Gemalto rejette l’offre de rachat d’Atos

Le spécialiste de la carte à puce, Gemalto, a refusé l’offre publique d’achat (OPA) d’Atos de 4.3 milliards d’euros, mercredi 13 décembre.
Gemalto

Le spécialiste de la carte à puce, Gemalto, a refusé l’offre publique d’achat (OPA) d’Atos de 4.3 milliards d’euros, mercredi 13 décembre.

Le 11 décembre, Thierry Breton, PDG d’Atos, faisait une offre de 4.3 milliards d’euros auprès du spécialiste français des cartes à puce, Gemalto. Une proposition rejetée deux jours après. Gemalto, leader mondial de la sécurité numérique préfère poursuivre son chemin seul.

Le conseil d’administration de Gemalto juge la proposition « largement » sous-estimée, parlant même d’une offre « ni amicale, ni collaborative », à un moment jugé « opportun » en raison de la faiblesse de son cours en Bourse. « Gemalto, leader mondial de la sécurité numérique, est mieux positionné en tant qu’entreprise autonome pour poursuivre avec succès son développement et créer de la valeur à long terme », a déclaré l’entreprise française dans un communiqué. 

En effet, Gemalto traverse une crise qui se traduit par une baisse dans ses deux activités de prédilection, la carte bancaire et la carte SIM. Un plan de sauvegarde de l’emploi a été prononcé le 1er décembre. La situation inquiète les représentants syndicaux qui estiment que Gemalto est actuellement en posture de négociation, alors que plus de 260 salariés risquent d’être licenciés. Pour l’instant, pas de nouvelle offre du côté d’Atos même si les marchés semblent parier pour une surenchère.

Cybersécurité : une opportunité « ratée » ?

Si un accord est trouvé, le rapprochement de ces deux géants pourrait constituer « de loin le premier acteur européen », comme l’a exprimé Thierry Breton. Ces deux entreprises présentent de nombreuses similitudes en matière de cybersécurité et de paiement électronique : « Nous partageons le même ADN. Nous sommes deux groupes d’ingénieurs. Il y a une très grande complémentarité entre nos activités », a déclaré le président d’Atos : « cette offre permettrait de créer un leader mondial en technologie et en cybersécurité », en développant ses activités dans l’internet des objets et d’intelligence artificielle.

Gemalto avait signifié, dès l’offre faite, qu’une réponse claire serait apportée rapidement. C’est donc chose faite. Atos, pour sa part avait fait savoir, qu’en cas de refus, il n’abandonnerait pas pour autant. La guerre aux négociations est déclarée.

 

Coline Ziegler (@colineziegler)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Ingelaere Avocats se renforce

Ingelaere Avocats se renforce

Ingelaere Avocats accueille une nouvelle collaboratrice au sein de son bureau de Lille qui ouvrira en février prochain.

Facebook France va déclarer ses revenus en France, dès cette année

Facebook France va déclarer ses revenus en France, dès cette année

Facebook France déclarait, Jusqu’à présent, la majorité de ses revenus en Irlande. En juillet dernier, le secrétaire d’Etat au numérique, Mounir Mahjo...

Au volant du Velar

Au volant du Velar

Anthony Guillen, le Velar sous l’œil expert d’un financier.

La Tech 2018 en 10 points

La Tech 2018 en 10 points

Comme chaque année, GP Bullhound, le conseil à forte valeur ajoutée dans les secteurs technologiques, présente son pronostic des tendances à venir. Pe...

Gucci abandonne Puma

Gucci abandonne Puma

Dans les tuyaux depuis plusieurs mois, la cession de l’équipementier sportif est officielle. Kering passe la main à ses propres actionnaires dont Arté...

Urbanisme : le Gouvernement veut en finir avec les recours abusifs

Urbanisme : le Gouvernement veut en finir avec les recours abusifs

Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires a reçu ce jour le rapport de propositions de Madame Christine Maugüé conseillère d’État, pour...

Se développer ou périr

Se développer ou périr

Cette deuxième édition du classement des entreprises en croissance nous a réservé bien des surprises. Passage en revue.

Bouygues décroche un maxi-contrat en Australie

Bouygues décroche un maxi-contrat en Australie

Le groupement Cross Yarra Partnership, dont fait partie Bouygues Construction, a remporté le contrat de construction du métro de Melbourne, pour un mo...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message