Ces cabinets qui déménagent

La pause estivale est une période privilégiée pour changer d’air. Deux cabinets d’avocats écrivent d'ailleurs « une nouvelle page de leur histoire » en déménageant : Gide et Bignon Lebray.

La pause estivale est une période privilégiée pour changer d’air. Deux cabinets d’avocats écrivent d'ailleurs « une nouvelle page de leur histoire » en déménageant : Gide et Bignon Lebray.

Les deux cabinets qui ont fait en même temps l’annonce de leur changement de locaux sont deux structures françaises présentes à l’international : Gide et Bignon Lebray. La première quitte les quais du cours Albert-Ier pour la rue Laborde dans le 8e arrondissement de Paris. Pour l’équipe, c’est un avant-goût des festivités programmées pour la célébration de ses cent ans en 2020. L’explication plus pratique est le regroupement des équipes jusqu’alors réparties entre plusieurs bâtiments.

 

« Exercer dans le huitième n’est plus une obligation »

Pour Bignon Lebray, qui quitte des locaux devenus vétustes après plus de vingt ans de location, l’objectif est de se rapprocher du nouveau palais de justice de Paris qui ouvrira ses portes peut-être lors de la rentrée judiciaire 2017, certainement quelques mois plus tard. Le cabinet, qui en profite pour faire peau neuve en renouvellant de logo et son site Internet, est fier d’être « l’un des premiers cabinets d’avocats parisiens à intégrer le nouveau quartier Clichy-Batignolles ». Une réelle désaffection du Triangle d’or ? Pas vraiment, puisque l’emplacement choisi est en plein cœur du 17e arrondissement, dans le chic quartier du parc Monceau où se situe déjà le cabinet Altana par exemple. « Exercer dans le huitième n’est plus une obligation, la localisation n’a plus l’importance qu’elle avait auparavant pour nos clients », commente Jacques Goyet, président du directoire de Bignon Lebray. Immeuble neuf HQE, possibilité d’extension rapide grâce à la disponibilité d’étages supérieurs, rajeunissement complet de la marque : l’opération est synonyme de renouveau pour le cabinet français qui entend bien faire parler de lui sur le marché après plusieurs années de discrétion consacrées à la redéfinition d’une stratégie globale. En effet, présent à l’international avec des bureaux à Shanghai et Pékin, Bignon Lebray renforce aussi cette étiquette de professionnels ouverts sur le monde à Paris et en province. L’arrivée il y a un peu plus d’un an de Neil Robertson répond par exemple à cet objectif.

Le cabinet a maintenant trouvé un écrin pour ses projets.

 

Pascale D’Amore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

F. Stolar (Sagard) : « Alvest, c'est d'abord un pari d'investisseur »

F. Stolar (Sagard) : « Alvest, c'est d'abord un pari d'investisseur »

Patron de l'une des sociétés de gestion les plus confidentielles du marché français du private equity, Frédéric Stolar nous livre ses impressions sur...

Isabelle de Silva fait autorité

Isabelle de Silva fait autorité

Très discrète durant les douze premiers mois de son mandat à la tête de l’Autorité de la concurrence, Isabelle de Silva s’appuie sur sa grande technic...

Archers vise l'international

Archers vise l'international

Attentifs à leur croissance et à la stratégie de leur positionnement, les associés d’Archers affichent une certaine sérénité face à la réussite de leu...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message