Diversité : la télé et la radio françaises à la traîne

Tandis qu’une loi du début d’année l’oblige à contrôler la représentativité la diversité de la population française à la télévision et à la radio, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a répondu en bon élève fin juillet en publiant un rapport à destination du Parlement assorti de préconisations aux acteurs du secteur.

Tandis qu’une loi du début d’année l’oblige à contrôler la représentativité la diversité de la population française à la télévision et à la radio, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a répondu en bon élève fin juillet en publiant un rapport à destination du Parlement assorti de préconisations aux acteurs du secteur.

 

Le bilan réalisé par le régulateur de l’audiovisuel en matière de représentation de la diversité de la population française à la télévision et à la radio est négatif. Par exemple, alors que les catégories socio-professionnelles favorisée (CSP+) regroupent 20 % des Français, ils sont représentés à 75 % dans les médias. Les jeunes sont quant à eux laissés pour compte puisqu’alors que 20 % de la population a moins de 20 ans, 9 % seulement des personnes indexées se situent dans cette tranche. Le déséquilibre est encore plus grand chez les plus de 65 ans (4 % de personnes indexées contre 19 % de la population) et chez les handicapés (0,8 % contre environ 20 %).

 

Le traitement de la pauvreté

Pour faire évoluer ces chiffres, le CSA préconise dix mesures au titre desquelles figurent l’incitation des chaînes de télévision à prendre des engagements chiffrés, à dresser un bilan annuel, à améliorer la formation du personnel, à s’inspirer des bonnes pratiques américaines et allemandes ou encore créer des ateliers d’écriture de scénarios de fiction ouverts aux jeunes talents. Et au centre de ces propositions très scolaires, le CSA aborde un sujet de fond :  le traitement de la pauvreté comme sujet d’information sur les antennes.

La loi n° 2017-86 du 27 janvier 2017 relative à l’égalité et à la citoyenneté confie au CSA le soin de « veiller à ce que la diversité de la société française soit représentée dans les programmes des services de communication audiovisuelle et que cette représentation soit exempte de préjugés. » Et conformément à une autre loi de 1986, le régulateur doit présenter au Parlement l’état de cette représentation, ses actions menées pour y contribuer et ses propositions pour l’améliorer dans l’avenir. Son utilisation en revanche n’est pas précisée.

 

Pascale D’Amore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Exclusif : Stehlin & Associés s’offre les services de Jean-François Copé

Exclusif : Stehlin & Associés s’offre les services de Jean-François Copé

L’ancien président de l’UMP redevient avocat aux côtés de Marc Pierre Stehlin. Une arrivée remarquée sur le marché des avocats d’affaires.

F. Stolar (Sagard) : « Alvest, c'est d'abord un pari d'investisseur »

F. Stolar (Sagard) : « Alvest, c'est d'abord un pari d'investisseur »

Patron de l'une des sociétés de gestion les plus confidentielles du marché français du private equity, Frédéric Stolar nous livre ses impressions sur...

Publicité digitale : le pré carré des Gafa sous pression

Publicité digitale : le pré carré des Gafa sous pression

Google, Facebook et bientôt Amazon : les géants du Net captent la majorité des investissements publicitaires digitaux en France. Pourtant, les scandal...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message