Face à l’antibiorésistance, Mobidiag équipe les soignants

Pour limiter l’utilisation systématique d’antibiotiques, la société franco-finlandaise Mobidiag propose des solutions de diagnostic moléculaire rapides et à moindre coût. Distribués aux laboratoires de toute taille, ces équipements permettent de détecter de multiples pathogènes en quelques heures et d’adapter la prise en charge de l’infection.
L'écran tactile de Novodiag, où les résultats de multiples tests sont facilement lisibles.

Pour limiter l’utilisation systématique d’antibiotiques, la société franco-finlandaise Mobidiag propose des solutions de diagnostic moléculaire rapides et à moindre coût. Distribués aux laboratoires de toute taille, ces équipements permettent de détecter de multiples pathogènes en quelques heures et d’adapter la prise en charge de l’infection.

Ce 18 décembre, la biotech Mobidiag, spécialisée dans le diagnostic moléculaire, a obtenu l'autorisation de lancer sur le marché français et le marquage CE-IVD pour Novodiag, sa nouvelle solution automatisée de tests destinée à la détection de maladies infectieuses. Plus rapide et moins cher que les offres actuelles, ce produit devrait permettre une meilleure identification des agents pathogènes, avec à la clé, une utilisation réduite des antibiotiques et une meilleure prise en charge des patients.

Les antibiotiques, c'est pas ?

Cette solution s’inscrit ainsi dans la lutte face à l’antibiorésistance, un sujet de préoccupation majeur pour l’Organisation mondiale de la santé. Victimes de leurs succès, les antibiotiques ont longtemps été prescrits à trop grande échelle et ont fini par perdre de leur efficacité première. Certaines bactéries devenues mutantes rendent désormais inefficaces leur action et laissent planer le risque de pandémies incurables.

Si les laboratoires pharmaceutiques sont attendus au tournant pour chercher et développer de nouveaux remèdes, les fabricants de dispositifs médicaux ont également leur rôle à jouer. Mobidiag intervient pour sa part à une étape décisive du parcours de soins, celle du diagnostic. Aujourd’hui, la détection des maladies infectieuses requiert plusieurs jours en laboratoire, suivant les méthodes actuelles de culture. Pendant ce laps de temps, des antibiotiques peuvent être administrés à des patients qui seront eux-mêmes placés au contact d’autres malades à prendre en charge. Or, si le patient analysé est porteur de bactérie antibiorésistante, alors il aura le temps de les transmettre à ces camarades de chambrée, dans un milieu où les défenses immunitaires sont plus vulnérables qu’ailleurs.

Un meilleur aiguillage des patients

« Avec des résultats fiables et rapides, notre système totalement automatisé permet d’accompagner la prise de décision rapide avant tout traitement et améliore ainsi la prise en charge du patient, en réduisant par exemple l’utilisation systématique d’antibiotiques », détaille ainsi Tuomas Tenkanen, P-DG de Mobidiag. Quelques heures sont en effet nécessaires pour passer de l’ajout d’un échantillon au rendu automatisé des résultats. Ce gain de temps précieux permet alors de mieux cibler les besoins précis du patient et de sélectionner le traitement le plus adapté. Quitte parfois à tenir la personne écartée d’autres malades pour la laisser détruire par elle-même les bactéries antibiorésistantes.

Président de Mobidiag France, Yann Marcy ajoute : « Il existe entre vingt-cinq et trente gènes antibiorésistants. Notre solution peut, avec un seul échantillon, détecter un large spectre de cibles. Nous pouvons alors éviter que les gènes en question ne rentrent dans les hôpitaux et les EHPAD. »

L’instrument coûte aujourd’hui 40 000 euros, et il faut débourser 40 euros supplémentaires pour chaque test syndromique (visant un grand nombre d’agents pathogènes cibles). Ce prix explique pourquoi de telles machines ne sont pas encore disponibles chez les médecins généralistes. Pour Yann Marcy, la lenteur du processus de remboursement demeure d’ailleurs « un frein important à la diffusion de ces outils novateurs ». 

Thomas Bastin (@ThBastin)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

K Law ouvre une antenne à Anvers

K Law ouvre une antenne à Anvers

Le 1er janvier dernier, le cabinet belge a annoncé l’ouverture d’une nouvelle antenne à Anvers.

Une nouvelle associée chez Norton Rose Fulbright

Une nouvelle associée chez Norton Rose Fulbright

Le bureau parisien de Norton Rose Fulbright accueille Marion Roquette-Pfister en tant qu’associée en charge de la pratique droit public/regulatory.

Fieldfisher Paris crée un pôle Bourse et marchés de capitaux avec l’arrivée de Samuel Pallotto

Fieldfisher Paris crée un pôle Bourse et marchés de capitaux avec l’arrivée de Samuel Pallotto

Samuel Pallotto rejoint le bureau parisien de la firme en qualité d'associé, où il crée et prend la direction du département Bourse et marchés de capi...

Private equity : bienvenue à Partech Africa et Ring Capital !

Private equity : bienvenue à Partech Africa et Ring Capital !

L'univers de la Tech peut se réjouir de la création de la filiale africaine de l'investisseur franco-américain Partech et celle de l'entité soutenue p...

BDGS Associés consolide sa pratique contentieuse

BDGS Associés consolide sa pratique contentieuse

Avec l’arrivée de Kyum Lee en qualité d’associé, le cabinet renforce son expertise du contentieux.

Dix mesures pour libérer l'éolien terrestre

Dix mesures pour libérer l'éolien terrestre

Le groupe de travail sur l’éolien terrestre a dévoilé dix propositions pour accélérer la concrétisation des projets et améliorer leur acceptabilité au...

La Fédération Envie se lance dans l’économie circulaire

La Fédération Envie se lance dans l’économie circulaire

Réseau d’entreprises de l’économie sociale et circulaire, la Fédération Envie se lance dans la rénovation de matériel médical. Mais la structure renco...

Actualités 2018 des dispositifs médicaux

Actualités 2018 des dispositifs médicaux

L’actualité des dispositifs médicaux (ci-après « DM ») est riche pour 2018, tout particulièrement en ce qui concerne la promotion des DM suite à la lo...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message