Le coworking rebat les cartes de l'immobilier de bureaux

L'émergence des nouveaux modes de travail et l'explosion des plates-formes numériques bouleversent les codes du marché de l'immobilier de bureaux. La question de la valeur ajoutée se pose, plus que jamais, aux acteurs historiques du marché.

© WeWork

WeWork Paris

L'émergence des nouveaux modes de travail et l'explosion des plates-formes numériques bouleversent les codes du marché de l'immobilier de bureaux. La question de la valeur ajoutée se pose, plus que jamais, aux acteurs historiques du marché.

Boire un smoothie, faire une séance de sport sur un tapis de course puis enchaîner une réunion avec son community manager : la tendance du coworking – cette nouvelle génération de bureaux équipés avec durées d'engagement réduites – a profondément modifié l'environnement du travail. Mixte entre bureaux connectés, salles de réunion atypiques, lieux de vie et de restauration : ces espaces offrent bien plus de services que le traditionnel immobilier d'entreprise, transformant ainsi le bailleur en maître d'hôtel.

En 2017, on en compte 235, contre une petite dizaine en 2010. En Île-de-France, ils représentent 2 % à 3 % de l'offre mais devraient atteindre les 10 % à 20 % d'ici cinq ans, selon l'Observatoire régional de l'immobilier d'entreprise en Île-de-France (ORIE). En effet, coworking et centres d'affaires représentent aujourd'hui 12 % de la demande placée à la location pour les transactions de bureaux de plus de mille mètres carrés. « Le coworking rebat les cartes et c'est toute la conception de l'aménagement des espaces de travail qui s'en trouve changé », affirme Cécile de Guillebon, présidente de l'ORIE. Une petite révolution sur le marché de l'immobilier de bureaux. « L'évolution forte du corwoking a changé la relation entre le bailleur et le preneur. L'arrivée des plates-formes numériques comme Wework ont glissé entre les deux parties un intermédiaire qui vend au locataire du service », analyse Emmanuel Cordié, conseil en marketing, numérique et immobilier chez DRE. De nouveaux acteurs du numérique (CoJob, Kwark, Easywork, Office Riders, etc.) côtoient désormais ceux de l'industrie immobilière, bousculant les fondamentaux du métier.

Risque d'une désintermédiation 
Une question se pose alors : l'explosion des plates-formes comme Leboncoin et Airbnb fait-elle courir aux les brokers le risque de la désintermédiation ? Pour Sophie Desmazières, présidente de BureauxLocaux.com, deux marchés coexistent : « Il y a le marché des acteurs nés grâce au Web, à l'image de Airbnb, et puis il y a l'immobilier d'entreprise où opérateurs et la nature des deals ne changent pas mais où l'accès au marché n'est plus le même », observe-t-elle. Si les professionnels sont les premiers à poster leurs annonces sur Leboncoin, elle est convaincue que les plates-formes spécialisées restent les mieux placées pour délivrer des informations qualifiées et exhaustives, nécessaires à une vision globale du marché.

Ce qui est manifeste, en revanche, c'est qu'Internet a apporté une transparence inédite, sur l'offre comme sur les prix, dans un secteur souvent qualifié d'opaque. « Depuis un an, le numérique a engendré une véritable remise en question de la part des conseillers en immobilier sur la valeur ajoutée qu'ils apportent. Le métier doit évoluer vers une offre d'accompagnement et de services plus pointue et spécifique », analyse Sophie Desmazières. Le développement des sites d'annonces en ligne insuffle un regain de vitalité sur un marché désormais ouvert à des entreprises jusqu'alors inconnues. « Comme on a pu le voir dans le secteur de la restauration, des taxis ou de l'hôtellerie, l'ubérisation a permis de fluidifier le marché et d'apporter de nouvelles opportunités », constate la chef d'entreprise. Une rupture des usages qui pourrait se révéler moteur de croissance.

Charlotte Danjou

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Paris accueillera l’Autorité bancaire européenne

Paris accueillera l’Autorité bancaire européenne

Parmi les huit villes candidates pour accueillir l’EBA, Paris sort vainqueur : le régulateur déménagera dans la capitale française d’ici mars 2019. L’...

Prélèvement à la source : quelles conséquences pour les entreprises

Prélèvement à la source : quelles conséquences pour les entreprises

Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a annoncé la mise en place effective du prélèvement à la source, initialement prévu en 2018, pour le...

Eden Park, iconique et décalée

Eden Park, iconique et décalée

Il y a trente ans naissait Eden Park. Une marque bâtie autour d’un logo iconique et d’un état d’esprit de légende : celui de joueurs du Racing devenus...

Jonathan Sebbane : « Chapelle International est une révolution dans le monde de la logistique urbaine »

Jonathan Sebbane : « Chapelle International est une révolution dans le monde de la logistique urbain...

Projet emblématique, Chapelle International a pour objectif de ramener la logistique dans Paris, en l'accompagnant de lieux de vie. Jonathan Sebbane,...

Investissement : la vedette, c'est toujours le bureau

Investissement : la vedette, c'est toujours le bureau

L'investissement en immobilier d'entreprise se porte toujours bien, plus que jamais porté par le bureau. Autopsie d'une année faite de méga-deals, de...

Assurer contre vents et marées ?

Assurer contre vents et marées ?

Après la succession d’évènements naturels catastrophiques et meurtriers survenus en 2017, les réactions du secteur de l’assurance ne se font pas atten...

Frédéric Chhum et Houria Si Ali candidats au conseil de l'ordre

Frédéric Chhum et Houria Si Ali candidats au conseil de l'ordre

Les élections du conseil de l’ordre des avocats de Paris approchant, Frédéric Chhum et Houria Si Ali du MAC annoncent officiellement leur candidature.

Les nouvelles technologies sont-elles destructrices d’emplois ?

Les nouvelles technologies sont-elles destructrices d’emplois ?

La première édition des Rendez-vous de Bercy — un événement avec lequel Bruno Lemaire souhaite « révéler les réflexion qui ont cours au ministère de l...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message