Comment retrouver notre liberté face aux algorithmes

La conférence de presse de SAS, entreprise spécialisée  dans l’analyse de données digitales, a rassemblé à Paris quatre spécialistes du numérique pour parler des questions soulevées par cette « révolution algorithmique ». Au programme : mise en perspective et réglementation des méthodes d’utilisation.

La conférence de presse de SAS, entreprise spécialisée dans l’analyse de données digitales, a rassemblé à Paris quatre spécialistes du numérique pour parler des questions soulevées par cette « révolution algorithmique ». Au programme : mise en perspective et réglementation des méthodes d’utilisation.

Le traitement de données devient chaque fois plus performant.  « Nous pouvons désormais anticiper le comportement des consommateurs, renforcer les systèmes de sécurité civile et simplifier la vie quotidienne des personnes », s’enthousiasme Mouloud Dey, directeur Business Solutions chez SAS. Dominique Cardon, sociologue au laboratoire des usages d'Orange labs et professeur associé de l'université de Marne-la-Vallée juge que « ces algorithmes créent de véritables mondes dans lesquels nous vivons, parfois même sans nous en rendre compte ». Si les personnes ont l’impression d’être libres, le digital impose un certain mode de vie. Il ajoute : « On pense avoir le choix, mais notre monde est pré-structuré. Lorsqu’on fait une recherche sur Google, on peut choisir entre la première, la deuxième ou la troisième page, mais nous n’avons pas une liberté totale. » Autre méfiance du spécialiste : « Les algorithmes peuvent avoir des effets indésirables et peuvent présenter des résultats discriminants. »  En insistant sur ce fait, Dominique Cardon souligne la question du choix des méthodes de calcul : « Le big data doit arrêter de catégoriser les populations et prendre davantage en compte les comportements. »

 

« Pouvoir repasser en mode manuel »

 

Des limites qui reflètent les progrès qu’il reste à faire pour mieux maîtriser la technologie actuelle. « Aujourd’hui, les robots vivent en liberté dans le milieu des humains et révèlent leur supériorité dans de nombreux domaines », précise Alain Bensoussan, avocat à la cour d'appel de Paris, spécialisé en droit des technologies avancées. Le GPS en est le parfait exemple. D’une certaine manière, il influe sur le comportement de l’homme qui va lui obéir sans hésiter. Une solution : la pédagogie. « Elle est nécessaire pour apprendre aux gens comment apprivoiser les algorithmes », affirme Dominique Cardon. De cette façon, la population serait plus libre dans ses choix. Cet apprentissage est primordial pour « pouvoir repasser en mode manuel » et sortir du système imposé par l’automatisation des calculs.

 

« Faire des robots un sujet de droit »

 

Autre moyen de défense : la réglementation. Elle doit permettre plus de transparence sur les méthodes de calcul des algorithmes. « Il faut réguler le rapport entre l’homme et le robot. Pour cela, il est nécessaire de mettre en place un droit des robots, au même titre que le droit des hommes », insiste Alain Bensoussan, ajoutant que « faire des robots un sujet de droit, c’est pouvoir encadrer la liberté des robots ».  Si d’après Benjamin Benharrosh, cofondateur de Delair-Tech, leader français des drones industriels dans la collecte des données aériennes, « une réglementation de ces objets volants est en place en Europe et aux États-Unis, aucune loi n’existe ailleurs ». Une situation qui illustre les lacunes législatives, ne serait-ce que pour protéger les données à caractère personnel. Autre problématique : la loyauté des algorithmes. Pour l’expliquer, Dominique Cardon utilise deux exemples : celui de Google, qui se base sur les informations de son propre serveur pour établir des classements, ou d’Uber, qui pourrait cartographier sur son application plus de voitures qu’il en existe en réalité pour vanter les mérites de son service. Dans les deux cas, il y a un déficit de loyauté vis-à-vis des utilisateurs. Le problème est que légiférer risque de freiner l’engouement pour l’innovation, ce qui pourrait ralentir la croissance sur le long terme.

 

R. T.

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Conférence des territoires : ce qu’il faut retenir

Conférence des territoires : ce qu’il faut retenir

Pacte gagnant-gagnant ou marché de dupes ? Si la première conférence des territoires organisée par l’exécutif a été appréciée dans sa méthode, les élu...

Les néo-banques révolutionnent le secteur

Les néo-banques révolutionnent le secteur

Selon une étude du cabinet de conseil McKinsey, la digitalisation du secteur bancaire représente un potentiel de mille milliards d’euros de création d...

Le chiffre du jour : 16,7 %

Le chiffre du jour : 16,7 %

C’est le taux de pauvreté en Grande-Bretagne en 2015, selon les dernières données du Bureau national des statistiques britannique. Un chiffre en baiss...

Le conseiller, clé de la confiance entre les TPE et les banques

Le conseiller, clé de la confiance entre les TPE et les banques

La Médiation du crédit, Deloitte et In Extenso ont publié le 5 juillet 2017 les résultats du premier baromètre de la confiance des dirigeants de TPE à...

Cinq promotions chez Baker McKenzie

Cinq promotions chez Baker McKenzie

Le bureau de Paris de Baker McKenzie coopte deux partners, Guillaume Nataf et Édouard de Rancher, nomme Régis Torlet au rang de senior counsel, Ludovi...

François Lecointre : le nouveau chef d’État-major qui fait l’unanimité

François Lecointre : le nouveau chef d’État-major qui fait l’unanimité

François Lecointre, militaire de renom et chef du cabinet militaire du premier ministre depuis 2011, succède au général de Villiers comme chef d’État-...

Nicolas Woussen (Showroomprivé) : « La direction financière est le business partner des opérationnels »

Nicolas Woussen (Showroomprivé) : « La direction financière est le business partner des opérationnel...

Directeur général finance du groupe de ventes flash en ligne Showroomprivé, Nicolas Woussen a sous son giron les fonctions finance classiques – compta...

Jean-Baptiste Wautier (BC Partners) : « Pronovias a contribué à la définition du luxe accessible »

Jean-Baptiste Wautier (BC Partners) : « Pronovias a contribué à la définition du luxe accessible »

Avec Pronovias, le leader mondial des robes de mariée, BC Partners réalise un joli coup sur le marché européen du private equity. Jean-Baptiste Wautie...

s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message