Construction : après le retournement, 2017 a été l'année de la confirmation

Amorcée en 2016, la reprise dans le bâtiment s'accélère en 2017. Avec la construction de logements neufs, l’activité progresse de 4,7 % en volume, et l'emploi s'est redynamisé. Le non-résidentiel neuf repart enfin à la hausse.

Amorcée en 2016, la reprise dans le bâtiment s'accélère en 2017. Avec la construction de logements neufs, l’activité progresse de 4,7 % en volume, et l'emploi s'est redynamisé. Le non-résidentiel neuf repart enfin à la hausse.

Après huit années de crise et un retournement très attendu en 2016, la filière du bâtiment peut enfin recommencer à envisager l'avenir avec sérénité : 2017 s'affirme comme une excellente année, avec, selon les chiffres de la Fédération française du bâtiment (FFB), une progression de l'activité globale de 4,7 % inédits depuis 2006. Cette hausse est d'autant plus remarquable qu'elle profite à une large partie du territoire français.

Comme les années précédentes, le principal moteur de cette croissance est toujours le logement, qui affiche une progression de 12,8 % sur l'année avec près de 410 000 unités mises en chantier, soit un niveau supérieur de 15 % à la moyenne 1980-2016. Cependant, les deux vraies bonnes nouvelles proviennent de deux autres indicateurs qui repassent enfin dans le vert : le non-résidentiel neuf affiche un score de + 3,7 %, et l'amélioration-entretien renoue enfin avec la croissance en progressant de 1,4 % sur l'année. Ces bons chiffres ont une répercussion directe sur l'emploi, par une création nette de 20 000 postes sur l'année (en détail, 9 000 salariés et 11 000 intérimaires), soit une croissance de 1,7 %, au point que les entreprises rencontrent à nouveau des difficultés de recrutement. Cette progression doit cependant être considérée au regard des 170 000 emplois perdus entre 2008 et 2016.

 

Une reprise toujours fragile

La FFB met toutefois en garde contre la fragilité de cette reprise. Premier élément, cette croissance a peu d'effet sur les prix : alors que les prix de vente de l'immobilier progressent depuis deux ans (4 % dans l'ancien et 3 % dans le neuf), le prix de vente des bâtiments ne progresse, quant à lui, que de 2 %, à un rythme à peu près aligné sur celui de l'inflation. L'appareil de production ne bénéficie donc pas entièrement de cette reprise, les marges restant faibles, elles empêchent les entreprises de reconstituer leurs fonds propres, malgré ces signes positifs fin 2017. La FFB qualifie même ce délai de « très long au regard des précédentes sorties de crise  .

De plus, la fédération souligne des menaces liées à la loi de finances pour 2018. Si le gouvernement a fait machine arrière sur le Pinel et le PTZ, moteurs de la reprise dans le logement neuf depuis maintenant plusieurs années, la transformation de l'ISF en impôt sur la fortune immobilière (IFI) continue cependant d'inquiéter.

 

Un contexte qui incite à l'optimisme

Pour 2018, la FFB anticipe un frein de la croissance sur le logement, avec une baisse des mises en chantier de 2,6 %, et ce, malgré une augmentation 13,3 % pour les logements autorisés en 2017. Tous secteurs confondus, le nombre de logements commencés devrait ainsi redescendre « un peu sous les 400 000 unités ». La production de logements neufs devrait ainsi continuer à progresser, mais « à un rythme trois fois moindre qu'en 2017, à 3,4 % », précise la FFB. Quant au non-résidentiel neuf, la croissance devrait s'amplifier avec une production en progression de 8,9 %. L'amélioration-entretien, en revanche, resterait stable (+ 0,4 % anticipé).

À plus long terme, la FFB note que cette reprise s'inscrit dans « les cycles habituels de la construction, avec leur phase de croissance de quatre à cinq ans », mais elle appelle à rester vigilant sur trois sujets : la révision des zonages HLM et Pinel, attendue courant 2018, les évolutions structurelles du secteur à travers la future loi « Évolution du logement et aménagement numérique » (Elan), et le Plan de rénovation énergétique.

 

Boris Beltran

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Oncologie : Servier débourse 2,4 MD$ pour la filiale de Shire

Oncologie : Servier débourse 2,4 MD$ pour la filiale de Shire

S’il complète son portefeuille de médicaments contre les maladies rares, le pharma tricolore paie cher l’addition : près de dix fois les revenus de la...

ADP s’offre l’aéroport d’Amman

ADP s’offre l’aéroport d’Amman

ADP grimpe à 51 % du capital du concessionnaire de l’aéroport de la capitale jordanienne, la principale porte d’entrée vers les sites de Petra et de l...

Logistique : CMA CGM prend 25 % dans CEVA

Logistique : CMA CGM prend 25 % dans CEVA

À l’occasion de l’entrée en Bourse du néerlandais CEVA Logistics, le marseillais CMA CGM s’invite à hauteur de 25 % du capital pour rajouter la brique...

Subvention des EnR : la Cour des comptes mitigée

Subvention des EnR : la Cour des comptes mitigée

La Cour des Comptes a rendu son rapport sur le soutien aux énergies renouvelables de la part du gouvernement. Si elle encense les investissements fait...

« Il faut réconcilier les investisseurs avec le monde de l’entreprise »

« Il faut réconcilier les investisseurs avec le monde de l’entreprise »

Jean-Baptiste Danet, président de CroissancePlus, dresse le bilan de l’année et revient sur les grandes réformes du gouvernement, détaillant les enjeu...

Zoé Brejon​​​​​​​ (Investance Partners) : « Plus qu’une monnaie, le bitcoin est pour le moment un actif financier »

Zoé Brejon​​​​​​​ (Investance Partners) : « Plus qu’une monnaie, le bitcoin est pour le moment un ac...

En 2017, le bitcoin voyait sa valorisation exploser de 1 500 % pour atteindre près de 20 000 dollars mi-décembre. Après une forte baisse, son cours se...

François Patriat (LREM) « Les syndicats ont perdu la bataille de l’opinion publique »

François Patriat (LREM) « Les syndicats ont perdu la bataille de l’opinion publique »

Alors que les mouvements de blocages se multiplient à travers l’Hexagone, François Patriat, ex-socialiste aujourd’hui président du groupe LREM au Séna...

Fosun au chevet de Lanvin

Fosun au chevet de Lanvin

Au bord de la faillite, la plus vieille marque de luxe française encore en activité a réalisé une augmentation de capital pour permettre l’arrivée de...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message