Arabie Saoudite : de grandes ambitions pour le fonds souverain

La visite, ce mardi 10 avril à l’Élysée, de Mohammed Ben Salmane le prince héritier d’Arabie Saoudite, a été l’occasion pour le dirigeant du fonds saoudien de faire part de ses ambitions. À l’heure où la France affiche de bonnes relations avec le Royaume, l’avenir du Public Investment Fund (PIF) se dessine.

La visite, ce mardi 10 avril à l’Élysée, de Mohammed Ben Salmane le prince héritier d’Arabie Saoudite, a été l’occasion pour le dirigeant du fonds saoudien de faire part de ses ambitions. À l’heure où la France affiche de bonnes relations avec le Royaume, l’avenir du Public Investment Fund (PIF) se dessine.

Créé en 1971, le PIF qui comptait une quarantaine de collaborateurs a dorénavant une équipe de 240 personnes pour gérer ses 300 milliards de dollars d’actifs. Les États-Unis sont la première cible de ses financements puisque le fonds est rattaché à une société de lobbying sur place : Yasir Al-Rumayyan, le dirigeant du Public Investment Fund estime que le marché nord-américain est porteur. Alors que la part des investissements à l’international est de 10 %, celle-ci devrait atteindre 50 % d’ici à 2030. Pour atteindre cet objectif, le dirigeant multiplie les engagements. Déjà au capital d’Arc International, le numéro un mondial des arts de la table, le PIF a également créé une filiale pour investir dans l'industrie du divertissement. Il vient de signer un partenariat avec le fonds « tech » du japonais Soft Bank, pour un montant de 45 milliards de dollars sur un projet en rapport avec l’énergie solaire. Il s’apprête par ailleurs à entrer au capital de la branche immobilière du groupe hôtelier AccorInvest à hauteur de 15 %

Vision 2.030

Les ambitions du PIF évoluent aux côtés du plan de développement saoudien appelé « vision 2.030 ». L’objectif est ainsi d’être gestionnaire de 2 000 milliards de dollars d’actifs d’ici à dix ans et d’atteindre un rendement de 8 à 9 % par an. Cela représente un réel challenge puisque plus le fonds est grand, plus la performance est difficile à réaliser. S’il atteint ses objectifs, le PIF détrônera le fonds norvégien qui enregistre un rendement de 6,1 %.  Les effectifs devraient doubler et des bureaux seront ouverts aux États-Unis, en Grande Bretagne ainsi qu’au Japon. L’intention de Yasir Al-Rumayyan est double : d’une part de diversifier l’économie saoudienne et d’autre part, de faire du PIF le « le fonds souverain le plus grand et riche du monde ».

Pour arriver à ses fins, il compte sur les recettes des investissements réalisés a posteriori mais aussi sur les bénéfices que rapporteront la cotation en bourse de 5 % du grand pétrolier Aramco prévue en 2018 et qualifié « d’opération du siècle ». Yasir Al-Rumayyan a également pour projet de construire une « cité futuriste » sur les bords de la Mer rouge. L’homme d’affaires veut faire des terres du gouvernement des projets rentables. Malgré le fait qu’une grande partie des investissements du PIF soient pour l’heure dirigée vers la vieille économie, le fonds affirme de plus en plus son intérêt pour les secteurs d’avenir : la technologie, la communication, les transports et infrastructure et d’autres secteurs de pointe ou émergents.

Morgane Al Mardini 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Francis Charhon (Scala Patrimoine) : « Nous sommes entrés dans l’ère d’une philanthropie moderne »

Francis Charhon (Scala Patrimoine) : « Nous sommes entrés dans l’ère d’une philanthropie moderne »

Ancien président de Médecins sans frontières, directeur général de la Fondation de France pendant près de 25 ans et créateur du Centre français des fo...

European Camping Group valorisé 730 M€ par Ontario Teachers

European Camping Group valorisé 730 M€ par Ontario Teachers

Le fonds de pension canadien se fait une place au capital de l’hôtelier en plein air. Carlyle et Montefiore demeurent majoritaires.

Paul Hasting s’installe en Californie

Paul Hasting s’installe en Californie

La firme internationale ouvre un bureau à Los Angeles grâce au recrutement d’une équipe de cinq associés en provenance de Loeb & Loeb.

DS Avocats signe une nouvelle alliance sud-américaine

DS Avocats signe une nouvelle alliance sud-américaine

Le cabinet français parfait son réseau international DS en y intégrant un nouveau membre : le cabinet colombien Macías Gómez & Asociados.

Record des transferts d’argent vers les pays pauvres en 2017

Record des transferts d’argent vers les pays pauvres en 2017

Le montant des fonds que les pays à revenus faibles ou moyens ont reçus l’an passé a atteint un niveau record avec 466 milliards de dollars contre 429...

Économie circulaire : le gouvernement présente sa stratégie

Économie circulaire : le gouvernement présente sa stratégie

Edouard Philippe a dévoilé la feuille de route du gouvernement visant à développer l’économie circulaire. Cette démarche s’inscrit dans la politique d...

Oncologie : Servier débourse 2,4 MD$ pour la filiale de Shire

Oncologie : Servier débourse 2,4 MD$ pour la filiale de Shire

S’il complète son portefeuille de médicaments contre les maladies rares, le pharma tricolore paie cher l’addition : près de dix fois les revenus de la...

ADP s’offre l’aéroport d’Amman

ADP s’offre l’aéroport d’Amman

ADP grimpe à 51 % du capital du concessionnaire de l’aéroport de la capitale jordanienne, la principale porte d’entrée vers les sites de Petra et de l...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message