Astrid Panosyan (LREM) : « Les militants choisiront la nouvelle direction du parti cet automne »

Engagée auprès d’Emmanuel Macron depuis 2014, Astrid Panosyan, directrice générale d’Unibail-Rodamco et membre fondatrice de la République en marche, orchestre notamment l’élection de la direction définitive du parti qui aura lieu au courant de l’automne.

Engagée auprès d’Emmanuel Macron depuis 2014, Astrid Panosyan, directrice générale d’Unibail-Rodamco et membre fondatrice de la République en marche, orchestre notamment l’élection de la direction définitive du parti qui aura lieu au courant de l’automne.

Décideurs. Quel est votre rôle au sein de la République en marche, en tant que membre de la direction transitoire du parti ? 

Astrid Panosyan. Nous avons souhaité, avec les autres membres du conseil d’administration et de concert avec Catherine Barbaroux, établir une direction de transition pour quelques mois. Celle-ci a vocation à préparer les échanges politiques de la rentrée et mettre notre parti en ordre de marche sur les sujets de la rentrée. La direction transitoire prépare également le règlement intérieur du parti et organise les élections du milieu de l’automne lors desquelles les militants seront amenés à choisir la nouvelle direction. Nous sommes actuellement en train de réfléchir au mode de scrutin, sachant que les statuts, votés cet été, ouvrent la possibilité d'élire un à trois délégués généraux. 

Comment convaincre les militants de voter ? 

Difficile de les mobiliser pour des questions de statuts. Les marcheurs ont néanmoins envie d'agir. La preuve : plus de 2 000 événements ont été organisés par nos comités locaux tout au long de l’été. Les militants ont été consultés pour l’élaboration des statuts et ils le seront aussi concernant le règlement intérieur. Pour la première fois en France, un parti aura par ailleurs dans ses instances, des militants de terrain et pas uniquement des élus où des personnalités engagées pour acquérir un statut. 

« Les statuts votés cet été, ouvrent la possibilité d’élire un à trois délégué général. »

Vous semblez optimiste…

Je ne serais pas optimiste si nous remarquions une baisse du nombre d’adhérents. Ce n’est pas le cas. J’aimerais connaître les chiffres de mobilisation du côté des autres partis. Au sein de LREM, nous avons des échanges constructifs sur le terrain. Nos militants sont prêts à avancer, à multiplier les efforts en matière de pédagogie, à proposer des initiatives. 

Le parti ne souffre-t-il pas d’un manque de leadership depuis l’élection d’Emmanuel Macron ? 

En marche ! est effectivement né autour de son projet présidentiel. Nous avons entre temps gagné cette élection puis les législatives, avec un mouvement de renouvellement profond. La dynamique dépasse aujourd’hui la personne d’Emmanuel Macron. LREM, ce sont des marcheurs, dont les idées sont prises en compte, et pas seulement un chef. 

Êtes-vous toujours en lien avec le Président ? 

Tout à fait. Il est très intéressé par nos actions et je suis personnellement toujours à l’écoute de son avis et de ses conseils. 

Stéphane Roques a été nommé directeur général de LREM, il prendra ses fonctions dans quelques semaines. Quelles sont ses attributions ? 

Il s’occupera de faire tourner la boutique En marche !, qui est aujourd’hui une véritable start-up. Il aura la charge de promouvoir les initiatives, de gérer les ressources humaines. Il sera dans l’opérationnel et nous sommes fiers qu’un individu issu de la société civile (il est notamment ancien directeur de Médecins sans frontières, et de l'AMF-Téléthon) occupe ce poste clé. Il orchestrera par ailleurs les grands chantiers du parti comme la plate-forme de mobilisation citoyenne. 

« Notre mouvement est le capteur du réel. »

Pouvez-vous nous en dire davantage sur cette plate-forme ? 

C’est l’une des pierres angulaires du projet de LREM. Nous croyons que les citoyens sont capables de se mettre en mouvement. Forts de ce constat, nous ouvrirons dans les mois qui viennent, une plateforme de mise en relation entre nos adhérents. L'objectif : leur permettre de développer des projets citoyens au niveau local. Nous aurons également une cellule d’accompagnement au QG, qui sera ouvert à n’importe quel citoyen. Nous avons également l’intention de poursuivre les consultations citoyennes sur le terrain, pour continuer à faire remonter les points de blocages. Les contre-propositions intelligentes des citoyens recueillies lors de ces consultations seront prises en compte. Notre mouvement est le capteur du réel. 

Quelle est la prochaine étape pour vous ? 

Le deal de départ me concernant était très clair : mon implication dans la direction nationale est transitoire. Je n’ai pas vocation à être déléguée général du mouvement. Je continuerai en revanche à représenter la société civile, en parallèle de mes engagements associatifs, notamment en matière d’égalité des chances. 

Espérez-vous un poste de ministre ? 

Pour l'instant, je me préoccupe de la mobilisation de la rentrée. Je travaille pour faire en sorte que la nouvelle équipe élue le soit de la manière la plus claire possible. Je souhaite être utile et efficace, le reste, je n'y pense pas. 

 

Propos recueillis par @CapucineCoquand

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Hugo Mangin (Blablacar) : « La finance devient plus stratégique »

Hugo Mangin (Blablacar) : « La finance devient plus stratégique »

Pour faire face à une croissance exponentielle, la licorne française Blablacar, qui a levé pas moins de 300 millions de dollars, a radicalement boulev...

Politique de la ville : un discours en faveur des quartiers populaires

Politique de la ville : un discours en faveur des quartiers populaires

Mardi 14 novembre, le président Emmanuel Macron a dévoilé à Tourcoing son « plan de mobilisation nationale » en faveur des quartiers et les grands axe...

Nucléaire : Nicolas Hulot maintient la pression sur EDF

Nucléaire : Nicolas Hulot maintient la pression sur EDF

Dans une tribune publiée dans le Financial Times, le ministre de la Transition écologique émet des doutes sur la capacité d'EDF à réduire la part de n...

COP23 : onze jours pour sauver la planète

COP23 : onze jours pour sauver la planète

La 23ème conférence annuelle de l'ONU sur les changements climatiques (COP23) s'est tenue à Bonn, du 6 au 17 au novembre dernier, tandis que les appel...

David Syed quitte Orrick pour Dentons

David Syed quitte Orrick pour Dentons

L'avocat globe-trotteur et visionnaire devrait prendre en charge le dossier de la restructuration de la dette vénézuélienne pour le compte du géant du...

Les Français vont proposer leurs projets pour la planète

Les Français vont proposer leurs projets pour la planète

En déplacement à Bonn pour la COP23, Nicolas Hulot a annoncé le lancement de « Mon projet pour la planète ». Les citoyens sont invités à proposer des...

Trescal : (encore) un fonds de pension à l'offensive

Trescal : (encore) un fonds de pension à l'offensive

Il va falloir s'y habituer, les fonds de pensions étrangers sont de plus en plus gourmands sur le marché du capital-investissement français. Aujourd'h...

Coopération entre Bird & Bird et Allbright Law Offices

Coopération entre Bird & Bird et Allbright Law Offices

Bird & Bird renforce ses liens avec l’Asie en concluant un partenariat avec Allbright Law Offices qui installera son nouveau bureau à Londres.

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message