit-elle, il entend être à la manœuvre. » Et remettre le Qatar à ce qu’il estime être sa place légitime : « celle de satellite de l’Arabie saoudite ». Une rétrogradation que la forte tête du Golfe aura sans doute du mal à accepter, si ce n’est que, le calendrier des constructions prévues pour la Coupe du monde ne pourra être respecté sans levée prochaine de l’embargo. Si celui-ci devait s’éterniser, le pays se verrait contraint de renoncer à accueillir l’événement et, avec lui, sa couverture médiatique. Une perspective suffisante, de l’avis de beaucoup, pour inciter le Qatar à montrer rapidement des signes de cohésion régionale.

Caroline Castets

@CaroCastets1 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Vincent Léonard (SEB) : « Une excellente coordination fait la force de notre équipe finance »

Vincent Léonard (SEB) : « Une excellente coordination fait la force de notre équipe finance »

L’une des clés de succès du groupe SEB repose sur le suivi des marges consolidées sur chaque catégorie de produit et chaque marché. De fait, l’équipe...

Mobilité : les expatriés ont le blues

Mobilité : les expatriés ont le blues

Phénomène de société ou conséquence de la globalisation du marché du travail, l’expatriation séduit de plus en plus de Français. Mais nombre d’entre e...

L’agence Sensio, devenue Sensio Grey, change d’identité et s’internationalise

L’agence Sensio, devenue Sensio Grey, change d’identité et s’internationalise

L’agence digitale Sensio a connu un été riche. Depuis le rapprochement avec le géant de la publicité WPP en juillet, les grandes manœuvres sont lancée...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message