Gaël Langevin (InMoov) : « Il n’y aura plus de frontière entre l’humain et le robot »

Grâce à Inmoov, un projet open source, Gaël Langevin permet à tout un chacun de construire son propre robot pour seulement 1 500 dollars. Voilà comment il imagine le futur de la robotique.

Grâce à Inmoov, un projet open source, Gaël Langevin permet à tout un chacun de construire son propre robot pour seulement 1 500 dollars. Voilà comment il imagine le futur de la robotique.

Décideurs. Comment imaginez-vous le robot de 2050 ?
Gaël Langevin.
Humanoïde et faisant partie intégrante de notre vie. Pour le moment, on réalise des robots monotâche. Mais c’est seulement parce que nous n’avons pas encore les technologies nécessaires pour créer un robot qui puisse nous aider, autant qu’il nous ressemble. Le développement de l’intelligence artificielle va également révolutionner nos rapports aux robots. Dans le futur, il n’y aura plus de frontière entre l’humain et le robot. C'est déjà le cas avec les prothèses. D’ailleurs, le projet collaboratif InMoov a commencé par une main. Mais ce n’est qu’un début.

Décideurs. Jusqu’où ce phénomène de fusion homme-robot peut-il aller ?
G. L.
Lorsque l’on sera capable de remplacer une puce électronique par une cellule vivante, l’homme et le robot ne feront plus qu’un. En réalité, notre existence ne sera plus liée à celle d’un corps. En « déshumanisant » l’âme humaine, on pourra très bien se retrouver dans la peau d’un robot. L’évolution a commencé par une cellule, cela serait une belle façon de boucler la boucle de réussir à faire tenir nos existences dans une seule cellule. La téléportation serait alors possible ! Mais rassurez-vous, ce n’est pas pour 2050…

Propos recueillis par V.P.

Cet article fait partie du dossier "Comment vivra-t-on en 2050".