BPCE dévoile son nouveau plan stratégique

Fin novembre, François Pérol, président du groupe mutualisé BPCE, a annoncé le lancement du nouveau plan stratégique « TEC 2020 » pour la période 2018-2020. L’objectif affiché est de réaliser à échéance un produit net bancaire supérieur à vingt-cinq milliards d’euros.

© D.R.

François Pérol, président du directoire de BPCE, lors de la présentation du nouveau plan stratégique TEC2020 du groupe

Fin novembre, François Pérol, président du groupe mutualisé BPCE, a annoncé le lancement du nouveau plan stratégique « TEC 2020 » pour la période 2018-2020. L’objectif affiché est de réaliser à échéance un produit net bancaire supérieur à vingt-cinq milliards d’euros.

À l’heure où le numérique constitue l’enjeu majeur des banques, le nouveau plan stratégique TEC 2020 de BPCE trouve toute sa légitimité en prévoyant trois aspects fondamentaux : une transformation digitale pour saisir les opportunités de la révolution technologique en cours, la prise d’engagements envers ses clients, salariés et sociétaires, ainsi que la croissance sur l’ensemble de ses « métiers cœurs ».

« La transformation digitale est une nouvelle révolution industrielle »

Le groupe BPCE prend ainsi l’initiative de continuer sa transformation digitale entreprise lors de son précédent plan stratégique « Grandir autrement » (2014-2017) en permettant la souscription électronique de 83 % des offres et la création d’une organisation permettant la mise en exécution du plan d’action digital du groupe, la 89C3 Factory. Il entend également poursuivre cette transition par un renforcement de « ses investissements humains et technologiques » qui passe par le développement des interfaces communes pour l’ensemble des marques, dans la personnalisation des offres via un investissement dans l’exploitation des données, la croissance des outils d’intelligence artificielle et un renforcement continuel du cloud.

Une révolution qui, depuis début 2017, s’articule autour de la taskforce digitale et s’appuie sur cinq plates-formes multimarques développées par la 89C3 Factory. Le résultat attendu pour ce virage numérique est de porter d’ici à 2020 le Net Promoter Score (NPS) digital au niveau des pure players, de fixer à 90 % les clients actifs utilisateurs des espaces digitaux du groupe et à 10 % le nombre de souscriptions réalisées sur les canaux digitaux. Une transition numérique qui a un coût : les investissements sont évalués à six cents millions d’euros par an.

La BPCE s’engage également à apporter à l’ensemble de ses clients plus d’expertises et de solutions en érigeant ses salariés en acteurs de la transformation, ce qui passera notamment par une augmentation des heures de formations et offrira à ces derniers une meilleure employabilité.

Pour arriver à concrétiser ses objectifs, le groupe compte sur les économies réalisées par les synergies de revenus des sociétés Natixis et des réseaux de Banque populaire et Caisse d’épargne évaluées à 750 millions d’euros, mais également sur le plan de réduction de coûts évalué à un milliard d’euros.

 

A.L.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Le private equity fait son chemin dans l’assurance-vie

Le private equity fait son chemin dans l’assurance-vie

Risqué mais rentable, le non coté séduit les investisseurs français. Également férus d’assurance-vie, ces derniers restent toutefois frileux devant la...

Le Perp : verser plus pour payer moins d’impôt

Le Perp : verser plus pour payer moins d’impôt

Le record en matière de déficit des différents régimes de retraite obligatoires et l’incertitude du niveau des pensions de retraites sensibilisent les...

Successions et transmissions familiales : les grandes oubliées de la réforme fiscale

Successions et transmissions familiales : les grandes oubliées de la réforme fiscale

Le gouvernement ne s’est pas encore saisi des questions relatives à la transmission. Un enjeu qui est pourtant crucial pour maintenir l’attractivité d...

Les pièges de la transmission d’entreprise : histoire de réflexes inversés et de négligences fatales

Les pièges de la transmission d’entreprise : histoire de réflexes inversés et de négligences fatales

Une entreprise ne se transmet pas comme un autre actif. Sa singularité économique, juridique et fiscale rejaillit directement sur son mode de transmis...

Marie-Aimée Peyron, nouvelle bâtonnière du barreau de Paris

Marie-Aimée Peyron, nouvelle bâtonnière du barreau de Paris

Ce mardi, Frédéric Sicard a passé le bâton à son successeur Marie-Aimée Peyron, qui devient le 220è bâtonnier de Paris.

Carmat recharge la pompe avec 50 M€

Carmat recharge la pompe avec 50 M€

Le fabricant français du cœur artificiel révolutionnaire repasse par la case financement afin de mener à terme son étude pivot.

Claude Baland (Renault) : « La bonne réputation de l’entreprise, un critère de choix pour les jeunes »

Claude Baland (Renault) : « La bonne réputation de l’entreprise, un critère de choix pour les jeunes...

Fondé en 1898, le groupe Renault est l’un des fleurons de l’industrie automobile française. Après une longue carrière dans l’administration publique,...

Private Equity : et les multiples franchirent 10 fois l'EBE !

Private Equity : et les multiples franchirent 10 fois l'EBE !

Selon les données recueillies par S&P, les prix des entreprises européennes ciblées par les fonds ont atteint plus de dix fois leur excédent brut...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message