Charlotte Plantin : Le bon tempo

Charlotte Plantin est pugnace, mais pondérée ; déterminée, mais rieuse. Et si le métier d’avocat a été une vocation précoce née de l’environnement familial, elle sait prendre ce recul qui donne de la perspective.

© Emmanuelle Bodiot

Charlotte Plantin, avocat associé, Solférino Associés

Charlotte Plantin est pugnace, mais pondérée ; déterminée, mais rieuse. Et si le métier d’avocat a été une vocation précoce née de l’environnement familial, elle sait prendre ce recul qui donne de la perspective.

Au 262 boulevard Saint-Germain, Charlotte Plantin travaille sur des airs de rock. Ses quatre associés, rencontrés chez Bredin Prat, laissent la porte ouverte et lui font profiter de la musique. Ça ne la dérange pas, au contraire, ça la motive : elle a besoin que les choses bougent. D’ailleurs, même sa gestuelle a du tempo. Née à Paris « dans une famille d’avocats », elle grandit dans le 14e arrondissement aux côtés de deux frères qui, après avoir fait du droit, deviennent banquiers. « J’ai toujours voulu être avocat. Au début, je l’ai sûrement fait par mimétisme, puis par envie. Je ne me voyais pas faire autre chose », affirme-t-elle. Passée par HEC, elle vit un an à New York dans le cadre de ses études et prête serment à 25 ans. Depuis, elle n’a pas quitté Paris et son 10e arrondissement qu’elle chérit tant. Sa deuxième certitude, c’est d’être au bon endroit : « J’aime beaucoup ma ville, je ne me vois pas vivre ailleurs. »

Une liberté maîtrisée

Elle fait ses débuts chez Bredin Prat et y reste sept ans. Là-bas, elle exerce principalement en contentieux et en pénal des affaires. Le cabinet lui laisse un souvenir impérissable : « Parfois, on se moque gentiment de moi et on me dit qu’il faut que je coupe le cordon », plaisante-t-elle. Ça ne l’a pas empêchée de prendre son envol et d’ouvrir son propre cabinet avec quatre confrères de Bredin Prat, Solferino Associés. Une liberté qui n’était pas vitale initialement, mais qui s’est révélée pleine d’avantages.

Avec trois enfants, un mari et un emploi du temps bien chargé, « ça change vraiment tout », résume-t-elle. Être associée chez elle lui permet également d’optimiser l’environnement de travail et de cultiver la bonne entente entre les cinq associés, élément cher à ses yeux : « Bien sûr, j’aimerais qu’on s’installe encore plus sur le marché. Mais avant tout, je veux faire fructifier cette bonne entente et parvenir à une croissance maîtrisée. »

Lâcher prise

Lorsqu’elle était secrétaire de la conférence des avocats du barreau de Paris, en 2008, Charlotte Plantin partageait son quotidien entre Bredin Prat et le pénal de droit commun, « très différent du pénal des affaires, que j’avais l’habitude de pratiquer ». Des dossiers lourds, des viols, des crimes. Mais l’exercice lui plaît, car l’avocat de 38 ans est pugnace, elle aime la difficulté : « Je ne lâche pas le morceau, jamais », reconnaît-elle. Voilà pourquoi le judiciaire lui plaît, voilà pourquoi elle fait du contentieux. Si elle lâche prise de temps en temps, cela peut être autour d’un verre avec des amis ou même seule, quand elle rit, ce qui arrive souvent – « j’ai besoin de me marrer, c’est même ce qui me définit » –, et un peu grâce au recul qu’elle s’impose : « Il faut prendre ses dossiers au sérieux, estime-t-elle. Soi-même, jamais. »

 

• Côté gastronomie, elle ne jure que par les pâtes, surtout all’amatriciana.

• Son plus beau souvenir de voyage est un road-trip dans l’Ouest des États-Unis, il y a cinq ans.

• Entourée de mélomanes ou de musiciens, elle a toujours de la musique dans les oreilles.

 

MP

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Avocats d'affaires : La relève

Lundi 6 novembre. 18h30. Décideurs Magazine reçoit, le temps d’une séance photo, huit des dix avocats sélectionnés par la rédaction pour son numéro consacré aux « rising stars » du barreau d’affaires. Aucun d’eux ne connaît la composition de ce palmarès inédit. Ils savent simplement qu’ils ont été sélectionnés pour leur âge (moins de 40 ans) mais aussi et surtout, pour l’excellence de leur parcours et la singularité de leur caractère.
Sommaire De l'ombre à la lumière Benjamin Desaint : Les poings serrés Léon del Forno : L'obsession de la défense Benoit Marpeau : L'homme pressé Florence Haas : La dynamique de l'optimisme Arash Attar-Rezvani : L’équilibriste Magalie Dansac Le Clerc : L’humilité et l’exigence Laetitia Avia : La force de l’engagement Stéphane de Navacelle : Le bienveillant
Le private equity fait son chemin dans l’assurance-vie

Le private equity fait son chemin dans l’assurance-vie

Risqué mais rentable, le non coté séduit les investisseurs français. Également férus d’assurance-vie, ces derniers restent toutefois frileux devant la...

Le Perp : verser plus pour payer moins d’impôt

Le Perp : verser plus pour payer moins d’impôt

Le record en matière de déficit des différents régimes de retraite obligatoires et l’incertitude du niveau des pensions de retraites sensibilisent les...

Successions et transmissions familiales : les grandes oubliées de la réforme fiscale

Successions et transmissions familiales : les grandes oubliées de la réforme fiscale

Le gouvernement ne s’est pas encore saisi des questions relatives à la transmission. Un enjeu qui est pourtant crucial pour maintenir l’attractivité d...

Les pièges de la transmission d’entreprise : histoire de réflexes inversés et de négligences fatales

Les pièges de la transmission d’entreprise : histoire de réflexes inversés et de négligences fatales

Une entreprise ne se transmet pas comme un autre actif. Sa singularité économique, juridique et fiscale rejaillit directement sur son mode de transmis...

Marie-Aimée Peyron, nouvelle bâtonnière du barreau de Paris

Marie-Aimée Peyron, nouvelle bâtonnière du barreau de Paris

Ce mardi, Frédéric Sicard a passé le bâton à son successeur Marie-Aimée Peyron, qui devient le 220è bâtonnier de Paris.

Carmat recharge la pompe avec 50 M€

Carmat recharge la pompe avec 50 M€

Le fabricant français du cœur artificiel révolutionnaire repasse par la case financement afin de mener à terme son étude pivot.

Claude Baland (Renault) : « La bonne réputation de l’entreprise, un critère de choix pour les jeunes »

Claude Baland (Renault) : « La bonne réputation de l’entreprise, un critère de choix pour les jeunes...

Fondé en 1898, le groupe Renault est l’un des fleurons de l’industrie automobile française. Après une longue carrière dans l’administration publique,...

Private Equity : et les multiples franchirent 10 fois l'EBE !

Private Equity : et les multiples franchirent 10 fois l'EBE !

Selon les données recueillies par S&P, les prix des entreprises européennes ciblées par les fonds ont atteint plus de dix fois leur excédent brut...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message