Grand Paris Express : le budget sera révisé en 2018

Le financement du chantier du Grand Paris Express reste suspendu aux décisions du gouvernement relatives à la feuille de route.

Le financement du chantier du Grand Paris Express reste suspendu aux décisions du gouvernement relatives à la feuille de route.

2,249 milliards d’euros. C'est le montant des premières autorisations budgétaires adoptées par le conseil de surveillance de la Société du Grand Paris (SGP) pour 2018. Ces prévisions correspondent aux dépenses anticipées que généreront les travaux d'études et les engagements pris au cours de l'exercice 2017 sur la construction du Grand Paris Express, le futur métro du Grand Paris.

Ce budget devra toutefois être révisé début 2018, à l’issue des décisions du gouvernement relatives à la feuille de route du Grand Paris Express a annoncé la SGP dans un communiqué. Le calendrier précis de la réalisation des quatre nouvelles lignes de métro fait notamment partie des arbitrages très attendus du gouvernement qui, pour l'heure, reste silencieux sur la question. De quoi laisser planer doute sur le montant de l'enveloppe financière allouée au chantier de la future vitrine de la région Île-de-France, alors que le premier tunnelier sera installé début 2018 sur le site Champigny-Plateau et creusera le tunnel de raccordement reliant le centre d’exploitation Champigny à la ligne 15 Sud. Selon la Société du Grand Paris, à fin septembre 2017, 208 millions d’euros auraient déjà été engagés auprès de 513 PME sur la ligne 15 Sud. Parmi elles, 337 sont franciliennes. Pour financer ce projet d'envergure, la SGP a signé trois contrats d’emprunts avec la Caisse des dépôts et consignations (un milliard d’euros) et la Banque européenne d’investissement (2 milliards d'euros, en deux tranches de 1 milliard chacune). Une troisième tranche de 500 millions d'euros a été approuvée par le conseil d’administration de la BEI et pourra faire l’objet de la signature d’un contrat supplémentaire en 2018. Elle prévoit également de procéder cette même année à sa première émission obligataire pour la couverture de ses besoins structurels de long terme, ainsi qu’à celle de son premier titre de créance négociable à moins d’un an, pour ses besoins de trésorerie. L’année 2018 devrait ainsi marquer une nouvelle étape dans le développement de l’infrastructure de financement de l’établissement avec, notamment, la première présentation de sa signature sur les marchés financiers internationaux. 
 

Charlotte Danjou

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Le private equity fait son chemin dans l’assurance-vie

Le private equity fait son chemin dans l’assurance-vie

Risqué mais rentable, le non coté séduit les investisseurs français. Également férus d’assurance-vie, ces derniers restent toutefois frileux devant la...

Le Perp : verser plus pour payer moins d’impôt

Le Perp : verser plus pour payer moins d’impôt

Le record en matière de déficit des différents régimes de retraite obligatoires et l’incertitude du niveau des pensions de retraites sensibilisent les...

Successions et transmissions familiales : les grandes oubliées de la réforme fiscale

Successions et transmissions familiales : les grandes oubliées de la réforme fiscale

Le gouvernement ne s’est pas encore saisi des questions relatives à la transmission. Un enjeu qui est pourtant crucial pour maintenir l’attractivité d...

Les pièges de la transmission d’entreprise : histoire de réflexes inversés et de négligences fatales

Les pièges de la transmission d’entreprise : histoire de réflexes inversés et de négligences fatales

Une entreprise ne se transmet pas comme un autre actif. Sa singularité économique, juridique et fiscale rejaillit directement sur son mode de transmis...

Marie-Aimée Peyron, nouvelle bâtonnière du barreau de Paris

Marie-Aimée Peyron, nouvelle bâtonnière du barreau de Paris

Ce mardi, Frédéric Sicard a passé le bâton à son successeur Marie-Aimée Peyron, qui devient le 220è bâtonnier de Paris.

Carmat recharge la pompe avec 50 M€

Carmat recharge la pompe avec 50 M€

Le fabricant français du cœur artificiel révolutionnaire repasse par la case financement afin de mener à terme son étude pivot.

Claude Baland (Renault) : « La bonne réputation de l’entreprise, un critère de choix pour les jeunes »

Claude Baland (Renault) : « La bonne réputation de l’entreprise, un critère de choix pour les jeunes...

Fondé en 1898, le groupe Renault est l’un des fleurons de l’industrie automobile française. Après une longue carrière dans l’administration publique,...

Private Equity : et les multiples franchirent 10 fois l'EBE !

Private Equity : et les multiples franchirent 10 fois l'EBE !

Selon les données recueillies par S&P, les prix des entreprises européennes ciblées par les fonds ont atteint plus de dix fois leur excédent brut...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message