DAF et DRH : l'ère de la collaboration

Le DAF dit : que se passe-t-il si l'on investit dans un salarié et qu'il part ? Le DRH répond : que se passe-t-il si l'on n'investit pas et qu'il reste ?
Malgré le fossé culturel qui peut encore les séparer, DAF et DRH ont tout intérêt à collaborer.

© Shutterstock

Le DAF dit : que se passe-t-il si l'on investit dans un salarié et qu'il part ? Le DRH répond : que se passe-t-il si l'on n'investit pas et qu'il reste ?

Deux visions de l'entreprise souvent opposées, des relations distantes, voire méfiantes… Les DAF et les DRH n'ont pas l'habitude de travailler main dans la main. « Il y a une véritable différence de culture entre les finances et les ressources humaines. Les premiers voient les équipes comme un coût, les seconds comme une ressource », note Jeremy Cox, analyste en chef au sein du cabinet de conseil britannique Ovum. Quels que soient leurs différends, les finances comme les ressources humaines doivent faire face à un monde en pleine mutation et à une constante transformation de l'entreprise. Transformation qu'ils vivent chacun de leur côté. « L'organisation en silos est encore le modèle dominant », affirme Jeremy Cox.

Le DAF ou la politique de l'autruche

Ayant souvent un rôle plus stratégique que le DRH, le DAF ne semble pas beaucoup se soucier de collaborer avec sa contrepartie, alors même que sa fonction fait partie des plus touchées par la technologie et l'automatisation des tâches. « Il y a un véritable enjeu lié à la transformation des métiers, estime Florent Labey, en charge du conseil aux directions financières chez Althéa. La gestion comptable, par exemple, va être de plus en plus automatisée. » Dans une étude publiée en janvier 2017, McKinsey estime que 43 % des tâches effectuées dans les secteurs de la finance et de l'assurance sont automatisables. « Les entreprises qui réussiront le mieux cette transition seront celles qui maîtriseront le changement », poursuit le consultant. Et cela se fera avec les ressources humaines ou ne se fera pas, explique David D'Souza, membre de l'Institut agréé du développement personnel (CIPD) à Londres : « Le DRH a un rôle important à jouer dans la transformation de l'entreprise. Les technologies sont certes de plus en plus accessibles, mais les salariés sont une ressource unique. »

« Les entreprises ne pourront maintenir leur avantage compétitif qu'à travers le capital humain »

La data, clé de la collaboration

DAF et DRH manquent peut-être seulement d'un langage commun, situé à mi-chemin entre Excel et PowerPoint. La data serait-elle la clé d'une parfaite coopération entre les deux fonctions ? Elle pourrait l'être, à condition que l'entreprise soit capable de produire des données fiables. Difficile à mesurer, le capital humain fait pourtant partie des indicateurs clés de performance sur lesquels peuvent se baser les DAF comme les DRH, à travers par exemple l'engagement des salariés ou leur satisfaction à la suite d'une formation. « La technologie nous aidera à réaliser de meilleures performances, mais les entreprises ne pourront maintenir leur avantage compétitif qu'à travers le capital humain », affirme Jeremy Cox. Le DAF n'est toutefois pas le seul à traîner des pieds lorsqu'il s'agit de collaborer, selon l'expert : « Le DRH a tendance à penser que tout ce qu'il fait est top secret. Mais si une information est confidentielle au niveau individuel, partager un agrégat de données anonymisées peut être très utile au niveau de l'entreprise. » Dans une étude datant de 2014, EY s'est intéressé à l'impact d'une bonne collaboration entre finance et ressources humaines sur le résultat global de l'entreprise. Les chiffres sont édifiants : 41 % des entreprises ayant observé une plus étroite collaboration entre les deux fonctions au cours des trois années précédentes ont enregistré une croissance de leur Ebitda supérieure à 10 %. Par ailleurs, 44 % d'entre elles ont témoigné d'une amélioration significative de l'engagement des salariés, et 43 % une hausse de la productivité. Plus récemment, Oracle s'est lui aussi penché sur la question. Dans une étude publiée en juillet 2017, l'éditeur de logiciels a interrogé des entreprises ayant migré sur le cloud sur les facteurs de succès de leur transformation digitale. Résultat : 35 % des entreprises interrogées ont exprimé leur envie de créer une fonction partagée entre ressources humaines et finance dans l'année à venir. Des chiffres qui montrent bien que, malgré le fossé culturel qui peut encore les séparer, DAF et DRH ont tout intérêt à collaborer.

Camille Prigent

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Vincent Léonard (SEB) : « Une excellente coordination fait la force de notre équipe finance »

Vincent Léonard (SEB) : « Une excellente coordination fait la force de notre équipe finance »

L’une des clés de succès du groupe SEB repose sur le suivi des marges consolidées sur chaque catégorie de produit et chaque marché. De fait, l’équipe...

Mobilité : les expatriés ont le blues

Mobilité : les expatriés ont le blues

Phénomène de société ou conséquence de la globalisation du marché du travail, l’expatriation séduit de plus en plus de Français. Mais nombre d’entre e...

L’agence Sensio, devenue Sensio Grey, change d’identité et s’internationalise

L’agence Sensio, devenue Sensio Grey, change d’identité et s’internationalise

L’agence digitale Sensio a connu un été riche. Depuis le rapprochement avec le géant de la publicité WPP en juillet, les grandes manœuvres sont lancée...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message