Financement des PME : ce que proposent les candidats

Alors que la France a su se doter d’un tissu de PME dynamique, elle est largement à la traine en ce qui concerne les ETI.

Alors que la France a su se doter d’un tissu de PME dynamique, elle est largement à la traine en ce qui concerne les ETI.

Les petites et moyennes entreprises (PME) et les entreprises de taille intermédiaire (ETI) représentent en France 70 % de l’activité économique hors Île-de-France et 30 % en Île–de-France. Alors que la France a su se doter d’un tissu de PME dynamique, (environ 30 000 entreprises), elle est largement à la traine en ce qui concerne les ETI. En 2011, elle en compte seulement 4 600, trois fois moins qu’en Allemagne. Comment expliquer une telle différence ? Pourquoi nos PME ne parviennent pas à croître ?

Les capitaux privés pour l’amorçage ont baissé de 30 % en 2011

Cet écart considérable entre le nombre de PME et d’ETI s’explique en grande partie par la difficulté d’accéder au financement. Le coté et le non coté peinent à prendre en compte les besoins de PME. Et, avec la crise, la situation est malheureusement loin de s’arranger. Le club « Crossing the equity gap » estime qu’en 2011 les capitaux privés disponible pour l’amorçage ont baissé d’environ 30 %. En ce qui concerne la Bourse, Alternext, lancé en 2005, n’a toujours pas tenu ses promesses.

Face à ces constats inquiétants, comment se positionne les candidats à l’élection présidentielle ? Le magazine Décideurs revient pour vous sur le programme que ces derniers comptent mettre en œuvre s’ils sont élus. Pour cela, nous avons classé leurs mesures en cinq thématiques susceptibles de favoriser le développement des PME : la fiscalité des entreprises, le fléchage de l’épargne, le small business act, les institutions publiques nationales/régionales et la Bourse. Passage en revue, par ordre alphabétique.

- François Bayrou
-
François Hollande
-
Marine Le Pen
-
Jean-Luc Mélenchon
-
Nicolas Sarkozy

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !