Du jamais vu !

EDITO. Choqués, agacés, révoltés, fatigués, désabusés… Jamais dans l’histoire de la Ve République, une campagne présidentielle n’aura plongé les Français dans un tel tsunami émotionnel. Jamais la droite républicaine n’aura été aussi partagée entre le cœur et la raison. La raison, parce que, les experts le reconnaissent, le programme économique de François Fillon est à la fois le plus cohérent et le plus abouti. Le cœur, parce qu’il est pour beaucoup inenvisageable de porter à la fonction suprême un homme incapable de respecter sa propre parole. Jamais, de son côté, la gauche modérée n’aura été si peu crédible, brandissant un programme approximatif dont même certains socialistes semblent, à quelques jours du scrutin, toujours douter du réalisme. Jamais l’extrême droite  ?  en tête des sondages depuis le début de l’année  ?   n’aura aussi bien cerné le besoin des Français : celui d’un discours politique simplifié, décomplexé et directement connecté à leur réalité. Jamais enfin, un ex-banquier, diplômé de l’ENA et passé par le ministère de l’Économie, n’aura autant insisté sur son positionnement « hors système », alors même que le projet qu’il porte  ?  visant à créer d’abord de la richesse pour la redistribuer ensuite  ?  aurait peut-être suffi à séduire toute une partie de l’électorat. Encore aurait-il fallu, pour cela, miser sur le fond plutôt que sur l’image. 

 

Révélations, querelles d’ego, ambitions personnelles auraient-elles eu raison des programmes ? Sans doute. Certains journaux avides d’exclusivités et de scandales ont effectivement rebattu les cartes de la campagne, mettant en lumière les « affaires » plus que les projets. Mais ni la presse ni les juges ni ses adversaires n’ont « enfoncé » le candidat de la droite. Le champion des Républicains s’est enfoncé lui-même, moins en raison des faits qui lui sont reprochés (dont seule la justice appréciera la légalité), que par son incapacité à comprendre le choc provoqué par son comportement. Ecœurés par le sentiment d’impunité de cette élite qui monopolise les plus hautes fonctions de l’État les électeurs pourraient plus que jamais cette année décider de bouder les urnes. Une fois élu, le prochain Président devra donc impérativement réconcilier les Français avec la classe politique. Condition sine qua non pour éviter un affaiblissement durable de notre démocratie.

 

Capucine Coquand

@CapucineCoquand

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Présidentielle 2017 : l'heure de vérité

Jamais dans l'histoire de la Ve République, une campagne présidentielle n'aura plongé les Français dans un tel tsunami émotionnel. Écœurés par le sentiment d'impunité de cette élite qui monopolise les plus hautes fonctions de l'État sans en assumer le devoir d'exemplarité, les électeurs pourraient, plus que jamais cette année, décider de bouder les urnes.
Sommaire Martial Foucault (Cevipof) : « Aucun candidat n’offre une vision de la France à long terme » Marine Le Pen : l'insubmersible Emmanuel Macron : la révélation François Fillon : l'obstiné Benoît Hamon : l'idéaliste Jean-Luc Mélenchon : l'indigné
Anne Deneux (Nature & Découvertes): « Chez Nature & Découvertes, le turn-over plus faible qu’ailleurs dans le retail »

Anne Deneux (Nature & Découvertes): « Chez Nature & Découvertes, le turn-over plus faible qu’ailleur...

DRH de Nature & Découvertes depuis cinq ans, Anne Deneux a auparavant exercé des fonctions marketing et commerciales lui permettant aujourd’hui de...

Jean-Philippe Cavaillé (Goodyear Dunlop) : « Un DRH doit parler le "langage de l’activité" »

Jean-Philippe Cavaillé (Goodyear Dunlop) : « Un DRH doit parler le "langage de l’activité" »

La modernité et la fluidité du dialogue social est un enjeu de taille pour Goodyear Dunlop dont l’histoire a été marquée par les conditions de la ferm...

Théâtre Edouard VII : une reprise orchestrée par 123 IM et Entrepreneur Venture

Théâtre Edouard VII : une reprise orchestrée par 123 IM et Entrepreneur Venture

Les fonds gérés par 123 IM et Entrepreneur Venture financent l’acquisition du théâtre Edouard VII par le groupe Pascal Legros. Cet investissement...

Loïc Rivière (TECH IN France) : « La représentativité du secteur numérique est assez éclatée »

Loïc Rivière (TECH IN France) : « La représentativité du secteur numérique est assez éclatée »

Délégué général de TECH IN France depuis 2006, Loïc Rivière rassemble parmi ses adhérents plus de quatre cents entreprises du secteur numérique. Grand...

Quelle place pour la France et l’Europe dans la course technologique ?

Quelle place pour la France et l’Europe dans la course technologique ?

La première édition des Rendez-vous de Bercy, qui s’est tenue le 21 novembre, a permis de dresser un constat autour de la place de la France et de l’E...

Nicolas Gomart (Matmut) « Les défis des mutuelles sont semblables à ceux des sociétés de capitaux »

Nicolas Gomart (Matmut) « Les défis des mutuelles sont semblables à ceux des sociétés de capitaux »

À l’heure où l’environnement sociétal et concurrentiel des mutuelles est profondément touché par la révolution numérique, Nicolas Gomart, directeur gé...

L'Agence européenne du médicament déménagera à Amsterdam

L'Agence européenne du médicament déménagera à Amsterdam

La course à l’Agence européenne du médicament a pris fin : parmi les dix-neuf villes en lice pour l’accueillir, la capitale des Pays-Bas l'emporte au...

CGR Cinémas et Cap’Cinéma ne feront qu’un !

CGR Cinémas et Cap’Cinéma ne feront qu’un !

CGR valorise l’exploitant de salles obscures autour de 100 M€, de quoi devenir ensemble le premier groupe du marché français en nombre d’établissement...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message