Altice impose sa marque à SFR

Créé en 1987, l’opérateur SFR (Société française de radiotéléphonie) va changer de nom pour devenir Altice, reprenant la marque de la holding mère de Patrick Drahi. Ce changement de dénomination à l’échelle mondiale concerne les autres entités télécoms du groupe mais épargne les activités médias et publicités.
Patrick Drahi, le président fondateur d'Altice

Créé en 1987, l’opérateur SFR (Société française de radiotéléphonie) va changer de nom pour devenir Altice, reprenant la marque de la holding mère de Patrick Drahi. Ce changement de dénomination à l’échelle mondiale concerne les autres entités télécoms du groupe mais épargne les activités médias et publicités.

La règle des criminels en cavale vaut aussi pour les entreprises à la recherche d’un second souffle : rien de tel qu’un changement de nom pour faire oublier ses déboires passés. La marque de l’opérateur SFR, qui célèbre son trentième anniversaire en 2017, n’a pas résisté aux difficultés récentes du groupe et sera remplacée par le nom de sa société mère, Altice. Cette holding luxembourgeoise, propriété du magnat des télécoms et des médias Patrick Drahi, veut ainsi tirer un trait symbolique sur les retards accumulés dans l’extension des réseaux 4G, l’annonce de la suppression de 5 000 postes d’ici à 2019 ou encore la perte de centaines de milliers d’abonnés depuis l’arrivée de Free sur le marché de la téléphonie mobile. Ironie ou pas du calendrier, le slogan de l’opérateur au carré rouge était devenu en 2017 « Pour vous, SFR change ». Un léger euphémisme au vu de la réalité.

 

L’émergence d’un groupe mondial intégré

 

S’il faut des années pour construire une marque forte, une conférence de presse de quelques dizaines de minutes suffit pour y mettre un terme. Devant des salariés et journalistes réunis à New York ce mardi 23 mai, Patrick Drahi s’est exprimé afin d’expliquer ce renouveau marketing. Le lieu de cette annonce n’est pas anodin puisque les États-Unis constituent le marché prioritaire dans les années à venir pour le développement du groupe. SFR donc, mais aussi PT Portugal, Hot en Israël, Suddenlink et Optimum aux États-Unis vont disparaître dans leur forme actuelle pour laisser place à la marque Altice. La création d’une aura mondiale derrière une appellation unique devrait, selon l’état-major de la société, participer au renforcement de l’image d’Altice auprès des investisseurs américains avant l’introduction en Bourse prévue cette année. Ce changement global devrait s’opérer en douceur puisque chaque marque sera accompagnée de la mention Altice pendant plusieurs mois avant de disparaître définitivement à la fin du deuxième trimestre 2018.

 

La holding, jusque-là connu des milieux d’affaires et de la presse spécialisée, souhaite désormais imposer sa marque au grand public. Ce sont plus de cinquante millions de clients, des deux côtés de l’océan Atlantique, qui seront à terme affectés par ce bouleversement, dont les rouages ont été confiés à Publicis et son agence de design Turner Duckworth. Au-delà du changement de nom à l’échelle mondiale des activités télécoms, une nouvelle signature (« Together has no limits ») et un nouveau logo ont été présentés. Ce dernier, surnommé « le chemin », affiche un « a » minuscule symbolisant les réseaux et la convergence du groupe.

 

De lourds investissements à venir en matière d’image

 

Directrice de l’agence Brandimage, Delphine Dauge a déclaré aux Échos que « pour Altice, toute une notoriété est à rebâtir ».  Après des années de croissance externe, la société de Patrick Drahi doit consentir à d’importants investissements médiatiques afin d’asseoir sa nouvelle identité. Lorsque France Télécom est devenu Orange, ou plus récemment quand GDF Suez s’est mué en Engie, ce sont des campagnes publicitaires colossales qui ont accompagné ces bouleversements. À terme, Altice espère réaliser « des économies d’échelle dans le marketing, la publicité, l’achat d’espace ».

 

Il est à noter que ce changement de nom ne concerne en revanche pas les offres ciblées du groupe, à l’instar de Red dans la téléphonie mobile low cost. Les activités médias ne sont pas non plus affectées. BFM-TV, RMC ou encore Libération et L’Express conserveront tous leurs noms d’origine. Il en va de même pour Teads et les offres d’Altice dans le secteur de la publicité.

 

Thomas Bastin
@ThomasBastin

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

F. Stolar (Sagard) : « Alvest, c'est d'abord un pari d'investisseur »

F. Stolar (Sagard) : « Alvest, c'est d'abord un pari d'investisseur »

Patron de l'une des sociétés de gestion les plus confidentielles du marché français du private equity, Frédéric Stolar nous livre ses impressions sur...

Isabelle de Silva fait autorité

Isabelle de Silva fait autorité

Très discrète durant les douze premiers mois de son mandat à la tête de l’Autorité de la concurrence, Isabelle de Silva s’appuie sur sa grande technic...

Archers vise l'international

Archers vise l'international

Attentifs à leur croissance et à la stratégie de leur positionnement, les associés d’Archers affichent une certaine sérénité face à la réussite de leu...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message