Bertile Burel (Wonderbox) : « Pour accompagner la croissance, nous avions besoin d’un profil plus senior »

En 2004, Bertille Burel et son mari James Blouzard fondent Wonderbox. Depuis, leur société est devenue leader du marché français et incontournable à l’international avec une présence en Espagne, Italie, Belgique et Suisse. Pour poursuivre son développement, le couple parie sur le site Wonder Weekend, une plateforme simplifiant les escapades.

En 2004, Bertille Burel et son mari James Blouzard fondent Wonderbox. Depuis, leur société est devenue leader du marché français et incontournable à l’international avec une présence en Espagne, Italie, Belgique et Suisse. Pour poursuivre son développement, le couple parie sur le site Wonder Weekend, une plateforme simplifiant les escapades.

Décideurs. Comment vous est venue l’idée de créer votre société?

Bertille Burel. En 2004, nous revenions d’un tour du monde de six mois et n’avions pas de travail. Mon mari avait envie de créer sa société. Nous avons alors commencé à travailler sur des business plans. C’était durant la période de Noël et nous n’avions pas envie d’offrir des cadeaux maté- riels. Notre expérience nous avait montré que cela n’avait pas vraiment de sens. Nous voulions offrir à nos proches des expériences à vivre, comme celles que nous gardions en mémoire depuis notre tour du monde.

 

Décideurs. Travailler avec son mari ne doit pas être facile tous les jours.

B.B. Notre relation privée n’a jamais été une gêne, bien au contraire. Quand un couple est solide, cela marche. Si nous n’avions pas vécu ensemble cette aventure, nous ne serions peut-être plus ensemble. Monter sa société est très chronophage : en choisissant de se lancer à deux, nous avons beaucoup partagé. Quand nous connaissions des tensions au travail, chacun comprenait ce qui se passait. Cela nous a aidés à surmonter cette période.

 

Décideurs. Comment vous répartissez-vous les tâches au sein de votre entreprise?

B. B. J’entends beaucoup d’entrepreneurs dire qu’ils se lancent avec des personnes complémentaires. Ce n’était pas du tout notre cas. Au départ, nous étions complètement interchangeables. Tous les six mois, on se répartissait les tâches. Aujourd’hui, James s’occupe du développement commercial de l’entreprise et moi du marketing.

 

Décideurs. Avez-vous intégré une personne extérieure à la gouvernance de l’entreprise?

B.B. Oui, cela s’est fait assez naturellement. Pour accompagner la croissance de notre société, nous avions besoin d’un profil plus senior. Notre directeur général est dans notre société depuis neuf ans. Il a commencé comme directeur financier et est aujourd’hui actionnaire.

 

Décideurs. Avez-vous trouvé facilement des investisseurs?

B.B. Non, notre relation personnelle constituait clairement un frein. Lors d’une présentation, un investisseur nous a dit que le fait que nous soyons mariés ne lui plaisait pas. Il a même avancé le chiffre de 50% de divorces. Il nous a alors demandé que l’un d’entre nous soit le chef et l’autre second. Nous avons refusé. En 2009, nous avons fini par réaliser une levée de fonds auprès de Serendipity. Cinq ans plus tard, quand le fonds a souhaité sortir, nous lui avons racheté ses parts. En étant très économes, nous avons réussi à financer quasiment toute notre croissance sur nos fonds propres.

 

Décideurs. Imaginez-vous vos enfants reprendre le flambeau?

B.B. Ils sont encore très jeunes: le plus vieux n’a que 8 ans. C’est une question que l’on ne se pose pas encore. Néanmoins, comme nous parlons souvent travail lors de nos dîners, on peut presque considérer qu’ils sont déjà en stage. Ils sont très précoces (rires).

 

Propos recueillis par V. P.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Family Business

Agiles et ambitieuses, les entreprises familiales incarnent le meilleur de l’entrepreneuriat. En matière de rentabilité, elles offrent des ratios de performance de 1 % à 2 %. Comment expliquer une telle réussite ?
Sommaire Exporter son activité Franck Julien (Atalian) : « Des relais de croissance quand le marché français sature » Unir pour mieux régner Séduire la nouvelle génération Thomas Derichebourg (Derichebourg Environnement) : « Nous avons vécu la transformation d’une société familiale en multinationale Renaud Dutreil (ancien ministre) : « Une fois de plus une fiscalité trop lourde nuisait à nos intérêts » Fanny Dombre-Coste (députée) : « 185 000 entreprises devraient chaque année faire l’objet d’une cession » Sortir gagnant de la cession de son entreprise Jean-Louis Louvel (Groupe PGS) : « Il est primordial de préparer les employés »
K Law ouvre une antenne à Anvers

K Law ouvre une antenne à Anvers

Le 1er janvier dernier, le cabinet belge a annoncé l’ouverture d’une nouvelle antenne à Anvers.

Une nouvelle associée chez Norton Rose Fulbright

Une nouvelle associée chez Norton Rose Fulbright

Le bureau parisien de Norton Rose Fulbright accueille Marion Roquette-Pfister en tant qu’associée en charge de la pratique droit public/regulatory.

Cabinet Roux: un nouvel actionnaire pour de nouvelles ambitions

Cabinet Roux: un nouvel actionnaire pour de nouvelles ambitions

Le cabinet Roux, figurant parmi les leaders français de l’expertise en assurance-dommage et de l’audit de valeurs, s’offre une nouvelle jeunesse avec...

Bruno Retailleau (LR) : « L'abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes marque un tournant dans le quinquennat »

Bruno Retailleau (LR) : « L'abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes marque un tournant dans le qu...

Fervent défenseur du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat et conseiller régional...

Fieldfisher Paris crée un pôle Bourse et marchés de capitaux avec l’arrivée de Samuel Pallotto

Fieldfisher Paris crée un pôle Bourse et marchés de capitaux avec l’arrivée de Samuel Pallotto

Samuel Pallotto rejoint le bureau parisien de la firme en qualité d'associé, où il crée et prend la direction du département Bourse et marchés de capi...

Private equity : bienvenue à Partech Africa et Ring Capital !

Private equity : bienvenue à Partech Africa et Ring Capital !

L'univers de la Tech peut se réjouir de la création de la filiale africaine de l'investisseur franco-américain Partech et celle de l'entité soutenue p...

BDGS Associés consolide sa pratique contentieuse

BDGS Associés consolide sa pratique contentieuse

Avec l’arrivée de Kyum Lee en qualité d’associé, le cabinet renforce son expertise du contentieux.

Dix mesures pour libérer l'éolien terrestre

Dix mesures pour libérer l'éolien terrestre

Le groupe de travail sur l’éolien terrestre a dévoilé dix propositions pour accélérer la concrétisation des projets et améliorer leur acceptabilité au...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message