Franck Nagy (Hitim Group) : « Un carnet de commandes de 60 millions d’euros »

Après la crise financière de 2008, la PME spécialisée dans la mécanique de haute précision subit de plein fouet le ralentissement de la croissance. Hitim Group essuie de lourdes pertes et connaît des difficultés de trésorerie lorsque les avionneurs, qui représentent 70 % de son activité, reportent leurs commandes. Le plan de sauvegarde adopté en 2012 porte rapidement ses fruits. Assainie, l’entreprise qui a retrouvé son chiffre d’affaires de 2008, a accueilli de nouveaux investisseurs.
Franck Nagy

Après la crise financière de 2008, la PME spécialisée dans la mécanique de haute précision subit de plein fouet le ralentissement de la croissance. Hitim Group essuie de lourdes pertes et connaît des difficultés de trésorerie lorsque les avionneurs, qui représentent 70 % de son activité, reportent leurs commandes. Le plan de sauvegarde adopté en 2012 porte rapidement ses fruits. Assainie, l’entreprise qui a retrouvé son chiffre d’affaires de 2008, a accueilli de nouveaux investisseurs.

Décideurs. Le groupe Hitim a connu de nombreuses difficultés à la suite de l’arrêt du programme Boeing 787 dans lequel l’entreprise s’était beaucoup investie. Comment avez-vous fait face à ces difficultés ?

Franck Nagy. Depuis l’ouverture de la procédure de sauvegarde en 2011 et l’étalement de notre dette sur dix ans, nous avons consacré tous nos efforts à la relance de notre activité et à l’apurement de notre passif existant. En 2008, le programme Boeing 787 avait pris fin abruptement, mais il a depuis redémarré. Cela a eu un impact extrêmement positif sur notre volume de production. En parallèle, des investisseurs financiers sont venus soutenir notre développement. Aujourd’hui, Hitim Group a terminé son redressement et peut s’appuyer sur un carnet de commandes prévisionnelles d’un montant de 60 millions d’euros et un chiffre d'affaires actuel de 17 millions d'euros par an. Par ailleurs, notre dette résiduelle est inférieure à 5 millions d’euros tandis que nos fonds propres sont évalués à 9 millions d’euros.

 

Quel bilan tirez-vous de l’année 2016 et comment envisagez-vous maintenant l’avenir ?

Si l’année 2016 a été marquée par une légère baisse de notre activité industrielle, notre chiffre d’affaires reste important et nous avons de nouveaux investisseurs. L’objectif principal sur les trois prochaines années sera de consolider nos résultats avec notamment une optimisation de nos flux industriels et de notre production pour retrouver une croissance forte et maintenir la confiance de nos clients.  Nos carnets de commandes nous incitent à penser que ces années seront marquées par une forte croissance et celle-ci sera réinvestie dans l’entreprise. Cette visibilité offerte nous permet de nous projeter vers l’avenir. Nous envisageons une croissance vers l’international en nous rapprochant potentiellement d’autres entreprises sur un plan industriel.

«  La faiblesse du cours du pétrole explique la rationalisation des forages existants »

 

La question s’est-elle un jour posée de diversifier votre activité pour être moins dépendant des carnets de commandes de grands groupes aéronautique, et notamment de reprendre votre activité dans le secteur pétrolier ?

Notre activité directe dans le secteur pétrolier a vu sa part se réduire considérablement depuis quelques années. Comme vous le savez, l’activité dans le secteur pétrolier est extrêmement dépendante du cours du baril. La faiblesse actuelle de celui-ci explique un ralentissement de l’investissement de nos clients et la rationalisation des forages existants.  Si le baril venait à s’apprécier un peu plus, nous aurions naturellement une reprise  dans le secteur pétrolier aux côtés de nos clients.

 

Vous qui avez traversé des difficultés, quels sont les conseils que vous pourriez nous donner pour gérer au mieux les périodes de difficultés économiques ?

Il est important de mettre en place des indicateurs performants pour pouvoir anticiper les difficultés économiques qu’une société peut traverser. Cette anticipation n’interdit pas non plus de se faire aider par des conseils extérieurs en restructuring qu’ils soient juridiques, financiers ou stratégiques lorsque les difficultés sont trop fortes. 

 

Propos recueillis par Pierre Bouchoux Vedel, Sybille Vié et Aurélien Florin 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Exclusif : Stehlin & Associés s’offre les services de Jean-François Copé

Exclusif : Stehlin & Associés s’offre les services de Jean-François Copé

L’ancien président de l’UMP redevient avocat aux côtés de Marc Pierre Stehlin. Une arrivée remarquée sur le marché des avocats d’affaires.

F. Stolar (Sagard) : « Alvest, c'est d'abord un pari d'investisseur »

F. Stolar (Sagard) : « Alvest, c'est d'abord un pari d'investisseur »

Patron de l'une des sociétés de gestion les plus confidentielles du marché français du private equity, Frédéric Stolar nous livre ses impressions sur...

Publicité digitale : le pré carré des Gafa sous pression

Publicité digitale : le pré carré des Gafa sous pression

Google, Facebook et bientôt Amazon : les géants du Net captent la majorité des investissements publicitaires digitaux en France. Pourtant, les scandal...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message